Tenture, modèle

Tenture, modèle "Peacock".

Auteur : MORRIS William

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1878

Date représentée :

H. : 112

L. : 44,5

Laine (textile), sergé.Produit à Londres par Morris & Co

© Photo RMN - Grand Palais - R. G. Ojeda

http://www.photo.rmn.fr

03-006435 / OAO453-1;OAO453-2

La réforme des « Arts and Crafts »

Date de publication : Janvier 2006

Auteur : Philippe SAUNIER

Le Moyen Âge, un paradis sur terre

Premier État capitaliste, l’Angleterre connaît dès le milieu du XVIIIe siècle une révolution industrielle sans précédent qui la place au premier rang des pays urbanisés d’Europe et qui lui permet d’imposer sa supériorité économique au monde (entre 1850 et 1860, elle produit plus de 50 % du charbon, du fer et de la fonte mondiaux). Mais sa grande prospérité manufacturière et sa suprématie industrielle, éclatantes lors de l’Exposition universelle de 1851, masquent mal les conditions de vie misérables des ouvriers, ainsi que la dégradation du paysage anglais, effets pervers d’un capitalisme sauvage et conquérant. À la prospérité insolente de l’aristocratie et de la bourgeoisie et à leurs luxueux quartiers résidentiels s’opposent les tentaculaires quartiers ouvriers, miséreux et malsains (East End londonien, par exemple) qu’a décrits Dickens. Très tôt, le critique et théoricien John Ruskin (1819-1900) s’élève contre cette civilisation fondée sur le culte de la réalité brutale, ses valeurs répressives et conservatrices, son mercantilisme. Le Moyen Âge lui apparaît comme une période bénie où l’homme pouvait accomplir son être moral dans sa plénitude : contre la division moderne du travail qui transforme l’habile ouvrier en une main-d’œuvre non qualifiée, déconnectée de son objet, asservie à une machine qui aliène son âme, il prône la cohésion sociale des communautés, corporations et autres guildes médiévales, où l’artisan éprouvait du plaisir dans le travail manuel. Cette vision utopique et idéalisée d’un passé révolu, déjà célébrée (et inventée) par l’esthétique romantique qui y voyait une réaction contre le rationalisme, est reprise par l’écrivain socialiste et décorateur William Morris : séduit d’abord par la ferveur des préraphaélites, leur esprit de fraternité et leur passion pour le Moyen Âge (avec l’aide de Burne-Jones, il rencontre Rossetti, qui l’initie à la peinture), il entreprend, entre autres, de remédier à l’affaiblissement de la qualité des produits par un ambitieux programme de réforme des arts décoratifs en transposant sur le plan pratique les idées de Ruskin.

Le bel ouvrage



Refusant de scinder le travail manuel du travail intellectuel, Morris veut restituer leur dignité aux métiers d’art. Au début des années 1860, il s’associe avec Burne-Jones et quelques amis pour créer une entreprise de décoration sur le modèle coopératif, à l’origine d’un vaste mouvement, celui des Arts & Crafts (« arts et métiers »). Tournant résolument le dos à la fabrication industrielle, Morris et ses associés dessinent eux-mêmes les meubles et objets d’art (vitraux, papiers peints, etc.) qui seront ensuite réalisés à la main dans leurs ateliers par des artisans. Les tentures en revanche sont réalisées sur des métiers Jacquard, preuve que Morris peut à l’occasion accepter certains progrès techniques ; il conserve toutefois les techniques traditionnelles de coloration en n’employant que les teintures naturelles. Plus limitées que les couleurs chimiques modernes, elles concourent à l’aspect « haute époque » de ces tentures, dont les motifs revisitent par ailleurs le répertoire du Moyen Âge. Morris réinterprète librement ici des motifs de textiles siciliens des XVe et XVIe siècles qu’il a pu voir au South Kensington Museum (le musée londonien d’arts décoratifs), dont il est un visiteur assidu. Par sa stylisation (le paon et le dragon sont simplifiés et traités de profil) et la vigueur de ses motifs, cette tenture se distingue de la production dominante, souvent de pacotille, et marquée par un certain illusionnisme des motifs.

Vers un art nouveau


Morris s’inscrit dans une double démarche, esthétique et sociale, puisqu’elle vise à améliorer le style et la qualité des objets quotidiens et les conditions de travail (il s’interdit d’employer des enfants et offre à ses artisans un salaire supérieur à celui qu’ils obtiendraient ailleurs). Ses idées réformatrices, l’ambition de renouer arts majeurs et arts mineurs, la simplicité et la vigueur de ses productions, devaient inspirer, en Angleterre même, la création de nombreux groupes (Century Guild, Art Worker’s Guild, Guild of Handicraft…) attentifs à produire des ensembles décoratifs où une beauté simple le dispute à l’utilité. À la fin du siècle, ces idées se répandent largement : fondation par les époux Mackintosh de l’École de Glasgow en Écosse, ou encore création des Wiener Werkstätte (1903) en Autriche par Hoffmann et Moser, dont la production, géométrique et moderne, inaugure un art vraiment nouveau. En France, le mouvement Arts & Crafts eut des échos à partir des années 1890. Un groupe comme L’Art dans Tout (1896-1901), voué à la décoration et à l’ameublement intérieurs, fut sensible à quelques-unes des idées de Morris et parfois même aux formes des Arts & Crafts (meubles simples et en bois massif de Plumet ou de Selmersheim). Proche des préoccupations du catholicisme social et de l’anarchisme qui accordent un rôle social à l’art, il diffère du mouvement anglais en acceptant que ses modèles soient reproduits par la machine et l’industrie, condition sine qua non d’une diffusion de masse de beaux objets dans les classes moyennes et populaires : « Pour que l’art se répande, que la nation prospère et que l’ouvrier vive, il faut des prototypes parfaits, aptes à être répétés en série, impeccablement, avec la certitude que garantit à l’industrie la science toujours mieux disciplinée et toujours plus flexible » (Roger Marx, L’Art social, Paris, 1913).

Wendy KAPLAN, The Arts & Crafts Movement in Europe and America : Design for the Modern World, New York, Thames & Hudson, 2004.Roger Marx, L’Art social, Paris, 1913.William Morris, catalogue de l’exposition du Victoria and Albert Museum, Londres, Philip Wilson Publishers, 1996.Rossella Froissart PEZONE, L’Art dans Tout.Les arts décoratifs en France et l’utopie d’un art nouveau, Paris, C.N.R.S.Éditions, 2005.

Philippe SAUNIER, « La réforme des « Arts and Crafts » », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 30/11/2022. URL : histoire-image.org/etudes/reforme-arts-and-crafts

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Coffret d'Ophélie - Armand Point

La colonie d'Haute-Claire : artisanat et nostalgie

Objets d’art : les voies d’une reconnaissance

Présenté comme un « âge d’or des arts décoratifs », le XIXe siècle, matérialiste et…

La colonie d'Haute-Claire : artisanat et nostalgie
La colonie d'Haute-Claire : artisanat et nostalgie

La réforme des « Arts and Crafts »

Le Moyen Âge, un paradis sur terre

Premier État capitaliste, l’Angleterre connaît dès le milieu du XVIIIe siècle une révolution…

Mucha et les arts de la table

Après s’être concentré sur la réalisation d’affiches, de panneaux décoratifs, et sur la confection de costumes et de décors de théâtre, Alfons Mucha…
Modèle de lettres pour le panneau de sortie des édicules

Le métro selon Hector Guimard

Paris, œuvre d’art

Cliché fermement associé à la ville de Paris, sans cesse renouvelé par le cinéma ou les reportages télé, le « style nouille »…

Le métro selon Hector Guimard
Le métro selon Hector Guimard
Panneau de velours de soie bleu

Un style Restauration ?

Le retour des Bourbons aux Tuileries

Le retour des Bourbons sur le trône de France s’effectua au lendemain du désastre de Waterloo, alors que l’…

Un style Restauration ?
Un style Restauration ?

Le renouveau médiéval

Conscience nationale et guerres antinapoléoniennes

Dans une Allemagne dépourvue d’unité politique mais unie dans sa volonté de se soustraire à la…

Le pavillon des Artisans français contemporains

Les arts décoratifs à l’Exposition de 1925

Dédiée à la diffusion et à la promotion des arts décoratifs, l’Exposition internationale de 1925 accorde…

Le pavillon des Artisans français contemporains
Le pavillon des Artisans français contemporains
Le pavillon des Artisans français contemporains

Primavera, l'atelier d'art des magasins du Printemps

Les ateliers d’art des grands magasins

Afin de développer les arts décoratifs modernes et de favoriser leur diffusion, René Guilleré, fondateur de…

Primavera, l'atelier d'art des magasins du Printemps
Primavera, l'atelier d'art des magasins du Printemps

Froment-Meurice et la vogue historiciste

Le stand Froment-Meurice à l’Exposition de 1849

L’ampleur et l’éclectisme qui caractérisent la dernière Exposition des produits de l’industrie…

Froment-Meurice et la vogue historiciste
Froment-Meurice et la vogue historiciste
Froment-Meurice et la vogue historiciste

L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann

Un pavillon d’exposition éphémère

Dans l’esprit de ses organisateurs, l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de…

L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann
L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann
L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann
L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann