Panneau de velours de soie bleu

Panneau de velours de soie bleu

Lit de la chambre de Charles X aux Tuileries.

Lit de la chambre de Charles X aux Tuileries.

Panneau de velours de soie bleu

Panneau de velours de soie bleu

Auteur : ANONYME

Lieu de conservation : musée du Louvre (Paris)
site web

Date de création : 1817

Date représentée :

fond Gros de Tours, à encadrement doré, provenant de la chambre de Louis XVIII aux Tuileries. Site de production : maison Grand-Frères

© Photo RMN - Grand Palais - D. Arnaudet

http://www.photo.rmn.fr

91-003478/OA 10279

Un style Restauration ?

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Nicolas COURTIN

Le retour des Bourbons aux Tuileries

Le retour des Bourbons sur le trône de France s’effectua au lendemain du désastre de Waterloo, alors que l’Europe était exaspérée par les prétentions de l’Empereur et les Français avides de calme et de paix. Louis XVIII saisit l’occasion de renouer avec le cours de l’histoire glorieuse de sa famille, déplorant une « absence » qu’il ne pouvait cependant pas totalement occulter. Ainsi la Charte qu’il octroya en 1814 jetait-elle les bases d’une monarchie française moderne, qui reconnaissait l’évolution récente de la société tout en affirmant le respect de la tradition.

Alors que son frère proposait un système de gouvernement relativement consensuel, Charles X, sacré en 1824, voulut renouer sans transition avec le système de l’Ancien Régime, méprisant ainsi la vivacité encore importante des idéaux de 1789 et de la gloire de l’Empire dans l’opinion.

Une commande exceptionnelle : la chambre du roi

Le Premier Empire laissa les palais officiels, vidés à la Révolution, en parfait état et entièrement remeublés. De même que Louis XVIII n’avait pas estimé opportun de se faire sacrer à Reims en grande pompe, la Couronne ne développa pas au début de la Restauration un faste outrancier qui aurait pu contredire la politique tempérée du roi. Seules la salle du trône et la chambre des Tuileries firent l’objet d’une commande importante.

Les tentures commandées pour la chambre du roi sont autant l’illustration de la nouvelle iconographie officielle qu’une remarquable réalisation technique. Dessinés par Saint-Ange (qui commença sa carrière comme dessinateur du garde-meuble de la couronne sous Louis XVI), les cartons de ces panneaux disposent clairement tous les symboles traditionnels de la monarchie française : fleurs de lis au naturel et stylisées, couronnes royales, cornes d’abondance et chiffre du roi. Tores de lauriers enrubannés, rinceaux d’acanthe et fleurs de pavot assurent l’unité de la composition.

Le lit, réalisé par le sculpteur sur bois Pierre Brion pour Charles X en 1824, présente un chevet monumental en haut relief sur lequel trônent les armes de France entourées des symboles traditionnellement attachés à la personne du roi, évoquant sa valeur guerrière (armes) et sa prodigalité (guirlandes de fleurs et cornes d’abondance garnies).

Dans les deux cas, l’utilisation du répertoire décoratif royal traditionnel témoigne de la volonté de montrer la continuité entre l’Ancien Régime et la Restauration. Cependant, l’insistance et l’exclusivité avec lesquelles ces motifs sont distribués rappellent le zèle que l’Empire mit à remplacer les fleurs de lis et les couronnes royales.

Existe-t-il un style Restauration ?

La chambre du roi aux Tuileries, avec ses tentures tissées pour Louis XVIII et le lit réalisé à la demande de Charles X, illustre assez bien l’ambiguïté de ce régime entre une première période plutôt consensuelle et une seconde, dominée par les ultraroyalistes, plus autoritaire. Le premier monarque s’est contenté d’un décor mural neuf, le mobilier étant fait de réemplois du règne de Louis XVI (le lit) aussi bien que de celui de Napoléon Ier (tapis et balustrade). L’ameublement d’une pièce aussi importante dans l’étiquette de la cour n’est pas anodin ; par cet éclectisme certes économique, il salue la continuité des styles et des régimes, sans condamner l’Empire.

En revanche, le lit de Charles X apparaît comme le porte-étendard de la royauté restaurée. Sa taille, le gigantisme de son décor et sa richesse témoignent du faste que le nouveau roi entendait donner à sa vie publique, à l’image de ses ancêtres. Tout comme son couronnement, le choix du roi laissa l’opinion indifférente, même si certains en furent choqués.

Alors que le néoclassicisme du style Empire était toujours à la mode, le style officiel se trouvait perdu. Pas plus que les rois eux-mêmes n’inventèrent pour la France moderne une monarchie renouvelée, les artistes de la Restauration ne surent créer un style nouveau. On commença alors à regarder vers le passé, vers les heures de gloire de la monarchie française.

COLLECTIF, Un âge d'or des arts décoratifs, 1814-1848, catalogue de l’exposition, Paris, RMN, 1991, p. 57-59.

Haut-relief : Type de relief dans lequel les figures se détachent fortement du fond, à la différence du bas-relief.

Tenture : Ensemble de plusieurs tapisseries, formant un cycle autour d’un thème central.

Nicolas COURTIN, « Un style Restauration ? », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 04/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/style-restauration

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann

Un pavillon d’exposition éphémère

Dans l’esprit de ses organisateurs, l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de…

L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann
L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann
L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann
L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann

Mucha et les arts de la table

Après s’être concentré sur la réalisation d’affiches, de panneaux décoratifs, et sur la confection de costumes et de décors de théâtre, Alfons Mucha…
Coffret d'Ophélie - Armand Point

La colonie d'Haute-Claire : artisanat et nostalgie

Objets d’art : les voies d’une reconnaissance

Présenté comme un « âge d’or des arts décoratifs », le XIXe siècle, matérialiste et…

La colonie d'Haute-Claire : artisanat et nostalgie
La colonie d'Haute-Claire : artisanat et nostalgie

L'ancêtre des Expositions universelles

L’industrie exposée pour relancer l’économie française

La première exposition des produits de l’industrie française eut lieu en 1798 à l’initiative…

L'ancêtre des Expositions universelles
L'ancêtre des Expositions universelles
Atelier de la princesse Marie d'Orléans

Atelier de la princesse Marie d'Orléans

Marie d’Orléans (1813-1839) était la troisième des dix enfants de Louis-Philippe et de Marie Amélie de Bourbon-Sicile. Elle eut un destin original…

Froment-Meurice et la vogue historiciste

Le stand Froment-Meurice à l’Exposition de 1849

L’ampleur et l’éclectisme qui caractérisent la dernière Exposition des produits de l’industrie…

Froment-Meurice et la vogue historiciste
Froment-Meurice et la vogue historiciste
Froment-Meurice et la vogue historiciste
Ville médiévale au bord d'un fleuve.

Le renouveau médiéval

Conscience nationale et guerres antinapoléoniennes

Dans une Allemagne dépourvue d’unité politique mais unie dans sa volonté de se soustraire à la…

La réforme des « Arts and Crafts »

Le Moyen Âge, un paradis sur terre

Premier État capitaliste, l’Angleterre connaît dès le milieu du XVIIIe siècle une révolution…

Panneau de velours de soie bleu

Un style Restauration ?

Le retour des Bourbons aux Tuileries

Le retour des Bourbons sur le trône de France s’effectua au lendemain du désastre de Waterloo, alors que l’…

Un style Restauration ?
Un style Restauration ?

Primavera, l'atelier d'art des magasins du Printemps

Les ateliers d’art des grands magasins

Afin de développer les arts décoratifs modernes et de favoriser leur diffusion, René Guilleré, fondateur de…

Primavera, l'atelier d'art des magasins du Printemps
Primavera, l'atelier d'art des magasins du Printemps