Antoine-Laurent Lavoisier (1743-1794) et Marie-Anne Lavoisier (Marie-Anne Pierrette Paulze, 1758-1836)

Antoine-Laurent Lavoisier (1743-1794) et Marie-Anne Lavoisier (Marie-Anne Pierrette Paulze, 1758-1836)

Date de création : 1788-1789

H. : 259,7 cm

L. : 194,6 cm

huile sur toile

Public Domain, CC0 / The Metropolitan Museum of Art, New York, www.metmuseum.org ; purchase, Mr. and Mrs. Charles Wrightsman Gift, in honor of Everett Fahy, 1977

lien vers l'image

1977.10

Lavoisier et sa femme

Date de publication : Janvier 2021

Auteur : Stéphane BLOND

Élève et mécène de David

Au début des années 1780, Jacques Louis David (1748-1825) est un peintre à la mode au sein de la bourgeoisie parisienne. Passé par l’Académie de France à Rome, ses toiles représentent des sujets à l’antique qui font de lui le maître du néoclassicisme, tout en étant le portraitiste de la haute société.

À partir de 1786, Marie-Anne Pierrette Paulze (1758-1836), épouse du fermier général Antoine-Laurent Lavoisier (1743-1794), suit les cours particuliers de l’artiste. Deux ans plus tard, elle lui commande un tableau de son couple pour la somme considérable de 7 000 livres tournois.

Considéré comme le père de la chimie moderne, Antoine-Laurent Lavoisier investit sa fortune dans la recherche fondamentale. Ancien élève du collège des Quatre-Nations, il fait des études de droit, mais ne plaide pas. En 1770, il acquiert une charge de fermier général pour la collecte des impôts royaux et devient régisseur des Poudres. Dès lors, il réside dans l’hôtel du Grand Arsenal où il possède un laboratoire qui sert probablement de cadre au tableau de David. L’année suivante, il épouse Marie-Anne Paulze, elle-même fille d’un fermier général.

Achevé en 1789, mais non présenté au Salon, ce monumental double portrait est conservé par les héritiers Lavoisier jusqu’en 1924, date de sa vente au galeriste marchand d’art français Georges Wildenstein. Acheté par John Davison Rockefeller Junior, le tableau est revendu en 1977 pour 4 millions de dollars aux époux Wrightsman. Ils en font don au Metropolitan Museum of Art de New York.

La science expérimentale à l’honneur

David prend le parti de donner la vedette à sa généreuse commanditaire. Vêtue d’une longue robe de mousseline blanche et d’une perruque, elle est placée, debout, au centre de la toile. Le regard tourné vers le peintre et le spectateur, elle s’appuie sur l’épaule de son mari, assis devant sa table de travail, comme pour garder un œil attentif sur son activité. Les jeux de lumière orientent également le regard vers la protagoniste, à la manière de son époux qui n’a d’yeux que pour elle.

Antoine-Laurent Lavoisier porte un bel habit bourgeois, avec un costume noir et une chemise blanche à dentelle.

Un portefeuille de plans est posé sur le fauteuil situé à l’arrière. Un baromètre, un gazomètre et une cuve à eau sont représentés sur la table, alors qu’un ballon de verre à robinet d’arrêt est placé au sol.

La gloire d’un couple de chimistes

Scientifique de renom, Lavoisier est continuellement assisté par son épouse. En 1788, ils travaillent ensemble à la publication du Traité élémentaire de chimie dont l’époux corrige manifestement ici les épreuves. Publié l’année suivante chez le libraire parisien Cuchet, l’ouvrage se donne comme objectif de « réformer et de perfectionner la nomenclature de la chimie » grâce à l’étude de la composition de l’air et de la transformation des éléments. Ce traité est complété par treize planches gravées, avec des dessins réalisés par son épouse. Jacques Louis David fait référence à ces derniers par le portefeuille de plans, ainsi qu’en montrant certains des instruments scientifiques qu’elle a représentés.

Si les époux Lavoisier travaillent de concert, c’est le mari qui recueille les honneurs. Au moment où David réalise ce tableau, il est membre de nombreuses institutions françaises et étrangères : Académie royale des sciences, Société royale de médecine, Sociétés d’agriculture de Paris et d’Orléans, Royal Society de Londres, Institut de Bologne, Société helvétique de Bâle, Sociétés de Philadelphie, Harlem, Manchester, Padoue, etc. Néanmoins, David entend rendre hommage à l’action éclairée de madame Lavoisier dans le domaine de la science.

L’historienne japonaise Keiko Kawashima considère qu’avec madame Du Châtelet pour les mathématiques, Marie-Anne Lavoisier illustre le lien entre la science et le genre au siècle des Lumières. En effet, celle-ci s’intéresse à de nombreuses disciplines scientifiques, mais se passionne véritablement pour la chimie dont elle traduit de nombreux travaux européens. Elle tient salon, participe aux expérimentations, prend des notes, réalise des croquis et des dessins. Pourtant, sa posture contemplative sur la toile de David contraste avec celle de son époux, laborieuse.

Malgré ses apports substantiels à la chimie moderne et son approche réformatrice en tant que député de la noblesse aux états généraux de 1789, Antoine-Laurent Lavoisier représente aussi les intérêts financiers de la monarchie. Arrêté pendant la Terreur, il est guillotiné le 8 mai 1794. Sa veuve récupère ses instruments, dont certains sont encore conservés au musée des Arts et Métiers à Paris. En 1804, elle épouse en secondes noces le physicien américain Benjamin Thompson (1753-1814). Ensemble, ils réalisent notamment des travaux sur la chaleur.

HOUGHTON James R., Philippe de Montebello and the Metropolitan Museum of Art (1977-2008), cat. exp. (New York, 2008), New York, The Metropolitan Museum of Art / New Haven, Yale University Press, 2009.

KAWASHIMA Keiko, Émilie Du Châtelet et Marie-Anne Lavoisier : science et genre au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, coll. « Essais » (no 21), 2013.

MONNERET Sophie, David et le néoclassicisme, Paris, Terrail, 1998.

POIRIER Jean-Pierre, Antoine-Laurent de Lavoisier (1743-1794), Paris, Pygmalion Gérard Watelet, 1993.

POIRIER Jean-Pierre, La science et l’amour : madame Lavoisier, Paris, Pygmalion, 2004.

Néoclassicisme : Mouvement artistique qui se développe du milieu du XVIIIe au milieu du XIXe siècle. Renouant avec le classicisme du XVIIe siècle, il entend revenir aux modèles hérités de l’Antiquité, redécouverts par l’archéologie naissante. Il se caractérise par une représentation idéalisée des formes mises en valeur par le dessin.

Stéphane BLOND, « Lavoisier et sa femme », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/lavoisier-sa-femme

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L'assassinat de Bassville à Rome

Les événements qui aboutissent à la proclamation de la république le 21 septembre 1792 ont entraîné une détérioration rapide des relations entre…

L'assassinat de Bassville à Rome
L'assassinat de Bassville à Rome
L'atelier de dessin à l'Ecole des Beaux-Arts - Antoine Bail

Le concours du Prix de Rome

L’histoire du prix de Rome de peinture

Institué en 1663 afin de sélectionner les artistes qui seraient admis à séjourner à l’Académie de France à…

Le concours du Prix de Rome
Le concours du Prix de Rome
Le concours du Prix de Rome
Le concours du Prix de Rome

Louis XIV protecteur des Arts et des Sciences

Roi de guerre, roi-soleil, Louis XIV se veut aussi le protecteur des arts et des sciences. D’autant que le jeune monarque, né en 1638, de l’union…

Le compositeur Cherubini et la Muse de la poésie lyrique

Compositeur italien né en 1760, Cherubini s’établit à Paris en 1788 et se fait naturaliser français. Il traverse les gouvernements : porte-parole…

Louis XIII et Poussin

Un grand décor historique

Initialement commandée en 1828 pour le musée Charles-X, qui accueillait les antiquités égyptiennes et gréco-romaines…

Agar chassée par Abraham

Vernet exerçait en 1833 les fonctions de directeur de l’Académie de France à Rome lorsqu’il découvrit l’Algérie, dont la France amorçait la…

Lavoisier et sa femme

Élève et mécène de David

Au début des années 1780, Jacques Louis David (1748-1825) est un peintre à la mode au sein de la bourgeoisie parisienne…

Vue de la villa Médicis à Rome - Turpin de Crissé

L'Académie de France à Rome : la villa Médicis

La Révolution fut une longue période de transition pour l’Académie de France à Rome. Dix années séparent l’abandon de son siège historique du…

L'Académie de France à Rome : la villa Médicis
L'Académie de France à Rome : la villa Médicis
L'Académie de France à Rome : la villa Médicis
Vue du palais Mancini - Piranèse

L'Académie de France à Rome : le palais Mancini

Fondée par Colbert en 1666 sur les conseils des peintres Charles Le Brun et Charles Errard, l’Académie de France à Rome occupe une place à part…

L'Académie de France à Rome : le palais Mancini
L'Académie de France à Rome : le palais Mancini