La Cigarette

La Cigarette

Marie de Rohan-Chabot, dite princesse Murat

Marie de Rohan-Chabot, dite princesse Murat

La Cigarette

La Cigarette

Date de création : 1921

Date représentée : 1921

H. : 54 cm

L. : 65 cm

huile sur toile

RMN - Grand Palais / Gérard Blot

http://www.photo.rmn.fr

88-000695-02 / RF 1980-131

Femmes à la cigarette dans les années 1920

Date de publication : Septembre 2011

Auteur : Didier NOURRISSON

Les années 1920

L’image d’une femme coiffée à la garçonne faisant tressauter son long collier de perles sur une piste de danse et une musique de charleston caractérise le stéréotype de l’émancipation féminine des Années folles. Après la Grande Guerre, certaines bourgeoises semblent vouloir s’affranchir et s’amuser. Les livres (La Garçonne de Victor Margueritte, 1922 ; Le Blé en herbe de Colette, 1923), les magazines de mode (Femmes d’aujourd’hui, Vogue, Votre beauté), le cinéma (Greta Garbo), la place qu’occupent les femmes dans les progrès de l’aviation ou le sport (le tennis avec Suzanne Lenglen), traduiraient cette émancipation. Cette « nouvelle femme » ne concerne évidemment qu’une mince frange de l’élite de la fortune, du monde de la nuit ou de l’art, qui éprouve une soif de jouissance après les difficultés de la guerre. Dans leur ensemble, les femmes sont plutôt victimes d’un retour forcé au foyer et d’une brutale reprise en main masculine (lois anticontraception, interdiction du droit de vote…).

La fume pour paraître femme

La cigarette accompagne, comme jamais, le corps de la femme dans l’imagerie publicitaire. La marque Gitanes, créée en 1910, prend forme féminine. Surtout les cigarettes américaines arrivent en Europe, et « [leur] parfum délicat et sans fadeur évoquera nos contemporaines, qui sont sportives, résolues et entreprenantes, et qui admettent un briquet et un carnet de chèques dans leur petit sac, près des accessoires de beauté » (publicité Lucky Strike, 1927).

Sans message publicitaire, le peintre postimpressioniste Joseph Henri Lebasque fait fumer sa fille dans une ambiance méridionale, volets clos, lumière tamisée, couleurs bariolées, rocking-chair. Alors âgée de vingt ans, Hélène, dite « Nono », porte une robe légère qui laisse voir ses bras et ses mollets, un long collier, un bracelet, des boucles d’oreilles assorties, une élégante montre de poignet, un chapeau cloche sur des cheveux coupés court. Elle tient, dans une posture très naturelle qui dénote sans doute une habitude, une cigarette de la main gauche. Sage et moderne, voilà l’idée, en somme.

Vizzavona, spécialiste de la photographie d’œuvre d’art, tire le portrait de Marie Rohan-Chabot (1876-1951). L’épouse du prince Lucien Murat, descendante d’une illustre famille, se veut « une femme éperdue de liberté ». Écrivain, elle dirige aussi une galerie de peinture et réalise elle-même des portraits et des paysages. Là encore, nul signe de « folie » : la femme peintre est sagement assise dans un fauteuil. Mais son regard, sa coupe de cheveux « à la garçonne » et sa cigarette manifestent un certain affranchissement des conventions sociales antérieures.

Les « années folles » de certains historiens sont plutôt sages. Le recours à la cigarette pour traduire l’émancipation féminine paraît mince. Dans les années 1920, l’image de la femme qui fume tend simplement à se banaliser. Les « bonnes manières » changent, mais lentement..

Christine BARD, Les Garçonnes.Modes et fantasmes des Années folles, Paris, Flammarion, 1998.

Marylène DELBOURG-DELPHYS, Le Chic et le look.Histoire de la mode féminine et des mœurs de 1850 à nos jours, Paris, Hachette, 1981.

Salomé MURAT-CHALANDON, Marie Murat.Une femme éperdue de liberté, Colmar, Soferic édition, 2007.

Didier NOURRISSON, Cigarette.Histoire d’une allumeuse, Paris, Payot, 2010.

Didier NOURRISSON, « Femmes à la cigarette dans les années 1920 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 13/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/femmes-cigarette-annees-1920

Anonyme (non vérifié)

Bonjour, je suis intriguee de voir en legende de la photographie de la princesse murat, "anonyme" sous la photo, et "vizzavona" dans le texte.
Je suis en effet arrivee sur votre site par interet pour la princesse murat, ayant ete frappee visuellement par cette meme photographie, dans un livre de photos de la photographe americaine Berenice Abbott !
Alors ou est donc la verite?

J attends avec interet votre reponse, dont je vous remercie par avance!

Cordialement,

Marieke Maenhaut

mer 23/11/2016 - 21:48 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,
La photo a bien été prise par Berenice Abbott. Nous avons corrigé l'attribution.
Nous l'avons corrigé.
A bientôt.
L'équipe du site l'Histoire par l'image

mar 20/12/2016 - 16:57 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,
La femme photographiée par Berenice Abbott n'est pas "Marie de Rohan-Chabot, dite (?) Princesse Murat" mais la truculente Violette Murat, née Ney d'Elchingen, épouse du Prince Eugène Murat. C'est elle qui inspira Radiguet le personnage de la Princesse d'Austerlitz.

lun 26/10/2020 - 22:43 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Liane de Pougy - Atelier Nadar

Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque

La métamorphose d’une mère de famille en « grande horizontale »

Depuis le Second Empire, le portrait photographique connaît un véritable essor,…

Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque
Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque
Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque

Le comte Robert de Montesquiou

A la fin du XIXe siècle, le portrait mondain, qu’il soit peint ou sculpté, suscite un engouement considérable. Reflet de la situation sociale de…

Isaac Pereire, créateur de la banque moderne

Un des créateurs de la banque moderne

Homme d’affaires parmi les plus actifs du Second Empire, Isaac Péreire s’associa toute sa vie à son frère…

Isaac Pereire, créateur de la banque moderne
Isaac Pereire, créateur de la banque moderne

Le bal, une pratique sociale

Le siècle de la « dansomanie »

Au XIXe siècle, le bal fait partie, selon des modalités variées, des loisirs de toutes les couches de la…

Le bal, une pratique sociale
Le bal, une pratique sociale
Le bal, une pratique sociale

Vue d'une partie du port et des quais de Bordeaux : dit Les Chartrons et Bacalan

Entre 1804 et 1807, le port de Bordeaux connaît une période relativement faste en comparaison des années sombres de la Révolution. Sous la…

Les citadins à la campagne

Au XIXe siècle, le terme de « banlieue » fait naître un certain nombre d’impressions négatives : on imagine volontiers la saleté des…

Aspects de la misère urbaine au XIXe siècle

Plusieurs événements, sous la monarchie de Juillet, ont éveillé la réflexion de la bourgeoisie au sujet de la misère populaire : la révolution de…

Aspects de la misère urbaine au XIX<sup>e</sup> siècle
Aspects de la misère urbaine au XIX<sup>e</sup> siècle
Madame Récamier

Madame Récamier

Fille d’un notaire promu conseiller de Louis XVI, Jeanne Bernard (qui se fait appeler Juliette) épouse en 1793, à quinze ans, le banquier Jacques-…

Un hôtel de luxe à la fin du Second Empire

La clientèle richissime qui, sous le Second Empire, fréquente les stations balnéaires de la côte normande recherche le séjour à la mer pour ses…

Les plaisirs de la plage au XIXe siècle

Les rivages de la Manche, « territoires du vide » jusque dans les années 1820-1830, attirent à partir de cette période une clientèle de plus en plus…
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle