Entrée solennelle de Louis XIV et de la reine Marie-Thérèse à Arras, 30 juillet 1667.

Entrée solennelle de Louis XIV et de la reine Marie-Thérèse à Arras, 30 juillet 1667.

Entrée solennelle de Louis XIV et de la reine Marie-Thérèse à Arras, 30 juillet 1667 (détail).

Entrée solennelle de Louis XIV et de la reine Marie-Thérèse à Arras, 30 juillet 1667 (détail).

Entrée solennelle de Louis XIV et de la reine Marie-Thérèse à Arras, 30 juillet 1667.

Entrée solennelle de Louis XIV et de la reine Marie-Thérèse à Arras, 30 juillet 1667.

Date de création : 1684

Date représentée : 30 juillet 1667

H. : 232

L. : 331

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

http://www.photo.rmn.fr

97-018544 / MV 6057

L’entrée de Louis XIV et de la reine Marie-Thérèse à Arras

Date de publication : Septembre 2013

Auteur : Joël CORNETTE

« Le roi s’amuse à prendre la Flandre » (Mme de Sévigné). Après la mort de Philippe IV d’Espagne, le 17 septembre 1665, Louis XIV réclame pour la reine Marie-Thérèse, sa femme et fille aînée du défunt, des villes et des territoires situés au nord et à l’est du royaume en vertu du « droit de dévolution » : exhumée par les juristes français, cette coutume du Brabant donne aux enfants du premier lit la propriété exclusive des biens paternels, au détriment des enfants du second lit. À ce titre, il revendique le Brabant, la Haute-Gueldre, le Luxembourg, Mons, Anvers, Cambrai, Malines, le Limbourg, Namur et la Franche-Comté.

Cette courte guerre, dite de Dévolution (1667-1668), s’achève par la paix d’Aix-la-Chapelle qui permet de consolider la frontière du Nord-Est, notamment grâce à la prise de douze places fortes, dont Lille et Douai. Ce conflit est marqué par de nombreux sièges de villes suivis de l’entrée du roi dans les cités vaincues. C’est ainsi qu’Adam-François Van der Meulen (1632-1690) peignit pour la résidence royale de Marly, sans doute en 1684, cette Entrée de Louis XIV et de la reine Marie-Thérèse à Arras, 30 juillet 1667.

L’événement a lieu le 30 juillet 1667. Marie-Thérèse, dans son carrosse – c’est en son nom que la guerre est menée –, est accompagnée des dames de sa suite, et le roi, en compagnie de Monsieur, vient immédiatement après la voiture de la reine. Louis XIV est suivi, à l’instar des autres entrées, par les maréchaux de France et les officiers de sa Maison qui se sont distingués au cours de cette campagne militaire, à l’exemple de Turenne.

Le peintre s’inspire ici de la tradition de la peinture flamande pour les scènes d’entrée de ville. Il prend suffisamment de recul pour mettre en valeur le cortège dans toute son ampleur. Au premier plan apparaît le carrosse de la reine, tiré par six chevaux blancs. Le roi suit le véhicule, monté sur un cheval blanc afin d’attirer l’attention sur lui et d’être bien visible de tous. Les badauds regardent passer le cortège : les uns s’agenouillent sur le passage du roi, d’autres désignent le carrosse du doigt, tandis qu’un curieux a grimpé dans un arbre pour mieux observer la scène. Autant de personnages qui semblent saisis sur le vif.

La campagne se déploie à perte de vue. Le long cortège de troupes et de voitures s’étire depuis le premier plan jusqu’aux portes de la ville qui se profile à l’horizon, précédée des lignes de fortifications et des bastions de défense.

Peintre d’origine bruxelloise formé par les « bataillistes » flamands, Adam-François Van der Meulen (1632-1690) débute sa carrière dans les Pays-Bas espagnols, à la cour de Bruxelles. Il est remarqué par Charles Le Brun qui le fait venir à Paris au début des années 1660. La peinture de batailles devient l’une de ses spécialités, et son nom reste aujourd’hui attaché à la chronique du règne de Louis XIV. Le peintre contribue en effet, par ses nombreux tableaux, à « fabriquer » l’image de Louis XIV : des cartons de tapisserie pour la manufacture des Gobelins (L’Histoire du Roi, les Mois ou les Maisons royales) à la décoration de Marly en passant par le château de Versailles, il participe à la mise en scène d’une souveraineté de gloire et de guerre centrée sur les actions du Roi-Soleil.

Van der Meulen accompagne le souverain lors de plusieurs campagnes militaires, notamment en 1667 et en 1677. Ses peintures mêlent des éléments propres à la tradition picturale flamande, si sensible aux jeux de lumière et aux harmonies colorées qui fixent l’instant fugitif, avec une grande précision topographique, permise par une observation rigoureuse des paysages.

« C’est cela, je me retrouve », aurait dit Louis XIV devant ses tableaux qui le mettaient en scène dans un grand paysage au réalisme jusqu’alors inédit.


RICHEFORT Isabelle, Adam-François Van der Meulen : peintre flamand au service de Louis XIV, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Art et société », 2004.

CORNETTE Joël, Le roi de guerre : essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot & Rivages, coll. « Petite bibliothèque Payot », 2010 (3e éd.). 

Joël CORNETTE, « L’entrée de Louis XIV et de la reine Marie-Thérèse à Arras », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 30/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/entree-louis-xiv-reine-marie-therese-arras

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

revolte-papier-timbre-f

La révolte du papier timbré

La dernière grande révolte populaire

La révolte du papier timbré, ou des bonnets rouges, qui éclate en Bretagne en juillet 1675 est la dernière…

L’apothéose d’Henri IV et la proclamation de la régence de Marie de Médicis

La pièce centrale de la galerie Rubens

Dans le programme préparatoire aux travaux de la galerie de Médicis, négocié en 1622 entre le célèbre…

L’abattage des arbres du parc de Versailles

Entretenir les jardins de Versailles

Ces tableaux du peintre Hubert Robert ont pour sujet l'abattage des arbres du parc de Versailles ordonné au…

L’abattage des arbres du parc de Versailles
L’abattage des arbres du parc de Versailles

Une représentation de Louis XIV

Décidé peu après la paix de Nimègue (10 août 1678), le programme iconographique du plafond de la galerie des Glaces à Versailles constitue une…

Une représentation de Louis XIV
Une représentation de Louis XIV

La Bataille de Fontenoy

Du « Bien-Aimé » au « Mal-Aimé »

Louis XV jouit du titre glorieux de « Bien-Aimé » pendant toute la première moitié de son règne. Sa popularité…

La Bataille de Fontenoy
La Bataille de Fontenoy

La chasse sous Louis XV

La passion de Louis XV pour la chasse

En 1737, lorsque Jean-François de Troy peint Un déjeuner de chasse, dont le pendant, La Mort d’un cerf, a…

La chasse sous Louis XV
La chasse sous Louis XV
La chasse sous Louis XV

Le traité de Nimègue

Célébrer la paix

Le tableau anonyme et allégorique de la paix de Nimègue est représentatif de la manière dont le roi et son entourage voulaient…

Le traité des Pyrénées

Après un séjour de quatre ans à Rome, Charles Le Brun arrive à Paris en mars 1646. Avec l’appui du chancelier Séguier, il obtient plusieurs…

Portrait officiel de Louis XIV

On lit, dans les Mémoires du marquis de Dangeau : « Jeudi 10 mars 1701, à Versailles : la goutte du Roi continue ; il se fait peindre l’après-…

Des représentations de Louis XIV au XIXe siècle

Cette estampe fait partie d'une série d'après Julien Léopold Boilly (1796-1874). Il est connu sous le nom de Jules Boilly, fils du célèbre peintre…