Barricade du boulevard Puebla.

Barricade du boulevard Puebla.

Date de création : 1871

Date représentée : 1871

H. : 0

L. : 0

photographie

© Saint-Denis, musée d'art et d'histoire - Cliché I. Andréani

Image de la Commune : la barricade du boulevard Puebla

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Bertrand TILLIER

Les barricades de la Commune

Parmi les images de la Commune s’impose souvent celle de la barricade avec ses tas de pavés derrière lesquels sont retranchés des insurgés. Ces fortifications populaires, éminemment liées à l’imaginaire révolutionnaire parisien depuis les journées de 1830, ne sont cependant pas toutes identiques.

Les barricades de la Commune n’apparaissent pas massivement lors de la journée du 18 mars 1871 : celles qui furent spontanément érigées dans le centre de Paris ne servirent pas. Dans les semaines suivantes, la question des barricades fut régulièrement soulevée au sein des instances de la Commune.

Des barricades populaires

Croyant peu à une guerre des rues, la Commune se dota d’une commission des Barricades qui se contenta de faire édifier quelques imposants ouvrages défensifs disséminés dans Paris, sans grande cohérence. La barricade érigée à l’entrée de la place de la Concorde, haute de deux étages, avec son fossé, son chemin de ronde et son appareil de fortifications, resta une forteresse, rapidement surnommée « Château-Gaillard » par allusion au chef barricadier Napoléon Gaillard (1815-1902).

Sur cette photographie anonyme, une barricade est dressée en travers du boulevard Puebla – du nom d’une victoire française lors de la campagne du Mexique – devenu rue des Pyrénées sur décision des autorités républicaines pour qui cette guerre impériale avait été illégale.

D’une conception sommaire, la barricade est constituée de pavés, fûts, gabions, fascines et grilles d’arbres. On est loin des fortifications dont les formes, les dimensions et les types ont été fixés par Gaillard et Rossel le 12 avril 1871. Échappant à toute typologie, cette barricade-ci est l’expression d’une spontanéité populaire. Elle existe d’ailleurs, en tant que telle, autant par son amoncellement de matériaux que par les gardes nationaux qui la hérissent de leurs fusils brandis.

Construite comme un ouvrage de défense militaire, elle fut aussi, à l’occasion de cette photographie, le lieu d’une démonstration populaire. Qu’on en juge par l’attitude fière et posée du soldat juché sur le haut de l’ouvrage ou par celle des fédérés agenouillés au pied de la fortification. Il faut enfin prendre en compte les gens du peuple, notamment les hommes en blouse, qui se tiennent à ses abords. Ces présences et ces attitudes concourent à faire de la barricade un élément militaire et civil, en même temps qu’un lieu festif et identitaire.

Des « loques de remparts »

Si, sur cette photographie, les fédérés et les communards posent encore fièrement et joyeusement près de leur barricade, l’atmosphère changera bientôt. Deux jours avant le début de la « Semaine sanglante », le Journal officiel de la Commune publie un avis invitant « les ouvriers qui savent faire des gabions, fascines et clayonnages [à] se présenter tous les jours à la direction du génie […] ».

Mais la mesure est trop tardive. Des barricades seront improvisées à la hâte par les hommes, les femmes et les enfants à travers les rues, comme des barrages de fortune surgis sans concertation et qui s’avéreront aussi fragiles qu’inutiles. Ces barricades populaires furent vite prises à revers et « nettoyées » par les troupes versaillaises. Avec compassion mais non sans critique, Lissagaray les considère comme des « loques de remparts » (Histoire de la Commune de 1871, 1876).

Alain DALOTEL, « La dernière barricade de la Commune de 1871 », Gavroche, no 111-112, mai-août 2000, p. 1-8.

Alain DALOTEL et Jean-Claude FREIERMUTH, « Les barricades de la Commune », Gavroche, no 3, avril-mai 1982, p. 14-20.

Prosper-Olivier LISSAGARAY, Histoire de la Commune de Paris en 1871, [1876], Paris, La Découverte, 1991.

Bernard NOËL, Dictionnaire de la Commune, 2 vol., [1971], Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1978.

Bertrand TILLIER, « Image de la Commune : la barricade du boulevard Puebla », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 02/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/image-commune-barricade-boulevard-puebla

A voir aussi : un corpus de documents pour la classe consacré à la Commune

http://archives.paris.fr/r/290/la-commune-de-paris/

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Vestiges de barricades, boulevard Saint-Michel à Paris, après les émeutes étudiantes de mai 1968 Zint Günter (né en 1941)

Mai 1968 : les barricades

Les barricades en images

Parmi toutes les images de Mai 68, celles qui montrent les affrontements entre étudiants et forces de l’ordre dans le…

Mai 1968 : les barricades
Mai 1968 : les barricades

Le Printemps des peuples en Allemagne

La France, foyer de la révolution européenne

En mars 1848, le continent européen s’embrase à nouveau, de Vienne à Venise en passant par Prague et…

Commune : le peuple en arme

La Commune et le peuple de Paris en armes

La Commune n’a pas disposé d’armée au sens strict. Ses rangs étaient composés d’une part de gardes…

Commune : le peuple en arme
Commune : le peuple en arme

La répression de la Commune

La " terreur tricolore "

A la charnière des mois de mai et juin 1871, pendant et après la " semaine sanglante " au cours de laquelle la Commune est…

La répression de la Commune
La répression de la Commune

La défaite de l'Empire

Fin mars 1814, la campagne de France et le Premier Empire tirent à leur fin. Fortes de 800 000 soldats européens, rejointes par le comte d’Artois…

Le retour des Parisiens dans la capitale en juin 1871

Le retour des Parisiens dans la capitale en juin 1871

Après la « Semaine sanglante » et dès les derniers jours de mai 1871, les Parisiens…

Charge anti-républicaine

Le 22 avril 1885, Le Figaro titre « Nouvel incident au Salon » : le tableau de Maurice Boutet de Monvel est définitivement refusé à l’exposition…

Charge anti-républicaine
Charge anti-républicaine
Charge anti-républicaine

La Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix

Charles X et son impopulaire ministre, le prince de Polignac, remettent en cause les acquis de la Révolution. L’opposition libérale, par le biais…

Février et juin 1848

Le 24 février 1848, Louis-Philippe, qui régnait depuis la révolution de juillet 1830, abdique. Sur la place de la Bastille, Charles Lagrange,…

Février et juin 1848
Février et juin 1848
Février et juin 1848
Février et juin 1848

L’écrasement de la Commune

L’écrasement de la Commune

Proclamée en mars 1871 dans la capitale assiégée par les troupes allemandes, la Commune de Paris est une tentative de…