Aller au contenu principal
Séance du Soviet de Petrograd au palais de Tauride

Séance du Soviet de Petrograd au palais de Tauride

Un meeting au front

Un meeting au front

Séance du Soviet de Petrograd au palais de Tauride

Séance du Soviet de Petrograd au palais de Tauride

Auteur : ANONYME

Date de création : 1917

Date représentée : 1917

Domaine : Photographies

© Tous droits réservés

Guerre et Révolution en Russie (1917-1918)

Date de publication : Janvier 2005

Auteur : Jean-Louis PANNE

Le 12 mars 1917 (calendrier justinien), la garnison de Petrograd se soulève. Immédiatement un Conseil des délégués ouvriers et soldats se constitue et prend les affaires en main. Nicolas II abdique trois jours plus tard en faveur d’un gouvernement provisoire, présidé par le prince Lvov, qui dure jusqu’au 20 juillet laissant alors la place à un cabinet dirigé par Alexandre Kerenski.
Malgré leur rapide reconnaissance par les puissances alliées (France, Angleterre, Italie) et les mesures adoptées dans le droit fil du programme traditionnel des démocrates russes : suppression de la peine de mort, abolition des législations discriminantes envers les nationalités ou les religions, les nouvelles autorités se montrent incapables d’affronter la situation. Pour asseoir sa légitimité, le gouvernement provisoire décide alors de convoquer une Assemblée constituante, élue sur la base du suffrage universel direct, égal et secret, qui aura pour tâche de donner à la nouvelle Russie des lois fondées sur l’égalité et la liberté (Manifeste du 20 mars).

Renouant avec l’expérience de la révolution (vaincue) de 1905, les partis révolutionnaires - socialiste révolutionnaire, social-démocrate (menchevique) et bolchevique - misent sur les soviets. Ces conseils, apparus spontanément partout en Russie dans les centres industriels, les garnisons, les campagnes, se fédèrent et se réunissent en congrès régionaux puis nationaux. Une première conférence panrusse des soviets a lieu dès la fin mars. On dénombre environ 900 conseils de députés ouvriers, soldats et paysans à la veille du coup de force des bolcheviks en octobre.
Le soviet de Petrograd qui se réunit au palais de Tauride (photo n° 1), siège de la douma (parlement institué fin 1905) symbolise la phase démocratique de la révolution : un mythe qui enflammera les imaginations est en train de naître. Par sa structure, le soviet donne une impression de démocratie directe. En réalité, il s’agit d’une organisation complexe aussi bien du point de vue de la forme (pyramidale) que de celui des rivalités entre partis qui s’y donnent cours sur fond d’opposition sociale - les soldats en majorité d’origine paysanne y jouent un rôle déterminant.
L’influence des soviets grandit au fil des semaines alors que le gouvernement provisoire tarde à réunir la Constituante et perd pied dans la guerre contre l’Allemagne. Dès le 14 mars, le soviet de Petrograd place cette question au centre des débats en lançant un appel aux peuples du monde entier pour les inviter à « une action commune et décisive en faveur de la paix ». Bientôt certains soviets rejettent l’autorité du gouvernement, qui a pris auprès des Alliés l’engagement de poursuivre les combats, de respecter les traités, en appelle au « haut patriotisme » du peuple et promet d’assurer à l’armée le nécessaire pour combattre. Epuisée par trois années d’un conflit particulièrement meurtrier (1,7 million de soldats tués), la Russie n’est plus capable de fournir un tel effort. Sur le front, l’armée russe se décompose (photo n° 2). Le pacifisme se répand et la discipline s’effondre : on compte 2 millions de désertions de mars à octobre. L’introduction d’une juridiction de guerre rétablissant la peine de mort sur le front (25 juillet) n’est pas suffisante pour enrayer un phénomène qui touche 10 millions d’hommes assoiffés de paix.

La révolution de février 1917 (calendrier grégorien) échoue à instaurer une démocratie constitutionnelle. L’évolution politique interne de la Russie est subordonnée aux conséquences du conflit mondial qui par son ampleur et sa violence inédite bouleverse l’économie, la société et le système politique russes. Partisan de la guerre, le gouvernement provisoire se voit discrédité par les défaites militaires successives et subit la concurrence grandissante des soviets, véritable contre-pouvoir révolutionnaire, qui échappent bientôt à toute maîtrise. Acquis à Lénine et à ses « Thèses d’avril », le soviet de Petrograd procède en octobre, sous la responsabilité de Trotski, à un coup de force mené par un petit groupe armé : la « révolution » d’octobre remplace la révolution de Février.

Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004.Marc FERRO, La Révolution russe d’octobre 1917, Paris, Albin Michel, collection « Bibliothèque de l’évolution de l’humanité », 1997.Malia MARTIN, Comprendre la révolution russe, Paris, Seuil.Richard PIPES, La Révolution russe, traduit de l’américain sous la direction de Jean-Mathieu LUCCIONI, Paris, Presses universitaires de France, 1993.

Jean-Louis PANNE, « Guerre et Révolution en Russie (1917-1918) », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 23/07/2024. URL : https://histoire-image.org/etudes/guerre-revolution-russie-1917-1918

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La prise de Constantine

La prise de Constantine

La prise de Constantine

En 1834, le roi Louis-Philippe se résout à maintenir la présence française en Algérie, mais choisit de restreindre l’…

La prise de Constantine
La prise de Constantine
La prise de Constantine
La Grande armée fidèle à l'Empereur

La Grande armée fidèle à l'Empereur

Symbole s’il en est de l’unanimité populaire, le serment, devenu sous la Révolution la proclamation inaliénable du corps souverain de la nation,…

La Grande armée fidèle à l'Empereur
La Grande armée fidèle à l'Empereur
La Grande armée fidèle à l'Empereur
L'interrogatoire du prisonnier

L'interrogatoire du prisonnier

La guerre : une réalité quotidienne

Quand la Première Guerre mondiale débute au milieu de l’été 1914, les belligérants s’accordent à penser qu’…

La mutinerie de Nancy, août 1790

La mutinerie de Nancy, août 1790

L’affaire de Nancy : un épisode marquant de la Révolution française

Le 31 août 1790, le marquis de Bouillé, gouverneur des Trois-Évêchés à Metz,…

Le prince de Condé

Le prince de Condé

Le prince et le peintre

Le 19 mai 1643, le jeune Louis II de Bourbon, duc d’Enghien, fils aîné du prince de Condé et cousin du roi de France,…

Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande

Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande

Depuis la signature de l’armistice, le 22 juin 1940, la France vaincue est en partie occupée, mais le régime de l’Occupation varie d’un territoire…

Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande
Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande
La conscription au XIX<sup>e</sup> siècle

La conscription au XIXe siècle

Pendant la majeure partie du XIXe siècle, la conscription, ou obligation pour tous les garçons de servir sous les drapeaux, n’a jamais…

La conscription au XIX<sup>e</sup> siècle
La conscription au XIX<sup>e</sup> siècle
La Déshumanisation des soldats

La Déshumanisation des soldats

Pendant les hostilités de 1914 à 1918, dans tous les pays belligérants, les peintres, comme la grande majorité des artistes et des intellectuels,…

« La journée du Poilu »

« La journée du Poilu »

Une guerre qui s’installe dans la durée

L’épisode de la bataille de la Marne, au début du mois de septembre 1914, soude les Français derrière…

« La journée du Poilu »
« La journée du Poilu »
Commune : le peuple en arme

Commune : le peuple en arme

La Commune et le peuple de Paris en armes

La Commune n’a pas disposé d’armée au sens strict. Ses rangs étaient composés d’une part de gardes…

Commune : le peuple en arme
Commune : le peuple en arme