L'Exposition des produits de l'industrie française dans la cour Carrée.

L'Exposition des produits de l'industrie française dans la cour Carrée.

Table et fauteuil de toilette.

Table et fauteuil de toilette.

L'Exposition des produits de l'industrie française dans la cour Carrée.

L'Exposition des produits de l'industrie française dans la cour Carrée.

Date de création : 1801

Date représentée : 1801

H. : 0

L. : 0

© Photothèque des Musées de la Ville de Paris - Cliché Ladet

http://www.paris.fr/musees/musees/phototheque/default.ASP

1991 CAR 0753 / D 06002

L'ancêtre des Expositions universelles

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Nicolas COURTIN

L’industrie exposée pour relancer l’économie française

La première exposition des produits de l’industrie française eut lieu en 1798 à l’initiative du ministre François de Neufchâteau. Trois ans plus tard, le Consulat reprit cette initiative destinée à « offrir un panorama des productions des diverses branches de l’industrie dans un but d’émulation »(Anne Dion-Tenenbaum, Un âge d’or des arts décoratifs, Paris, 1991, p.116.). Au lendemain de la Révolution, l’économie nationale devant être confortée, notamment vis-à-vis de l’Angleterre, la juxtaposition de techniques très variées et la délivrance de récompenses devaient stimuler une fructueuse concurrence nationale.

Variété et richesse

En 1801, l’exposition eut lieu dans la cour Carrée du Louvre, aménagée à cet effet. L’endroit était symbolique. Un an après l’ouverture du musée des Antiques, le palais accueillait les créations les plus modernes et les plus luxueuses. Cette deuxième édition affirmait le retour de Paris à la tête de la création de luxe, place qu’aucune autre capitale ne lui avait disputée depuis le début du XVIIIe siècle.

Le dessin anonyme de Carnavalet évoque la diversité des objets présentés : mobilier, bronzes d’ameublement, cristaux ou tissus, qui démontrent un savoir-faire précieux et un style néoclassique renouvelé.

Après une seule édition sous l’Empire, la Restauration renoua avec ces expositions en 1819. Elles prirent un caractère compétitif appuyé, chaque maison créant spécialement des objets dans le but de remporter les éloges du public, mais surtout les premiers prix. Dans chaque domaine apparurent donc des créations de plus en plus audacieuses et originales.

La boutique de Marie Désarnaud-Charpentier était spécialisée dans la réalisation et la vente d’objets et de meubles en cristal monté. Cette table de toilette assortie d’un fauteuil qu’elle présenta à l’exposition de 1819 fut incontestablement son plus grand succès. Si, par ses formes rondes et légères et son décor néoclassique sur le thème de la beauté et du charme, elle illustre très bien le style en vogue sous la Restauration, sa technique de création est surprenante. La structure en métal du meuble est en effet entièrement dissimulée par des éléments en cristal taillé maintenus par des bronzes dorés et ciselés de très grande qualité. Le plateau est couvert d’une plaque de verre églomisé à fond bleu. C’était la première fois que l’on réalisait ainsi un objet de cette importance. Le jury lui attribua une médaille d’or, et la duchesse de Berry salua cette nouveauté en achetant cette toilette pour son château de plaisance de Rosny-sur-Seine.

Sous la Restauration, le rôle de mécène que la famille royale jouait sous l’Ancien Régime semblait avoir disparu. Les expositions des produits de l’industrie furent l’occasion pour elle, par les achats qu’elle y fit, de renouer avec cette tradition. Mais seule la duchesse de Berry, nièce de Louis XVIII, remplit cette fonction avec suffisamment d’intérêt et de talent pour réellement influencer le style de son époque. Le château de Rosny, où la toilette fut envoyée, résumait le – bon – goût de la duchesse.

Ce style fut surtout marqué par l’évolution des techniques de création, ce que cette toilette démontre efficacement. En effet, une telle réalisation n’a été possible que grâce au développement des manufactures de cristal qui, dans l’est de la France, mirent au point les méthodes de fusion et de taille du cristal issues du métier traditionnel du verre. Louis XVIII et Charles X furent tous deux très attentifs au développement des usines de Lorraine et les favorisèrent par leur intérêt soutenu et leur protection personnelle (cf. Baccarat).

Les premières expositions des produits de l’industrie furent organisées à la hâte et le succès public ne fut pas vraiment à la mesure de ce que suggère le dessin conservé à Carnavalet. Néanmoins, le principe fut posé dès le début que les objets d’art devaient avoir une exposition particulière, avec un système de récompenses calqué sur celui des Salons de l’Académie. C’était leur accorder une reconnaissance dont ils ne bénéficiaient pas auparavant et leur donner le double statut de créations artistiques et de moteurs de l’économie nationale. Les nombreuses commandes que Napoléon Ier passa aux manufactures de soie lyonnaises participaient du même désir.

C’est en cela que ces premières manifestations peuvent être considérées comme les ancêtres des Expositions universelles de la seconde moitié du siècle.

Anne DION-TENENBAUM Un âge d'or des arts décoratifs, 1814-1848 Paris, RMN, 1991.

Nicolas COURTIN, « L'ancêtre des Expositions universelles », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 14/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/ancetre-expositions-universelles

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L'ancêtre des Expositions universelles

L’industrie exposée pour relancer l’économie française

La première exposition des produits de l’industrie française eut lieu en 1798 à l’initiative…

L'ancêtre des Expositions universelles
L'ancêtre des Expositions universelles

Froment-Meurice et la vogue historiciste

Le stand Froment-Meurice à l’Exposition de 1849

L’ampleur et l’éclectisme qui caractérisent la dernière Exposition des produits de l’industrie…

Froment-Meurice et la vogue historiciste
Froment-Meurice et la vogue historiciste
Froment-Meurice et la vogue historiciste

Mucha et les arts de la table

Après s’être concentré sur la réalisation d’affiches, de panneaux décoratifs, et sur la confection de costumes et de décors de théâtre, Alfons Mucha…

L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann

Un pavillon d’exposition éphémère

Dans l’esprit de ses organisateurs, l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de…

L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann
L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann
L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann
L'Hôtel du Collectionneur - pavillon Ruhlmann

Le métro selon Hector Guimard

Paris, œuvre d’art

Cliché fermement associé à la ville de Paris, sans cesse renouvelé par le cinéma ou les reportages télé, le « style nouille »…

Le métro selon Hector Guimard
Le métro selon Hector Guimard

La réforme des « Arts and Crafts »

Le Moyen Âge, un paradis sur terre

Premier État capitaliste, l’Angleterre connaît dès le milieu du XVIIIe siècle une révolution…

Atelier de la princesse Marie d'Orléans

Atelier de la princesse Marie d'Orléans

Marie d’Orléans (1813-1839) était la troisième des dix enfants de Louis-Philippe et de Marie Amélie de Bourbon-Sicile. Elle eut un destin original…

Le renouveau médiéval

Conscience nationale et guerres antinapoléoniennes

Dans une Allemagne dépourvue d’unité politique mais unie dans sa volonté de se soustraire à la…

Le pavillon des Artisans français contemporains

Les arts décoratifs à l’Exposition de 1925

Dédiée à la diffusion et à la promotion des arts décoratifs, l’Exposition internationale de 1925 accorde…

Le pavillon des Artisans français contemporains
Le pavillon des Artisans français contemporains
Le pavillon des Artisans français contemporains
Coffret d'Ophélie - Armand Point

La colonie d'Haute-Claire : artisanat et nostalgie

Objets d’art : les voies d’une reconnaissance

Présenté comme un « âge d’or des arts décoratifs », le XIXe siècle, matérialiste et…

La colonie d'Haute-Claire : artisanat et nostalgie
La colonie d'Haute-Claire : artisanat et nostalgie