Aller au contenu principal
Boileau lisant devant Louis XIV son poème du

Boileau lisant devant Louis XIV son poème du "Lutrin", en présence de Madame de Montespan et de divers personnages de la cour

Date de création : 1820

Eau-forte d'après d'une série d'après Julien Léopold Boilly dit Jules Boilly.

Domaine : Estampes-Gravures

© RMN - Grand Palais (musée de Port-Royal-des-Champs) / Gérard Blot

Lien vers l'image

PRG 437 - 08-521824

Des représentations de Louis XIV au XIXe siècle

Date de publication : Juin 2015

Auteur : Pascal DUPUY

Cette estampe fait partie d'une série d'après Julien Léopold Boilly (1796-1874). Il est connu sous le nom de Jules Boilly, fils du célèbre peintre Louis Boilly (1761-1845) qui présente des lectures de poèmes ou de tragédies devant Louis XIV. L’eau-forte, vendue chez Noël, Bance aîné, Ch. Bance et Aumont, est de la main de Levachez, graveur et marchand d’estampes en taille douce et de Nicolas-Edouard Lerouge graveur au burin. La série révèle la vogue dans le premier quart du XIXe siècle pour les images associées au règne de Louis XIV, mais également pour la littérature de la fin du XVIIe siècle et pour la mémoire du jansénisme.

Julien Léopold Boilly a poursuivi la tradition artistique familiale et fut le gardien de la mémoire paternelle. Il fréquenta l’École des Beaux-Arts où il fut l’élève d’Antoine Gros (1771-1835), puis embrassa naturellement la carrière de peintre, de graveur et de lithographe. Son œuvre la plus connue, réalisée vers 1825, est une série dédiée aux portraits des membres de l’Institut de France pour un recueil gravé dans lequel on trouve celui du célèbre mathématicien français Adrien-Marie Legendre (1752-1833). Humaniste, polyglotte, collectionneur d’art, Boilly vendra ou donnera à différents musées les œuvres de son père tout en poursuivant sa propre carrière.

A la suite d’un défi entre M. de Lamoignon et Boileau ce dernier entreprend l’écriture d’un poème héroïque sur un sujet comique selon un plan déterminé (20 vers par 20 vers). Il choisit de raconter une dispute entre le Trésorier et le Chantre de la Sainte Chapelle de Paris et tire de leur désaccord son Lutrin (pupitre). Toutefois, le poème sous des allures légères met en relief des disputes et des débats plus profonds entre Mazarin, qui alors gouvernait la France, et Guillaume de Lamoignon qui soutient la reine Régente et la Compagnie du Saint-Sacrement.
Boilly a choisi de représenter la première lecture de son poème devant Louis XIV et Mme de Montespan, favorite officielle du roi à partir de 1674, et pendant un temps, protectrice des arts et des artistes.
La scène se déroule au château de Versailles. Quatre personnes assises forment un espace vide dans lequel se trouve Nicolas Boileau. Au fond de la pièce, de larges ouvertures, encadrées de colonnes, donnent sur le parc du château. Au centre de la gravure, debout et impassible, se trouve Guillaume Ier de Lamoignon, marquis de Basville (1617-1677), magistrat et premier président du Parlement de Paris, très attentif à la scène en train de se dérouler. Le roi, Louis XIV, assis à côté de Mme de Montespan, sur la gauche de la composition, invite de la main l’académicien à lire son poème. Ce dernier, penché en avant dans une attitude pleine de respect pour le monarque, s’exécute et commence la lecture de son poème héroï-comique. Autour d’eux, de nombreux courtisans assistent à la scène et semblent pour la plupart ravis et amusés. L’ambiance générale est à la satisfaction et la plupart des visages se réjouissent des sous-entendus du poème satirique.

Boileau sera au cours de sa carrière influencé par le Grand Arnauld, un des chefs de file du jansénisme. Il renoncera même à la satire au profit d’Épîtres morales. Ami de Racine, Boileau profitera de la protection de Mme de Montespan et de Louis XIV qui lui versera une pension de deux mille livres à partir de 1674.
Comme dans un autre tableau, gravé par Pierre Charles Coqueret (1761-1832), Racine faisant réciter sa tragédie d'Esther, par les demoiselles de St-Cyr devant Louis XIV et Mme de Maintenon, il évoque, alors que le mouvement port-royaliste toujours en résistance est en train de s’effacer doucement, une vision historique et apaisée des événements. Ainsi, il met en avant une forme d’union entre Louis XIV et le jansénisme dont on sait pourtant qu’elle n’allait pourtant guère durer. Le tableau connut probablement un certain succès puisqu’il fut, semble-t-il, gravé rapidement.

CHANTIN Jean-Pierre, Le jansénisme : entre hérésie imaginaire et résistance catholique (XVIIe-XIXe siècle), Paris, Cerf/Fides, coll. « Bref » (no 53), 1996.

ÉMARD Paul, FOURNIER Suzanne, La Sainte-Chapelle du Lutrin : pourquoi et comment Boileau a composé son poème, Genève, Droz, coll. « Publications romanes et françaises », 1963.

LETHÈVE Jacques, GARDEY Françoise, Bibliothèque nationale, département des Estampes : inventaire du fonds français après 1800. XIV : Lepan-Lys, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1967.

SCOTTEZ-DE WAMBRECHIES Annie, RAYMOND Florence (dir.), Boilly (1761-1845), cat. exp. (Lille, 2011-2012), Paris, Nicolas Chaudun / Lille, Palais des beaux-arts, 2011.

Académie : L’Institut de France est créé par la loi du 25 octobre 1795 sur l’organisation de l’instruction publique. Au sein du palais de l’Institut de France, travaillent cinq académies : l’Académie française (fondée en 1635), l’Académie des inscriptions et belles-lettres (fondée en 1663), l’Académie des sciences (fondée en 1666), l’Académie des beaux-arts (créée en 1816 par la réunion de l’Académie royale de peinture et de sculpture, fondée en 1648, de l’Académie de musique, fondée en 1669, et de l’Académie d’architecture, fondée en 1671) et l’Académie des sciences morales et politiques (fondée en 1795, supprimée en 1803 et rétablie en 1832). (Source : https://www.institutdefrance.fr/les-cinq-academies/.)

Pascal DUPUY, « Des représentations de Louis XIV au XIXe siècle », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 20/06/2024. URL : https://histoire-image.org/etudes/representations-louis-xiv-xixe-siecle

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L’Édit de Nantes  et sa révocation

L’Édit de Nantes et sa révocation

Un « édit de pacification »

La proclamation de l’Édit de Nantes au mois d’avril 1598 poursuit les deux faces d’un seul et même objectif : mettre…

L’Édit de Nantes  et sa révocation
L’Édit de Nantes  et sa révocation
L’Édit de Nantes  et sa révocation
Rigaud et les portraits royaux

Rigaud et les portraits royaux

La consécration officielle

Installé à Paris en 1681, le peintre Hyacinthe Rigaud (1659-1743) se forge rapidement une clientèle de prestige. En…

Rigaud et les portraits royaux
Rigaud et les portraits royaux
Rigaud et les portraits royaux
Mariage de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche

Mariage de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche

Un mariage entre la France et l’Espagne

Né vers 1669, Jacques Laumosnier est issu d’une famille d’artisans aisés. Il se forme à l’art au sein de…

Les Demeures royales

Les Demeures royales

Versailles à la charnière de deux règnes

Cette série de tableaux de Pierre-Denis Martin (1663-1742) s’insère à une période charnière de l’…

Les Demeures royales
Les Demeures royales
Les Demeures royales
Portrait de Turenne en général romain

Portrait de Turenne en général romain

Un portrait à l’attribution incertaine

S’il l’identification du modèle ne fait pas de doute – il s’agit d’Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de…

Mariage de Louis de France, duc de Bourgogne, et de Marie-Adélaïde de Savoie

Mariage de Louis de France, duc de Bourgogne, et de Marie-Adélaïde de Savoie

Le mariage du « Petit Dauphin »

Né à Versailles le 6 août 1682, quelques semaines seulement après l’installation de la cour au château, Louis de…

Départ de Louis XV après le lit de justice

Départ de Louis XV après le lit de justice

L’inauguration du règne

Ce tableau, réalisé par le peintre Pierre-Denis Martin, commémore l’un des événements fondateurs du règne de Louis XV.…

Fondation de l’Académie royale de peinture et de sculpture

Fondation de l’Académie royale de peinture et de sculpture

Une fondation allégorique

L’Académie royale de peinture et de sculpture, fondée en 1648 sous l’impulsion d’une douzaine de peintres autour…

Frontispice pour le Dictionnaire de l’Académie française

Frontispice pour le Dictionnaire de l’Académie française

Un dessin pour la langue française

Le dessin exécuté par Jean-Baptiste Corneille et représentant la gloire de Louis XIV était destiné à orner le…

La Cour de Louis XIV

La Cour de Louis XIV

La cour de Louis XIV

Louis XIV choisit de stabiliser la cour dans sa résidence royale de Versailles qu’il fait aménager, agrandir et embellir. Il…

La Cour de Louis XIV
La Cour de Louis XIV