Aller au contenu principal
Exode de civils français sur une route de campagne.

Exode de civils français sur une route de campagne.

Date de création : 1940

Date représentée : 01-juin-40

Domaine : Photographies

© BPK, Berlin, Dist RMN - Grand Palais - image BPK

http://www.photo.rmn.fr

11-527663

L’exode

Date de publication : mai 2013

Auteur : Alexandre SUMPF

Montrer la défaite et l’exode.

Après la percée de Sedan du 13 mai 1940 et la victoire de l’armée allemande lors de la bataille de France (mai-juin 1940), huit à dix millions de civils français envahissent les routes, décidés à fuir l’ennemi. Parmi les soldats français en retraite, ces « exodiens » (Jean-Pierre Azéma) sont présents sur tout le territoire, particulièrement dans le nord et l’est du pays. S’ils prennent parfois la direction du sud et de l’ouest, ils errent souvent aussi sans but précis. Effectué majoritairement à pied (mais aussi en charrette, en vélo ou plus rarement en engin motorisé), ce gigantesque mouvement de masse appelé « Exode », souvent chaotique, dure jusqu’à la fin du mois de juin.

Prises ou tournées par des particuliers, par les nazis ou encore par l’armée française, de très nombreuses images largement diffusées par les médias de tous les pays immortalisent l’épisode, à l’instar de « Exode de civils français sur une route de campagne », cliché datant du 1er juin 1940 et vraisemblablement pris par un photographe allemand.

Au-delà de leur valeur documentaire et stratégique (touchant au contrôle et à la connaissance de ces flux massifs), ces clichés ont aussi une valeur symbolique capitale. En montrant la déroute, la défaite et le désordre, elles marquent les consciences et les représentations des vaincus comme des vainqueurs. L’interprétation des images de ce bouleversement annonciateur d’une nouvelle ère et d’un nouveau monde acquiert alors un rôle fondamental pour la suite des événements dans la France occupée.

Ligne de fuite

Prise en juin 1940, la photographie « Exode de civils français sur une route de campagne » donne à voir une véritable ligne de fuite, au sens pictural et littéral. Jouant de la perspective obtenue par la profondeur de champ, l’auteur du cliché compose trois axes verticaux parallèles qui structurent l’ensemble de l’image.

À gauche pour le spectateur, une voie ferrée légèrement courbe s’enfonce au loin dans le paysage. Déployée sur une sorte de talus herbeux, elle semble désuète, peut-être hors d’usage, ou en tout cas présentement inutile.

Au centre et sur la route, la file de civils qui fuient est majoritairement composée d’enfants (premier plan) et de femmes, même si l’on aperçoit une silhouette masculine au second plan. Portant des vêtements sombres (du moins colorés comme tels à partir du noir et blanc initial de la photographie), les personnages font contraste avec la lumière et les couleurs (blanc de la route, vert de la végétation) caractérisant le reste de la scène. Ils transportent les quelques rares effets (couvertures, parapluie, etc.) qu’ils ont pu emporter dans des brouettes, un landau, ou à la main. Si le nombre de ceux qui fuient (on en devine une dizaine) est ici assez modeste par rapport à d’autres images connues de l’exode, le défilé ne semble pas devoir s’interrompre, qui s’étend jusqu’à l’arrière-plan.
Un rang de jeunes arbres dessine enfin une dernière ligne de perspective, qui s’ouvre sur un paysage assez nu de pré en herbes, rehaussé au fond par quelques collines lointaines.

Le chemin de l’exode


À la différence de nombreux clichés consacrés à cet événement, « Exode de civils français sur une route de campagne » ne présente pas une image chaotique de l’exode. Le paysage champêtre, ensoleillé et presque paisible qui accueille la scène ainsi que le nombre restreint de personnages photographiés laissent en effet une impression d’espace et de tranquillité relative, loin des bousculades, de l’engorgement et de la panique. Les civils qui fuient semblent ainsi devoir poursuivre régulièrement et avec détermination leur progression sur la route.

Cependant, la file de ces exilés a quelque chose de spectral, qui égraine des silhouettes sombres et chargées en ce jour lumineux. Leur présence mouvante dans ce paysage tranquille et désert apparaît alors d’autant plus incongrue dans le cadre serein décrit précédemment : la scène devient véritablement une scène d’exode, qui porte plusieurs des caractéristiques du genre.

Les détails qui apparaissent alors (les affaires sûrement choisies dans la précipitation et au hasard, emportées comme on le peut) révèlent en effet dans un second temps les conditions de désarroi propres à de la fuite, tandis que le flux ténu mais ininterrompu des personnages rappelle l’ampleur du phénomène.

 

· Jean-Pierre AZÉMA, Nouvelle histoire de la France contemporaine, tome XIV « De Munich à la Libération, 1938-1944 », Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 1979, nouv. éd. 2002.

· Jean-Pierre AZÉMA et François BÉDARIDA (dir.), 1938-1948, Les Années de tourmente. De Munich à Prague : Dictionnaire critique, Paris, Flammarion, 1995.

· Pierre MIQUEL, L’Exode : 10 mai-20 juin 1940, Paris, Pocket, 2005.

Alexandre SUMPF, « L’exode », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/02/2024. URL : histoire-image.org/etudes/exode

Anonyme (non vérifié)

La troisième république s'effondre alors dans la fange de sa médiocrité, de ses mensonges et de ses lâchetés...

sam 04/05/2013 - 08:38 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les commandos Kieffer

Les commandos Kieffer

Le 1er bataillon de fusiliers marins commandos

Cette photographie, réalisée entre juin 1943 et juin 1944, représente quelques membres…

Le faux Hitler

Le faux Hitler

La chute du IIIe Reich en images

La progression des forces Alliées contre les nazis a donné lieu à la production et à la diffusion de…

L’exposition <em>Le Juif et la France</em> à Paris

L’exposition Le Juif et la France à Paris

Une exposition « pédagogique » et « scientifique ».

Du 5 septembre 1941 au 5 janvier 1942, l’exposition intitulée « Le Juif et la France » se…

De Gaulle en 1940

De Gaulle en 1940

Incarner la France libre

Le 18 et le 22 juin 1940, de Gaulle lance un appel sur les ondes de la BBC. Depuis Londres, il exhorte ses compatriotes…

Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande

Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande

Depuis la signature de l’armistice, le 22 juin 1940, la France vaincue est en partie occupée, mais le régime de l’Occupation varie d’un territoire…

Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande
Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande
La roulette allemande : la « Relève » de 1942

La roulette allemande : la « Relève » de 1942

Rouler sa bosse en Allemagne

Quand les deux affiches commanditées par les Ateliers de Mécanique de la Seine apparaissent sur les murs de Puteaux,…

La roulette allemande : la « Relève » de 1942
La roulette allemande : la « Relève » de 1942
La guerre juste

La guerre juste

Le choc des cultures

Dans une nation moins déchristianisée que la France, où la foi ne constitue pas le principe de ralliement d’un parti (comme…

La guerre juste
La guerre juste
La guerre juste
Une Victoire à la pire-russe

Une Victoire à la pire-russe

« Plus un pas en arrière ! »

Au mois d’octobre 1942, Adolf Hitler est en passe de réussir son pari. Pour cette deuxième offensive estivale, après…

Bir Hakeim

Bir Hakeim

La France libre au combat

Destinées à une documentation militaire et stratégique mais aussi diffusées auprès du public, les images des combats de…

Bir Hakeim
Bir Hakeim
Bir Hakeim
La Vénus encordée

La Vénus encordée

Images de l’évacuation des œuvres

En 1938, la crainte de la guerre et des bombardements entraîne une grande opération de déménagement des œuvres…

La Vénus encordée
La Vénus encordée