Érection de l'obélisque de Louqsor sur la place de la Concorde, le 25 octobre 1836

Érection de l'obélisque de Louqsor sur la place de la Concorde, le 25 octobre 1836

Date de création : 1836

Date représentée : 25 octobre 1836

H. : 68 cm

L. : 103.8 cm

Huile sur toile.

© CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

Lien vers l'image

P107

Erection de l'obélisque de Louxor

Date de publication : Septembre 2004

Auteur : Nicolas COURTIN

Inaugurée en 1763 dans la tradition des places Royale, des Victoires et Vendôme, l’actuelle place de la Concorde était initialement l’écrin de la statue équestre du roi Louis XV, une place à sa gloire. L’érection le 25 octobre 1836 de l’obélisque de Louxor offert par le pacha d’Égypte à Louis-Philippe donna lieu à une fête populaire comme à un événement mondain de premier ordre et dépassa la simple ovation de la prouesse technique.
Conçue par Anne-Jacques Gabriel, la place est alors en cours d’aménagement sous la direction de l’architecte Jacques Hittorff. Elle a été le théâtre de grands événements parisiens liés à l’histoire de France. Des exécutions capitales de la Révolution aux fêtes grandioses de l’Empire, son identité a été marquée par de grands rassemblements populaires. Aussi pourquoi a-t-on préféré à la statue de Louis XV un obélisque à la gloire de Ramsès II ?

Déposé en octobre 1831, le monument arriva à Paris deux ans plus tard. La toile de Dubois représente l’instant où, le 25 octobre 1836 à 15 heures, l’obélisque vient de retrouver une position verticale. C’est le moment où la foule acclame les quelque trois cents artilleurs et marins qui ont actionné les dix cabestans nécessaires à l’érection de ce monolithe de granit de plus de 230 tonnes. C’est aussi le moment où elle acclame l’ingénieur Apollinaire Lebas, qui a dirigé les opérations depuis la dépose de l’obélisque à Thèbes jusqu’à sa mise en place à Paris et qui devient alors une figure nationale. C’est enfin le moment où la foule parisienne acclame un nouveau monument de sa ville. Inédit, il emporte l’enthousiasme grâce à l’exotisme de son décor et à son allure imposante ; aiguille autant qu’index, il organise le paysage de ce quartier de Paris tout en annonçant – enfin ! – l’aménagement définitif de la place, un aménagement résolument tourné vers l’avenir et débarrassé des sombres souvenirs du lieu.

En centrant sa composition sur l’obélisque et en lui donnant une ligne d’horizon relativement basse, Dubois signifie l’optimisme joyeux qui salua la prouesse technique. Cela lui permet aussi de souligner le rôle polarisant du monument qui se trouve à la croisée des lignes de fuite qui, initialement, devaient rayonner depuis la statue du roi et que l’obélisque désormais relaie. L’axe est-ouest est signifié par la saillie du pavillon des Tuileries, visible derrière le jardin du même nom, et, en bas à droite, par l’amorce de la balustrade de l’avenue des Champs-Élysées : la demeure du roi d’un côté, le lieu des plaisirs populaires de l’autre. La longue rampe qui permit de redresser l’obélisque souligne l’axe transversal qui relie les pavillons de Gabriel, à gauche, à la Chambre des députés, à droite, respectivement symboliques du gouvernement et de la représentation populaire. Avec sa silhouette haute et effilée, l’obélisque organise rationnellement l’espace de la place, carrefour historique et civique qu’honore le nom donné par le Directoire pour célébrer la concorde nationale. C’est ce que la foule compacte du 25 octobre 1836 – mais aussi la famille royale, au balcon du ministère de la Marine – est venue saluer.

Catalogue de l’expositionDe la place Louis XV à la place de la ConcordeParis, musée Carnavalet, 17 mai-14 août 1982

Nicolas COURTIN, « Erection de l'obélisque de Louxor », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/erection-obelisque-louxor

Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

est-il possible que pour satisfaire quelque dessein l'auteur est volontairement exagéré le nombre de personnes présentes en cette occasion ?

mer 14/01/2015 - 21:25 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Tabacomanie

La bourgeoisie est au pouvoir

La France de Louis-Philippe Ier s’ennuie, selon Lamartine. Est-ce pour cela qu’elle se met à fumer ? En…

Critique de la monarchie de Juillet, les espoirs déçus de 1830

Après l’attentat à la « machine infernale » commis le 28 juillet 1835 par le conspirateur Giuseppe Fieschi contre Louis-Philippe et sa suite, qui…

Louis-Philippe Ier et la Charte - Winterhalter

Portraits officiels : Louis-Philippe et Napoléon III

Une ère nouvelle

Les Trois Glorieuses obligent Charles X à fuir Paris. Conscient de son impopularité, le souverain déchu espère voir son petit-fils…

Portraits officiels : Louis-Philippe et Napoléon III
Portraits officiels : Louis-Philippe et Napoléon III

Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier

L’oligarchie de Juillet

Fragmentés en groupes concurrents, les parlementaires n’en constituaient pas moins une entité d’une exceptionnelle…

Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier
Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier
Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier
Jules Michelet

Michelet et l’histoire romantique

La naissance des penseurs engagés

La monarchie de Juillet (1830-1848) a vu naître et s’affirmer une nouvelle classe d’hommes de lettres ou de…

L'armée française au cœur de la conquête de l'Algérie

La conquête de l’Algérie.

La conquête de l’Algérie débute en juin 1830 : les troupes françaises, dirigées par le Comte de Bourmont, débarquent à…

Attaque de l'Hôtel de Ville de Paris, le 28 juillet 1830

L’Attaque de l’Hôtel de Ville de Paris, comme toutes les toiles commandées à l’aube de la monarchie de Juillet, est une œuvre de propagande. Pour…

Un “ canard ” républicain (1833)

Adolphe Thiers, chargé des prisons en 1833, comme secrétaire d’état au Commerce et aux Travaux publics, décide de faire de la prison centrale du…

Un “ canard ” républicain (1833)
Un “ canard ” républicain (1833)
Un “ canard ” républicain (1833)

La Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix

Charles X et son impopulaire ministre, le prince de Polignac, remettent en cause les acquis de la Révolution. L’opposition libérale, par le biais…

L’avènement de la monarchie de Juillet

La revue du 29 août 1830

Le 29 août 1830, Louis-Philippe Ier passe en revue les 50 000 gardes nationaux de Paris et de sa banlieue. La…