La Commune.

La Commune.

Auteur : ANONYME

Lieu de conservation : musée d’Aquitaine (Bordeaux)
site web

Date de création : 1871

Date représentée : juin 1871

H. : 91,7

L. : 63,8

Peinture dite aussi: "Plaisanteries devant le cadavre d'un communard" Huile sur toile

© Saint-Denis, musée d'art et d'histoire - Cliché I. Andréani

D 69.24.01

Le retour des Parisiens dans la capitale en juin 1871

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Bertrand TILLIER

Le retour des Parisiens dans la capitale en juin 1871

Après la « Semaine sanglante » et dès les derniers jours de mai 1871, les Parisiens reviennent en nombre dans Paris qu’ils ont généralement quitté en deux vagues massives : les uns après la proclamation du siège le 19 septembre 1870, les autres après le 18 mars 1871. Pour la plupart, ils sont partis pour la grande banlieue ou la province. Certains ont suivi les errances des gouvernements à Tours, Bordeaux et Versailles. Ainsi tenus éloignés de la capitale, les Parisiens vivent les événements au travers des rumeurs et de la presse.

À leur retour, ils découvrent le spectacle d’une ville en ruine, aux rues défoncées et aux édifices incendiés, tandis que la répression versaillaise poursuit sa tâche.

Une œuvre synthétique

Cette œuvre anonyme est l’une des rares à mettre en scène la confrontation des communards et de leurs adversaires. Mais ce tableau est surtout un parfait condensé de la situation aux premiers jours de juin 1871.

L’artiste a situé la scène au milieu des immeubles en ruine et au pied d’une barricade éventrée que garde un fantassin versaillais. Sur un pan de mur, des affiches officielles à l’en-tête de la Commune de Paris sont déchirées, comme pour dire encore son écrasement.

Dans cet environnement où règnent la destruction et la violence, l’artiste distribue les rôles à des personnages tellement stéréotypés qu’ils semblent des acteurs : un couple élégant, un bourgeois et un prêtre mus par une commune curiosité sont assemblés autour du cadavre d’un fédéré à la tête fracassée. À l’aide de sa canne – faut-il y voir une allusion à la trique militaire, attribut de la répression ? –, le bourgeois examine le corps du communard, répugnant mais fascinant.

La scène repose essentiellement sur cette confrontation aux allures de parabole.

Une scène tragique

L’opposition entre communards et versaillais présentée dans cette œuvre se fonde surtout sur le recours aux types sociaux les plus répandus dans l’imagerie et l’imaginaire populaires : le prêtre, le bourgeois, le misérable…

Grâce à une touche appliquée, le peintre se plaît à accentuer les contrastes entre des personnages stéréotypés, et plus particulièrement entre le bourgeois gras et le fédéré maigre, dont les constitutions respectives sont largement connotées : le gras possède (le pouvoir, l’argent…) ce dont le maigre est dépourvu. À l’inverse, le maigre est nerveux, convulsif et fragile : des « qualités » d’autant plus funestes que le gras qui les ignore est le survivant et le vainqueur.

L’œuvre est efficace par le mélange de tragique et de comique qui la régit en permanence, comme si l’artiste n’avait pu que souscrire à une dérision habituelle dans la caricature, mais intruse dans la peinture, et sans parvenir à renoncer à une violence ambiante. C’est précisément dans cette ambiguïté de l’intention – la scène exprime-t-elle de la sympathie pour les versaillais ou pour la Commune ? – et dans cet atermoiement des moyens que l’œuvre est la plus percutante.

Bernard NOËL, Dictionnaire de la Commune, 2 vol., Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1978.

Bertrand TILLIER, « Le retour des Parisiens dans la capitale en juin 1871 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 10/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/retour-parisiens-capitale-juin-1871

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix

Charles X et son impopulaire ministre, le prince de Polignac, remettent en cause les acquis de la Révolution. L’opposition libérale, par le biais…

L’écrasement de la Commune

L’écrasement de la Commune

Proclamée en mars 1871 dans la capitale assiégée par les troupes allemandes, la Commune de Paris est une tentative de…

Image de la Commune : la barricade du boulevard Puebla

Les barricades de la Commune

Parmi les images de la Commune s’impose souvent celle de la barricade avec ses tas de pavés derrière lesquels sont…

Mai 1968 : les barricades

Les barricades en images

Parmi toutes les images de Mai 68, celles qui montrent les affrontements entre étudiants et forces de l’ordre dans le…

Mai 1968 : les barricades
Mai 1968 : les barricades

La répression de la Commune

La " terreur tricolore "

A la charnière des mois de mai et juin 1871, pendant et après la " semaine sanglante " au cours de laquelle la Commune est…

La répression de la Commune
La répression de la Commune

Février et juin 1848

Le 24 février 1848, Louis-Philippe, qui régnait depuis la révolution de juillet 1830, abdique. Sur la place de la Bastille, Charles Lagrange,…

Février et juin 1848
Février et juin 1848
Février et juin 1848
Février et juin 1848

La défaite de l'Empire

Fin mars 1814, la campagne de France et le Premier Empire tirent à leur fin. Fortes de 800 000 soldats européens, rejointes par le comte d’Artois…

Commune : le peuple en arme

La Commune et le peuple de Paris en armes

La Commune n’a pas disposé d’armée au sens strict. Ses rangs étaient composés d’une part de gardes…

Commune : le peuple en arme
Commune : le peuple en arme

Charge anti-républicaine

Le 22 avril 1885, Le Figaro titre « Nouvel incident au Salon » : le tableau de Maurice Boutet de Monvel est définitivement refusé à l’exposition…

Charge anti-républicaine
Charge anti-républicaine
Charge anti-républicaine
Combat dans la rue Saint-Antoine, 28 juillet 1830.

L'ère des barricades, 1827-1851

Une époque révolutionnaire

A l’époque où la barricade constitue un sujet nouveau dans la peinture et la littérature, son rôle devient…

L'ère des barricades, 1827-1851
L'ère des barricades, 1827-1851
L'ère des barricades, 1827-1851
L'ère des barricades, 1827-1851