Le prince de Joinville assistant à une danse nègre à l'île de Gorée. Décembre 1842.

Le prince de Joinville assistant à une danse nègre à l'île de Gorée. Décembre 1842.

Date de création : 1846

Date représentée : 1842

H. : 131

L. : 178

Huile sur toile Le Prince de Joinville se rendant au Brésil assiste à une danse indigène sur la Place du Gouvernement à l'île de Gorée en décembre 1842

© Photo RMN - Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés

http://www.photo.rmn.fr

87-000316-02 / MV6976

Le prince de Joinville en visite sur l’île de Gorée

Date de publication : Mars 2012

Auteur : Jérémie BENOÎT

À l’occasion de son mariage avec Françoise de Bragance, sœur de l’empereur Dom Pedro II du Brésil, François Ferdinand Philippe d’Orléans, prince de Joinville (1818-1900), troisième fils de Louis-Philippe, marin devenu célèbre depuis qu’il avait ramené en France les cendres de Napoléon (1840), effectua le voyage vers l’Amérique du Sud qui le fit passer par l’île de Gorée, située en face de Dakar, au Sénégal. Découverte en 1444 et occupée par les Français depuis Louis XIV, Gorée était définitivement française depuis 1817. Principal comptoir de vente des esclaves, l’île avait été fortifiée dès le XVIIIe siècle, mais son importance déclinait déjà lors du passage du prince de Joinville.

Nousveaux ayant séjourné au Sénégal de 1842 à 1845, c’est tout naturellement à lui que Louis-Philippe s’adressa pour peindre ce sujet. Œuvre topographique et anecdotique plutôt que peinture d’histoire malgré la présence du prince de Joinville, le tableau vaut surtout pour sa représentation de la place principale de Gorée et des habitants de la ville, Noirs sénégalais, métis et Blancs, militaires avant tout. D’une architecture sobre, proche des modèles soudanais comme les mosquées de Tombouctou, cité mythique découverte en 1828 par René Caillé, Gorée était alors un comptoir commercial d’où l’esclavage avait déjà disparu, ruinant ainsi l’économie coloniale sénégalaise. Dans un style très méticuleux, Nousveaux s’applique à montrer les costumes colorés des habitants, costumes non exempts d’influence occidentale, mais ne peut rendre le rythme effréné de la danse africaine qu’il est censé peindre.

Ce tableau était semble-t-il destiné avant tout à la propagande de la monarchie de Juillet. L’année suivant son mariage, le prince de Joinville avait été chargé d’une inspection des comptoirs français de la côte occidentale de l’Afrique. Cette peinture en était un peu la préfiguration et indiquait l’ancrage des relations françaises dans l’Atlantique Sud, d’un point de vue tant diplomatique, comme le marquait le mariage du prince, que colonial.

CONSTANS Claire, Catalogue des peintures de Versailles, tome II, Paris, RMN, 1995 GARNIER-PELLE Nicole, Musée Condé, Peintures des XIXe et XXe siècles, Paris, RMN, 1997

Jérémie BENOÎT, « Le prince de Joinville en visite sur l’île de Gorée », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 14/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/prince-joinville-visite-ile-goree

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Scène de Juillet 1830, dit aussi Les Drapeaux

Le drapeau bleu-blanc-rouge

Au cours de la Révolution, l’emblème tricolore devient le support d’un nombre croissant de souvenirs et de fidélités.…

Louis-Philippe Ier et la Charte - Winterhalter

Portraits officiels : Louis-Philippe et Napoléon III

Une ère nouvelle

Les Trois Glorieuses obligent Charles X à fuir Paris. Conscient de son impopularité, le souverain déchu espère voir son petit-fils…

Portraits officiels : Louis-Philippe et Napoléon III
Portraits officiels : Louis-Philippe et Napoléon III

Le drapeau tricolore

Le 30 juillet 1830, au lendemain des Trois Glorieuses, Philippe d’Orléans accepte la lieutenance générale du royaume que lui propose un petit…

Gargantua

Alors que le peuple de Paris attendait des journées de juillet 1830 le rétablissement de la République, les députés et les journalistes…

La révolte des canuts

Le 20 novembre 1831 l’association mutuelle des chefs d’atelier de soierie décide la grève générale pour obliger les fabricants à respecter le…

La révolte des canuts
La révolte des canuts

Rue transnonain, le 15 avril 1834

Les premières années du règne de Louis-Philippe (1830-1848) sont marquées par divers mouvements populaires dont la répression fait rapidement…

Rue transnonain, le 15 avril 1834
Rue transnonain, le 15 avril 1834
Rue transnonain, le 15 avril 1834
Allégorie de la création du musée historique de Versailles

Allégorie de la création du musée historique de Versailles

Le château de Versailles est resté sans véritable emploi durant la Révolution et l’Empire. On y avait installé un « musée spécial de l’Ecole…

Mirabeau et Dreux-Brézé

Les arts au service de la monarchie de Juillet

En 1830, la toute nouvelle monarchie de Juillet organise un concours pour décorer la salle des…

Attaque de l'Hôtel de Ville de Paris, le 28 juillet 1830

L’Attaque de l’Hôtel de Ville de Paris, comme toutes les toiles commandées à l’aube de la monarchie de Juillet, est une œuvre de propagande. Pour…

Louis XV sur le champ de bataille de Fontenoy

Une monarchie en crise

Le Salon de 1840 intervient dans un moment de crise du régime. La défiance croissante vis-à-vis du roi Louis-Philippe…