Portrait d'Antoine Vivenel

Portrait d'Antoine Vivenel

Caricature d'Antoine Vivenel

Caricature d'Antoine Vivenel

Caricature d'Antoine Vivenel

Caricature d'Antoine Vivenel

Portrait d'Antoine Vivenel

Portrait d'Antoine Vivenel

Date de création : Vers 1845

Date représentée :

H. : 235 cm

L. : 169 cm

Huile sur toile.

© Musée Antoine Vivenel, Compiègne

Lien vers l'institution

L.47 ; B.92 (Autre N° 1 :)

Un collectionneur, mécène et pédagogue : Antoine Vivenel (1799-1862)

Date de publication : Juin 2008

Auteur : Alain GALOIN

Né à Compiègne, dans l’Oise, le 27 ventôse An VII (17 mars 1799), Antoine Vivenel appartient à une longue lignée d’artisans compiégnois qui ont fait du bâtiment leur domaine d’élection. A 18 ans, il interrompt ses études et entre comme commis chez un entrepreneur du bâtiment à Paris, qui l’associe bientôt à ses affaires. A partir de 1825, devenu entrepreneur de travaux, Vivenel conduit pour son propre compte de grands chantiers dans la capitale, dont les plus importants à mettre à son actif sont, entre autres, la reconstruction de l’Hôtel de Ville de Paris en 1835, l’édification des fontaines Molière et Saint-Sulpice. Ces contrats prestigieux vont rapidement le mettre à la tête d’une fortune considérable qu’il emploie, pour l’essentiel, à réunir patiemment, de 1825 à 1848, une collection de plus de 4 000 objets d’art allant de l’Antiquité à l’époque contemporaine. Dans l’esprit d’Antoine Vivenel, il s’agit moins de créer un cabinet d’amateur que de mettre en place un Musée des Etudes qui soulignerait le rôle pédagogique de l’œuvre d’art et, le 20 mars 1843, il abandonne à la ville de Compiègne « tous les objets d’art, d’antiquités et de curiosités composant son cabinet ». Le musée de Compiègne est en effet « un recueil encyclopédique de tous les arts et de toutes les époques », dont l’exceptionnelle collection de vases grecs constitue l’ornement essentiel. Pour Vivenel, l’établissement muséographique est indissociable de la pédagogie et doit avoir pour vocation première « l’enseignement artistique du peuple ». Cette volonté novatrice d’associer musée et enseignement s’exprime particulièrement dans le patronage bienveillant, dans l’aide matérielle qu’il apporte aux écoles gratuites de dessin et de géométrie pratique appliquée aux arts, créées par la municipalité de Compiègne en 1835. Sous son impulsion, ces deux institutions connaissent un développement spectaculaire. Dépensant sans compter, le généreux mécène achète le matériel nécessaire, fournit de nombreux moulages de sculptures célèbres et rétribue des modèles vivants. Il dote de prix somptueux les lauréats des concours annuels et veille personnellement à l’avenir des jeunes gens qui montrent les meilleures dispositions artistiques.
Cette générosité sans bornes fut sans nul doute préjudiciable à la fortune d’Antoine Vivenel. Par ailleurs, la Révolution de 1848 ne fut pas sans conséquences sur sa vie même. Etait-il l’homme d’un régime - la Monarchie de Juillet - au cours duquel sa prospérité et sa renommée s’étaient affermies et imposées ? A ce titre, la Deuxième République et le Second Empire ne mirent-ils pas en quarantaine cet adepte des théories de Charles Fourier (1772-1837) ? Rien ne permet de l’affirmer. En tout état de cause, c’est un homme ruiné qui meurt à Paris le 19 février 1862.

Dans la capitale, Antoine Vivenel est un entrepreneur de travaux célèbre, ayant pignon sur rue. L’œuvre d’agrandissement et de rénovation de l’Hôtel de Ville de Paris à laquelle il s’est consacrée n’est pas étrangère à cette notoriété. Homme public, il a des relations dans la sphère gouvernementale et avec la noblesse. Il a de nombreux amis dans les milieux artistiques de l’époque. Cette renommée en fait un sujet de prédilection pour les peintres et les sculpteurs dans les dix dernières années de la Monarchie de Juillet.
Adepte comme Antoine Vivenel de la doctrine phalanstérienne de Charles Fourier (1772-1837), Dominique Papety (1815-1849) était un ami de l’entrepreneur et en réalisa plusieurs portraits dont celui-ci, exposé au Salon de 1846, qui le représente dans son cabinet renaissance de l’Hôtel de Ville de Compiègne, occupé à rédiger l’acte de donation de ses collections au profit de sa ville natale. A l’arrière-plan, sur le mur, une lithographie encadrée représente l’Hôtel de Ville de Paris, œuvre maîtresse de l’habile entrepreneur.
Autre signe d’une incontestable réussite sociale, Antoine Vivenel inspire les caricaturistes qui le croquent à l’envi. Sur un dessin anonyme, il chevauche un hibou, brandissant fièrement l’Hôtel de Ville de Paris planté à la pointe de sa truelle. De nombreux projets émergent de sa poche et tombent en cascade. Sur la terre ferme, des moulins à vent l’assimilent clairement à un Don Quichotte du bâtiment. La caricature sculptée de Jean-Pierre Dantan, dit le Jeune (1800-1869), est l’un des nombreux portraits-charges que l’artiste exposait dans une salle du passage des Panoramas, dite « Musée Dantan ». Ce buste d’Antoine Vivenel y côtoyait les célébrités de la politique (Talleyrand, Hamilton, Louis-Philippe…), des arts (Beethoven, Paganini, Liszt, Verdi…) et des lettres (Victor Hugo, Balzac…).

Autodidacte, amateur d'art et collectionneur-né au goût sûr et au discernement remarquable, Antoine Vivenel a rassemblé, entre 1825 et 1848, une magnifique collection de vases grecs et italiotes. Bien qu'il soit aujourd'hui à peu près certain qu'il ait fait en 1826 le traditionnel voyage d'Italie, il semble peu probable qu'il ait pu acheter des vases sur place, dans la péninsule ou en Grèce même. Vivenel courait plutôt les marchands d'antiquités et les ventes publiques. Ainsi assiste-t-il à la vente de la collection d'antiquités égyptiennes, grecques et romaines de Fiérard, qui se tient du 23 au 25 janvier 1837. Il acquiert une cinquantaine de vases lors de la vente de la collection du comte Beugnot, en mai 1840. De même, il achète dix vases - dont le splendide psykter du peintre de Kléophradès - à la vente Magnoncour, en 1841. Douze vases proviennent de la dispersion du cabinet du baron Roger en mars 1842. Cependant, nombre de ces pièces avaient antérieurement appartenu au Chevalier Durand ou à Lucien Bonaparte. Néanmoins, quelles que soient les conditions dans lesquelles ces céramiques antiques ont été acquises, aucune n'est de qualité médiocre, toutes présentent un intérêt artistique, archéologique, anthropologique, et la Ville de Compiègne peut aujourd'hui, à juste titre, s'enorgueillir de posséder une des plus belles collections de vases grecs de France.

La jeunesse des musées. Les musées de France au XIXe siècle, Catalogue de l’exposition du musée d’Orsay, Paris, 1994.

Sylvie FORESTIER, A propos de la création à Compiègne du Musée Vivenel in Bulletin de la Société historique de Compiègne, Compiègne, 1979.

Alain GALOIN, Vases grecs, Collections des musées de Compiègne et de Laon, Paris, Adam Biro, 2001.

Gabriel P. WEISBERG, Antoine Vivenel. Le musée privé et l’entrepreneur sous la Monarchie de Juillet, in Bulletin de la Société historique de Compiègne, Compiègne, 1992.

Alain GALOIN, « Un collectionneur, mécène et pédagogue : Antoine Vivenel (1799-1862) », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 06/07/2022. URL : histoire-image.org/etudes/collectionneur-mecene-pedagogue-antoine-vivenel-1799-1862

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

LOUIS XIV REÇOIT LE GRAND CONDÉ DANS LE GRAND ESCALIER DE VERSAILLES APRÈS SA VICTOIRE DE SENEFFE EN 1674

Louis XIV reçoit le Grand Condé dans le Grand Escalier de Versailles après sa victoire de Seneffe en 1674

La gloire par les armes

Charles Doërr est l’élève de Léon Cogniet (1794-1880), peintre de scènes historiques dont l’influence est indéniable au…

Antoine Vivenel - Papety

Un collectionneur, mécène et pédagogue : Antoine Vivenel (1799-1862)

Né à Compiègne, dans l’Oise, le 27 ventôse An VII (17 mars 1799), Antoine Vivenel appartient à une longue lignée d’artisans compiégnois qui ont…

Un collectionneur, mécène et pédagogue : Antoine Vivenel (1799-1862)
Un collectionneur, mécène et pédagogue : Antoine Vivenel (1799-1862)
Un collectionneur, mécène et pédagogue : Antoine Vivenel (1799-1862)
Madame Récamier

Madame Récamier

Fille d’un notaire promu conseiller de Louis XVI, Jeanne Bernard (qui se fait appeler Juliette) épouse en 1793, à quinze ans, le banquier Jacques-…

Papety, un artiste français en Grèce vers 1846

Étudier les antiquités de Grèce

Prix de Rome en 1836, Papety séjourne en Italie de 1836 à 1841 où sa production est fortement marquée par Ingres…

Mirabeau et Dreux-Brézé

Les arts au service de la monarchie de Juillet

En 1830, la toute nouvelle monarchie de Juillet organise un concours pour décorer la salle des…

Lavoisier et sa femme

Élève et mécène de David

Au début des années 1780, Jacques Louis David (1748-1825) est un peintre à la mode au sein de la bourgeoisie parisienne.…

Les Chorégies d’Orange

L’usage moderne d’un monument antique

L’affiche annonçant la « Fête romaine » du 21 août 1869, d’une sobriété…

Bonaparte relate la prise de Venise

A la suite de ses victoires en Italie, Bonaparte, qui marche sur Vienne, signe un armistice avec l'Autriche et décide brusquement de s'emparer de…

Bonaparte relate la prise de Venise
Bonaparte relate la prise de Venise

Archéologie et imaginaire néogrec au milieu du XIXe siècle : Ingres, Papéty et Gérôme

Tradition néoclassique et mouvement néogrec

Si elle continue de nourrir la peinture d’histoire comme la peinture de genre, la référence à l’…

Archéologie et imaginaire néogrec au milieu du XIX<sup>e</sup> siècle : Ingres, Papéty et Gérôme
Archéologie et imaginaire néogrec au milieu du XIX<sup>e</sup> siècle : Ingres, Papéty et Gérôme
Archéologie et imaginaire néogrec au milieu du XIX<sup>e</sup> siècle : Ingres, Papéty et Gérôme
Tombeau du maréchal Turenne (1611-1675)

Le tombeau de Turenne

Le tombeau d’un maréchal de France

Le 17 avril 1676, le neveu de Turenne, cardinal de Bouillon, passa commande d’un mausolée en mémoire de son…