Aller au contenu principal
Le courage héroïque du jeune Désilles, le 31 Août 1790, à l'Affaire de Nancy.

Le courage héroïque du jeune Désilles, le 31 Août 1790, à l'Affaire de Nancy.

Date de création : 1790

Date représentée : 31 août 1790

H. : 43,5 cm

L. : 60 cm

Esquisse pour le tableau. Lavis bistre et crayon

Domaine : Peintures

© Musée Lorrain, Nancy - G. Mangin

La mutinerie de Nancy, août 1790

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Sabine BOUCHY DU PALUT

L’affaire de Nancy : un épisode marquant de la Révolution française

Le 31 août 1790, le marquis de Bouillé, gouverneur des Trois-Évêchés à Metz, lança une opération punitive contre les soldats de la garnison de Nancy, en rébellion contre leurs officiers. Le violent combat qui eut lieu devant le poste de garde de la porte Stainville fit trois cents morts et blessés, parmi lesquels le lieutenant Désilles, qui s’était interposé pour empêcher une lutte fratricide. La répression fut féroce : un soldat fut roué, quarante-deux pendus et quarante et un envoyés aux galères.

En janvier 1791, l’Assemblée constituante organisa une souscription publique pour qu’un tableau immortalise « l’affaire de Nancy ».

L’esquisse d’un tableau au thème devenu suranné

Le Barbier a représenté le courageux dévouement du lieutenant Désilles dans une composition en frise. Le héros, décalé à gauche, est couché sur les lumières des pièces d’artillerie que les insurgés ont disposées aux abords de la porte afin d’en empêcher la mise à feu ; le jeune lieutenant offre ainsi sa poitrine aux rebelles tout en tendant le bras d’un geste héroïque et théâtralisé pour être mieux immortalisé.

Le peintre avait fourni spontanément cette esquisse dès 1790 pour obtenir la commande du sujet. Toutefois, il ne termina sa toile qu’en 1794 et celle-ci fut présentée au Salon de 1795 (le tableau est actuellement conservé au musée des Beaux-Arts de Nancy comme dépôt de l’État). Entre-temps, la Révolution avait inversé la donne : le héros Désilles était devenu suspect à la cause, et les mutins étaient perçus comme des martyrs. Malgré quelques corrections apportées par le peintre à sa composition initiale, le tableau désignait toujours les soldats rebelles comme des factieux et il reçut un accueil très froid.

Le Barbier, tombé pendant longtemps dans l’oubli en raison des thèmes qu’il traitait dans sa peinture, a retrouvé aujourd’hui sa juste place. Après avoir été l’élève de Pierre, il fut reçu à l’Académie en 1785 comme peintre d’histoire. Dès lors, il exposa régulièrement au Salon jusqu’en 1814. Il fut l’un des principaux adeptes des principes de Vien et de David, en adoptant des compositions à l’antique et à la touche froide.

La plus fidèle restitution de l’événement

Grâce aux nombreuses gravures qui l’ont reproduite, la composition de Le Barbier a largement contribué à la diffusion de cet épisode marquant de la Révolution, lequel avait soulevé une vive émotion dans la France entière. L’artiste avait fait le voyage à Nancy avant d’exécuter son œuvre qui est la plus fidèle représentation de l’événement. Le visage du jeune lieutenant est restitué avec le plus grand souci d’authenticité grâce à l’utilisation d’un masque mortuaire, et l’architecture de la porte de Stainville, rebaptisée Désilles en l’honneur du héros, est représentée avec une grande exactitude.

Jean-Paul BERTAUD, La Révolution armée : les soldats-citoyens et la Révolution française, Paris, Laffont, 1979.

Éric HARTMANN, La Révolution française en Alsace et en Lorraine, Paris, Perrin, 1990.

COLLECTIF, La Révolution en Lorraine, musée historique Lorrain (19 mai – 31 août 1989), catalogue d’exposition réalisé par Francine ROZE avec la collaboration de Mireille CANET et Hubert COLLIN, Nancy, Guides du musée Lorrain, 1789.

COLLECTIF, Regard. Collection du musée des Beaux-Arts de Nancy, catalogue réalisé sous la direction de Béatrice SALMON, Paris, Réunion des musées nationaux, 1999.

François PUPIL, « Le dévouement du chevalier Désilles et l’affaire de Nancy en 1790 : essai de catalogue iconographique », Pays lorrain, no 2, 1976, p. 73-110.

Éric HARTMANN, La Révolution française en Alsace et en Lorraine, Paris, Perrin, 1990.

Sabine BOUCHY DU PALUT, « La mutinerie de Nancy, août 1790 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 17/04/2024. URL : histoire-image.org/etudes/mutinerie-nancy-aout-1790

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande

Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande

Depuis la signature de l’armistice, le 22 juin 1940, la France vaincue est en partie occupée, mais le régime de l’Occupation varie d’un territoire…

Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande
Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande
Une vision sociale de l'armée

Une vision sociale de l'armée

La pauvreté et la malnutrition dans la France de la IIIe République

Dans la société française du XIXe siècle, les inégalités sont encore criantes…

Portrait du duc de Villars

Portrait du duc de Villars

Le duc de Villars, maréchal de France

Ce tableau est regardé comme la copie, une dizaine d’années plus tard, d’un premier portrait réalisé en 1704…

Dessiner la mort pendant la guerre de 1914-1918

Dessiner la mort pendant la guerre de 1914-1918

Les conditions nouvelles de la guerre infligent des violences innombrables et terribles aux soldats. Le champ de bataille est un immense charnier…

Dessiner la mort pendant la guerre de 1914-1918
Dessiner la mort pendant la guerre de 1914-1918
La Vie quotidienne dans les tranchées

La Vie quotidienne dans les tranchées

Par sa durée et sa violence, la Grande Guerre a constitué une expérience sans précédent historique pour les huit millions de Français mobilisés…

La Vie quotidienne dans les tranchées
La Vie quotidienne dans les tranchées
La Vie quotidienne dans les tranchées
" J'accuse... ! " de Zola

" J'accuse... ! " de Zola

L’affaire Dreyfus : une erreur judiciaire

En mars 1896, Picquart, le nouveau chef des Services de renseignements de l’état-major, découvrit l’…

Soldats de la Première République

Soldats de la Première République

Raffet est surtout connu comme lithographe et reconnu comme l’illustrateur fondateur de la légende napoléonienne. Attentif aux petits faits qui…
Commune : le peuple en arme

Commune : le peuple en arme

La Commune et le peuple de Paris en armes

La Commune n’a pas disposé d’armée au sens strict. Ses rangs étaient composés d’une part de gardes…

Commune : le peuple en arme
Commune : le peuple en arme
Les Premiers aéroplanes militaires

Les Premiers aéroplanes militaires

La » nouvelle arme »

Durant les premières années du XXe siècle, l’aviation connaît sa véritable naissance : les machines se…

Les Premiers aéroplanes militaires
Les Premiers aéroplanes militaires
Les Premiers aéroplanes militaires
« La journée du Poilu »

« La journée du Poilu »

Une guerre qui s’installe dans la durée

L’épisode de la bataille de la Marne, au début du mois de septembre 1914, soude les Français derrière…

« La journée du Poilu »
« La journée du Poilu »