L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann.

L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann.

Pavillon du collectionneur Ruhlmann. Grand salon.

Pavillon du collectionneur Ruhlmann. Grand salon.

Salle à manger.

Salle à manger.

Chambre à coucher.

Chambre à coucher.

L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann.

L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann.

Date de création : 1925

Date représentée : 1925

H. : 0

L. : 0

Série : Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes 1925. Réalisation dirigée par Ruhlmann, architecture de Pierre Patout, groupe sculpté d'Alfred Janniot "A la gloire de Jean Goujon", bas-relief de Joseph Bernard.

© ADAGP © Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN - Grand Palais / Image RMN - Grand Palais

http://www.photo.rmn.fr

09-540942 / EAD193N

L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann

Date de publication : Décembre 2009

Auteur : Fabienne FRAVALO

Un pavillon d’exposition éphémère

Dans l’esprit de ses organisateurs, l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de 1925 doit redonner à Paris un rôle central en matière d’arts appliqués par la promotion d’un style moderne français et des industries du luxe. L’esplanade des Invalides et le pont Alexandre III, renommé « rue des boutiques », se couvrent à cette occasion d’une multitude de galeries et pavillons éphémères conçus pour refléter la diversité des tendances architecturales et décoratives contemporaines, et la manifestation laisse un large espace à différentes enseignes commerciales. L’Hôtel du collectionneur, du groupe de Jacques-Émile Ruhlmann, occupe une place de choix sur l’un des axes principaux. L’ensemblier, qui a fondé sa société en 1919, est encore relativement peu connu. Il saisit ainsi stratégiquement l’occasion de se faire un nom, en participant à la première exposition internationale consacrée en France à l’art du décor. Construit par l’architecte Pierre Patout, le pavillon de Ruhlmann se distingue par la pureté classique et géométrique de ses lignes.

La demeure d’un collectionneur imaginaire

La vue extérieure du bâtiment montre sa façade principale s’élevant en gradins et animée par une rotonde flanquée de deux étroites colonnades. Assumant ses références classiques, cette construction apparaît néanmoins éminemment moderne par la simplification des masses et la distribution intérieure des pièces : la rotonde dévoile le grand salon, et chaque gradin correspond à un niveau desservi par une galerie circulaire intérieure. En outre, le décor sculpté et peint vient adoucir son caractère géométrique : la frise de la Danse de Joseph Bernard anime la rotonde, les fresques d’Henri Marret colorent les colonnades, et le groupe de l’Hommage à Jean Goujon d’Alfred Janniot apporte la grâce de ses courbes à l’avant du bâtiment.

Une fois entré dans l’Hôtel du collectionneur, le visiteur découvre l’intérieur idéal d’un riche amateur des années 20. Le grand salon, la salle à manger et la chambre à coucher, notamment, mêlent avec harmonie les délicates créations de près de quarante artistes et artisans travaillant sous la direction de Ruhlmann. Le grand salon ovale s’orne ainsi de l’Héraklès de Bourdelle sur un meuble laqué par Jean Dunand et des Danseuses de Joseph Bernard, devant des tentures en damas gris argenté du tapissier Stéphany : cette salle de réception affiche un luxe assumé et privilégie une répartition aérée du mobilier. La salle à manger présente un aspect plus chaleureux : une vaste table rectangulaire accueille les convives à proximité d’une cheminée dont le trumeau sculpté est également dû à Alfred Janniot. Les espaces privés, enfin, font également preuve d’un raffinement associant confort et matériaux précieux, à l’image de la chambre à coucher : des meubles en bois rares, tels que la loupe d’amboine ou l’ébène de Macassar, et une bergère recouverte de fourrure s’intègrent harmonieusement dans une ambiance aux tonalités gris-bleu.

Un chef-d’œuvre de l’Art déco

À l’occasion de l’Exposition de 1925, Ruhlmann réalise de manière exemplaire son idéal esthétique à travers une œuvre d’art totale qui associe en un ensemble unique architecture, décor intérieur, mobilier, sculpture, peinture et objets d’art. Résolument tourné vers une clientèle fortunée, il utilise sans réserve les matériaux coûteux et difficiles à travailler. Son « Hôtel du collectionneur » célèbre ainsi le triomphe du luxe dans un esprit à la fois respectueux du passé et inventif. Il apparaît comme le point d’orgue de la principale tendance des arts décoratifs français révélée lors de la manifestation, et s’oppose délibérément aux courants modernistes représentés par Le Corbusier et Mallet-Stevens, dont les constructions et les équipements recourent à des techniques et à des matériaux industriels. Très admiré par les visiteurs, le pavillon de Ruhlmann a aussi fait l’objet de très nombreuses publications qui en ont perpétué le souvenir. Considéré, malgré son existence éphémère, comme l’une des réalisations esthétiques les plus significatives de l’entre-deux-guerres, il incarne l’esprit même du style Art déco, qui a d’ailleurs tiré son nom de l’Exposition de 1925.

Myriam BACHA (dir.), catalogue de l’exposition Les Expositions universelles à Paris, 1855-1937, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 2005.Emmanuel BRÉON et Rosalind PEPALL (dir.), catalogue de l’exposition Ruhlmann, un génie de l’Art déco, Boulogne-Billancourt, musée des Années 30, 15 novembre 2001-17 mars 2002, New York, The Metropolitan Museum of Art, 10 juin-5 septembre 2004, Montréal, musée des Beaux-Arts, pavillon Jean-Noël Desmarais, 30 septembre-12 décembre 2004, Paris-Boulogne-Billancourt-Montréal, Somogy éditions d’art-Musée des Années 30-Musée des Beaux-Arts, 2004.Emmanuel BRÉON, Dominique ESCANDE, Claude LOUPIAC, Alain MANIER et Isabelle MARINONE, Création et vie artistique au temps de l’exposition de 1925, Paris-Vienne, C.N.D.P.-Futuroscope, coll. « Histoire des arts », 2006.

Fabienne FRAVALO, « L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 15/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/hotel-collectionneur-pavillon-ruhlmann

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le pavillon des Artisans français contemporains

Les arts décoratifs à l’Exposition de 1925

Dédiée à la diffusion et à la promotion des arts décoratifs, l’Exposition internationale de 1925 accorde…

Le pavillon des Artisans français contemporains
Le pavillon des Artisans français contemporains
Le pavillon des Artisans français contemporains

Le métro selon Hector Guimard

Paris, œuvre d’art

Cliché fermement associé à la ville de Paris, sans cesse renouvelé par le cinéma ou les reportages télé, le « style nouille »…

Le métro selon Hector Guimard
Le métro selon Hector Guimard

L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann

Un pavillon d’exposition éphémère

Dans l’esprit de ses organisateurs, l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de…

L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann
L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann
L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann
L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann
Coffret d'Ophélie - Armand Point

La colonie d'Haute-Claire : artisanat et nostalgie

Objets d’art : les voies d’une reconnaissance

Présenté comme un « âge d’or des arts décoratifs », le XIXe siècle, matérialiste et…

La colonie d'Haute-Claire : artisanat et nostalgie
La colonie d'Haute-Claire : artisanat et nostalgie
Atelier de la princesse Marie d'Orléans

Atelier de la princesse Marie d'Orléans

Marie d’Orléans (1813-1839) était la troisième des dix enfants de Louis-Philippe et de Marie Amélie de Bourbon-Sicile. Elle eut un destin original…

Panneau de velours de soie bleu

Un style Restauration ?

Le retour des Bourbons aux Tuileries

Le retour des Bourbons sur le trône de France s’effectua au lendemain du désastre de Waterloo, alors que l’…

Un style Restauration ?
Un style Restauration ?

L'ancêtre des Expositions universelles

L’industrie exposée pour relancer l’économie française

La première exposition des produits de l’industrie française eut lieu en 1798 à l’initiative…

L'ancêtre des Expositions universelles
L'ancêtre des Expositions universelles

Mucha et les arts de la table

Après s’être concentré sur la réalisation d’affiches, de panneaux décoratifs, et sur la confection de costumes et de décors de théâtre, Alfons Mucha…

Froment-Meurice et la vogue historiciste

Le stand Froment-Meurice à l’Exposition de 1849

L’ampleur et l’éclectisme qui caractérisent la dernière Exposition des produits de l’industrie…

Froment-Meurice et la vogue historiciste
Froment-Meurice et la vogue historiciste
Froment-Meurice et la vogue historiciste

La réforme des « Arts and Crafts »

Le Moyen Âge, un paradis sur terre

Premier État capitaliste, l’Angleterre connaît dès le milieu du XVIIIe siècle une révolution…