Le drapeau tricolore.

Le drapeau tricolore.

Date de création : 1830

Date représentée : 1830

H. : 66,8

L. : 42,5

Bois de fil colorié au pochoir sur papier vergé.Pellerin (éditeur), François Georgin (graveur).

© Photo RMN - Grand Palais - J.-G. Berizzi

http://www.photo.rmn.fr

02CE10159 / 65.75.272

Le drapeau tricolore

Date de publication : mai 2005

Auteur : Frédéric MAGUET

Le 30 juillet 1830, au lendemain des Trois Glorieuses, Philippe d’Orléans accepte la lieutenance générale du royaume que lui propose un petit groupe de parlementaires (quarante-sept sur sept cents !). Il faut faire vite, la candidature orléaniste est poussée en avant par les libéraux (La Fayette, Thiers, Constant) et les milieux d’affaires (menés par Laffitte) pour battre en brèche tout à la fois un possible retour des Bourbons en la personne d’Henri V et une proclamation de la république que nombre d’insurgés de la veille, tenant quartiers à l’Hôtel de Ville, appellent de leurs vœux.

Louis-Philippe adopte le drapeau tricolore, qu’il présente ici surmonté du coq de drapeau réglementaire de la garde nationale, légèrement adapté pour porter les mentions « Liberté » et « Ordre public ».

La déclaration du futur roi-citoyen aux habitants de Paris, texte approuvé par Talleyrand, est le premier acte officiel qui met en scène les trois couleurs : « En rentrant dans la ville de Paris, je portais avec orgueil ces couleurs glorieuses que vous avez reprises, et que j’avais moi-même longtemps portées. » De fait, la livrée du prince est tricolore. L’image de Georgin, postérieure de quelques mois, porte en légende : « La France m’a confié ces glorieuses couleurs ; je saurai les défendre. » Les défendre contre quoi ? Contre le drapeau rouge, qui flottait au fronton de l’Hôtel de Ville et que La Fayette a fait enlever, contre le drapeau blanc, le drapeau de Charles X et de la restauration d’une monarchie de droit divin, dont les symboles ornent, à côté de la signature de Georgin, la pierre tombale qui repose sur le sol dépavé.

Le drapeau tricolore, « la livrée de la Liberté » de 1790 (Mirabeau), a flotté sur les barricades de Juillet, comme en témoigne à l’arrière-plan le peuple insurgé qui salue le fils de Philippe-Égalité. Lorsque, le 1er août, celui-ci fait apposer des affiches proclamant que la nation française est autorisée à reprendre le drapeau tricolore, la réaction de la commission municipale parisienne est immédiate : « La nation française a reconquis ses couleurs nationales et les a scellées de son sang et en vertu de sa pleine souveraineté. Il n’appartient à personne de les lui concéder pas plus que de les lui retirer. »

Les trois couleurs ont été bannies sous la Restauration, à tel point qu’un texte de 1817 interdit aux armateurs et capitaines de navires civils d’arborer comme marques de reconnaissance des pavillons rappelant « celui qui ne peut plus être aujourd’hui qu’un signe de rébellion ». La monarchie de Juillet entend faire œuvre de réconciliation nationale en reprenant un drapeau qui restera emblème national jusqu’à nos jours. Symbole de la liberté, le drapeau est donné solennellement au futur roi par La Fayette, le « Libérateur des deux Mondes » qui serait, à en croire ses Mémoires, à l’origine de sa conception.

Jean-Louis BORY, La Révolution de Juillet, Paris, Gallimard, 1972.Pierre CHARRIE, Drapeaux et étendards du XIXe siècle (1814-1880), Paris, Le Léopard d’or, 1992.Charles HACKS et le général LINARES, Histoire du drapeau français, Paris, Librairie Aristide Quillet, 1948.Michel PASTOUREAU, Bleu, histoire d’une couleur, Paris, Le Seuil, 2002.

Frédéric MAGUET, « Le drapeau tricolore », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/drapeau-tricolore

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le duc d'Orléans descendant le grand rapide de l'Eijanpaikka

Le duc d'Orléans en Laponie

Le duc d’Orléans, futur Louis-Philippe, avait participé aux débuts de la Révolution aux côtés de son père, Philippe-Egalité. Il combattit à…

Le duc d'Orléans en Laponie
Le duc d'Orléans en Laponie

Scène de Juillet 1830, dit aussi Les Drapeaux

Le drapeau bleu-blanc-rouge

Au cours de la Révolution, l’emblème tricolore devient le support d’un nombre croissant de souvenirs et de fidélités.…

Philippe d’Orléans, régent de France

Un tableau mystérieux

Ce tableau est une énigme : Carle Van Loo (1705-1765), son auteur présumé, second fils du peintre Louis Van Loo (1653-1712),…

Paysage de fantasie - Carmontell

Un transparent de Carmontelle

Louis Carrogis dit Carmontelle, lecteur du duc de Chartres et « divertisseur » pour les Orléans, est plus connu au XVIIIe siècle pour…

Louis-Philippe, « roi des Français »

Les 27, 28 et 29 juillet 1830 – les Trois Glorieuses –, la révolution parisienne triomphait de l’autoritarisme et des ordonnances de Charles X. Le…

La statue de Jeanne d'Arc à Versailles

Cousin de Louis XVI, fils de Philippe Égalité qui vota la mort du roi en 1793, Louis-Philippe devient roi des Français à la suite des journées…
Le départ pour la chasse - Joseph Vernet

De la sporting painting à la chasse à l’anglaise

De la sporting painting à la chasse à l’anglaise

À la fin du XVIIIe siècle, les échanges culturels et artistiques entre la France et l…

De la sporting painting à la chasse à l’anglaise
De la sporting painting à la chasse à l’anglaise

La bataille de Valmy - 20 septembre 1792

La fuite du roi en juin 1791 est significative de son refus d’une monarchie constitutionnelle et met en évidence sa collusion avec les puissances…

La bataille de Valmy - 20 septembre 1792
La bataille de Valmy - 20 septembre 1792

La dynastie d'Orléans

Louis-Philippe décida en 1833 la création des Galeries historiques dans le cadre splendide mais inutilisé du château de Versailles. Le roi suivit…

Louis-Philippe inaugure la galerie des Batailles

Après le mariage du prince royal, le duc d’Orléans, Louis-Philippe inaugure solennellement le musée de Versailles en 1837. Dès 1833, influencé par…