L'interrogatoire du prisonnier.

L'interrogatoire du prisonnier.

Date de création : 1917

Date représentée : 1917

H. : 0

L. : 0

Huile sur toile.

© Collections La Contemporaine

L'interrogatoire du prisonnier

Date de publication : Juillet 2006

Auteur : Alexandre SUMPF

La guerre : une réalité quotidienne

Quand la Première Guerre mondiale débute au milieu de l’été 1914, les belligérants s’accordent à penser qu’elle ne durera que quelques semaines. Or c’est un conflit inédit qui, pendant plus de quatre ans, implique des millions de combattants mais aussi des civils soumis aux impératifs de l’effort de guerre (industriel et financier) et à la gestion des pénuries. Les grandes offensives de l’année 1916 (Verdun, la Somme), menées de part et d’autre pour rompre l’immobilisme de la guerre de position, sont des échecs durement ressentis, malgré l’intense propagande mise en place par les Etats en guerre. En France, le Chemin des Dames, la plus meurtrière de toutes les offensives, est encore à venir lorsqu’Edouard Vuillard sollicite de l’Etat Major français l’autorisation de se rendre au front, à Gérardmer dans les Vosges. De son séjour de février 1917, ce peintre de l’intime, spécialiste des intérieurs bourgeois et des natures mortes, rapporte de nombreuses esquisses et tire une de ses œuvres les plus troublantes, L’interrogatoire du prisonnier.

Une scène hors des combats

A cet endroit et à ce moment du conflit, sans grandes batailles, on peut supposer que le soldat allemand, amené par les deux chasseurs alpins pour être interrogé, a été fait prisonnier lors d’une escarmouche. Cette scène, atypique par son sujet, présente une composition centrée autour du personnage du prisonnier, figure hiératique perdue au milieu de la pièce, tout comme le poêle qui lui fait pendant. Tous deux de guingois, ces éléments se fondent dans les tons gris et bleus d’une pièce anonyme dont on perçoit nettement le caractère glacial. La verticalité nue des éléments au centre de l’image, renforcée par l’arrière-plan où le regard peine à s’accrocher, s’oppose brutalement à l’horizontalité du banc et de la table, au contraire surchargés. Le regard vide de l’Allemand, les objets difficiles à discerner disposés sur le banc, les visages presque effacés des soldats de garde, contrastent également avec la netteté des galons de l’officier français et la carte disposée devant lui, au premier plan. Le tableau symbolise ainsi la véritable frontière qui sépare, plus encore que des ennemis, soldats du rang et officiers.

La violence intime de la guerre totale

Né en 1868, Edouard Vuillard est trop âgé pour être incorporé en 1914. Au cours de l’année 1917, il prend pour la première fois intérêt à la guerre dans son œuvre. Il se rend à Gérardmer et peint la même année, une série de toiles pour Lazare Lévi, qui représentent son usine de munitions à Oullins. Le voyage dans les Vosges n’a permis à Vuillard que de peindre des bureaux militaires, quelques vues de Gérardmer et un abri sous la neige. En revanche, la scène de l’interrogatoire du prisonnier présentée ici, même éloignée des combats, suinte la violence : l’ombre du prisonnier qui se heurte à la porte infranchissable et le crochet qui pend du plafond soulignent la détermination de l’officier à obtenir des renseignements sur les forces ennemies pour préparer, qui sait, une nouvelle offensive. L’impuissance du prisonnier face à la machine militaire semble indiquer que ce dernier est le jouet des événements – ce qui a amené certains critiques de l’époque à considérer l’œuvre de Vuillard comme antimilitariste. C’est plus probablement la violence et la brutalité sous-jacentes de cette scène intimiste que le public a eu du mal à supporter.

Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004.

Jean-Jacques BECKER et Serge BERSTEIN, Victoires et frustrationsParis, Seuil, 1990.

Antoine SALOMON et Guy COGEVAL, Vuillard.Le regard innombrableCatalogue critique des peintures et pastels, vol.III, Paris, Skira, 2003.

Alexandre SUMPF, « L'interrogatoire du prisonnier », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/interrogatoire-prisonnier

Anonyme (non vérifié)

Est-il autorisé par la loi de distribuer ce texte à une classe de 3ème ?

jeu 14/04/2011 - 05:02 Permalien
Anonyme (non vérifié)

merci des infos j'ai une épreuve d'histoire des arts dessus et je ne trouvais rien...jusqu'à maintenant^^

mar 26/04/2011 - 02:38 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour et merci de votre analyse.
A propos du crochet dont vous parlez ,j'ai l'impression que c'est plutôt une corde avec noeud coulant.

dim 05/05/2019 - 11:46 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La galerie des Glaces transformée en ambulance

L’effondrement du Second Empire en 1870 suite aux victoires de l’armée allemande s’accompagna d’une avance rapide de l’ennemi jusqu’à Paris,…

La campagne de France, 1814

Après la désastreuse campagne de Russie, l’armée française, exsangue, connut encore de beaux succès lors de la campagne de Saxe du printemps 1813…

Le traité de Versailles

La signature du traité de paix de Versailles intervient quelques mois après l’armistice du 11 novembre 1918. Mais l’armistice ne signifie pas la…

Le traité de Versailles
Le traité de Versailles
Le traité de Versailles
Le traité de Versailles

La défaite de l'Empire

Fin mars 1814, la campagne de France et le Premier Empire tirent à leur fin. Fortes de 800 000 soldats européens, rejointes par le comte d’Artois…

L’intervention des États-Unis dans la Première Guerre mondiale

L’intervention des Américains

Les Etats-Unis, qui avaient d’abord résolu de rester neutres, en 1914, sont entrés en guerre, le 6 avril 1917, aux…

Henri IV, le premier roi « médiatique » de l’histoire de France

Dans sa (re)conquête du pouvoir après l’assassinat d’Henri III le 2 août 1589 sous le couteau de Jacques Clément, Henri IV a su accompagner…

Henri IV, le premier roi « médiatique » de l’histoire de France
Henri IV, le premier roi « médiatique » de l’histoire de France

L'armée de l'Est

En novembre 1870, Gambetta et son entourage décidèrent de mener une diversion offensive dans l’est de la France, afin de menacer les communications…
L'Illustration, 29 août 1914 : " Leur façon de faire la guerre "

Images de l'Allemand

Entre 1914 et 1918, l’usage intensif d’images représentant la « cruauté de l’ennemi » sous diverses formes (dans les livres, les journaux, les…

Images de l'Allemand
Images de l'Allemand

La déshumanisation des soldats

Pendant les hostilités de 1914 à 1918, dans tous les pays belligérants, les peintres, comme la grande majorité des artistes et des intellectuels,…

1870 : de la défaite au désir de revanche

Les défaites françaises de 1870

La France déclare la guerre à la Prusse le 19 juillet 1870. Durant les semaines suivantes, l’armée française…

1870 : de la défaite au désir de revanche
1870 : de la défaite au désir de revanche