Le compositeur Cherubini et la Muse de la poésie lyrique.

Le compositeur Cherubini et la Muse de la poésie lyrique.

Date de création : 1842

Date représentée : 1842

H. : 105

L. : 94

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - C. Jean

http://www.photo.rmn.fr

89EE2280/INV 5423

Le compositeur Cherubini et la Muse de la poésie lyrique

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Nathalie de LA PERRIÈRE-ALFSEN

Compositeur italien né en 1760, Cherubini s’établit à Paris en 1788 et se fait naturaliser français. Il traverse les gouvernements : porte-parole enflammé de la patrie pendant la Révolution il compose quelques années plus tard la Messe du sacre de Napoléon avant de devenir surintendant de la chapelle royale sous la Restauration.
Cherubini

crée des compositions civiques comme des œuvres religieuses et des opéras, en particulier Médée (1797), qui étendra sa notoriété notamment outre-Manche et lui vaudra la reconnaissance des plus grands. En tant que l’un des principaux fondateurs du Conservatoire de Paris, il participe à sa création en 1795 et devient inspecteur puis professeur ; il formera deux générations de compositeurs. Dans le contexte très actif du romantisme musical français, Cherubini, directeur du Conservatoire au terme de sa carrière, se heurte au fougueux Berlioz, ce qui limite ses ambitions et son appétit de reconnaissance. Cette opposition le situe du côté des classiques conservateurs au moment où sa vie s’achève. Sa notoriété restera affectée par les railleries de Berlioz. S’il a senti et exprimé dans sa musique les premiers élans romantiques, Cherubini resta prisonnier du cadre du classicisme. Mais la musique de ce contemporain de Mozart et de Beethoven est imprégnée d’une tension entre émotion et rigueur, et sa figure historique austère cache une œuvre très créative.

C’est en 1834, alors qu’il prend ses fonctions de directeur de l’Académie de France à Rome, qu’Ingres commence le portrait de Cherubini. On ne sait s’il s’agit d’une commande du musicien ou d’une décision du peintre. Cherubini est représenté assis, appuyé contre une colonne de stuc, sous un porche antique. D’une main il se tient la tête, de l’autre sa canne. Il porte un carrick (une redingote) noir entrouvert. Il a l’air très concentré. Derrière lui et hors de son champ de vision se dresse Terpsichore, muse de la danse, des chœurs dramatiques et de la poésie lyrique. Elle tient une lyre, son attribut. Elle étend son bras droit sur la tête du musicien dans un geste de protection en même temps qu’elle le désigne à l’admiration des hommes. Dans un premier état Ingres avait peint un carrick jaune moutarde et le musicien était assis dans un fauteuil de velours rouge. Cette modification est aujourd’hui bien perceptible car cette partie de la toile d’Ingres est sans crevasses et forme une sorte de cerne autour du buste du modèle.
Cette étrange composition mêle époques antique et contemporaine grâce à un jeu d’opposition entre la beauté vigoureuse de la muse et le visage du vieillard comme tout entier retiré en lui-même. C’est le seul portrait pour lequel Ingres ait fait appel à un disciple, Henri Lehmann (Kiel, 1814-Paris, 1882), qui peindra la muse. Malheureusement, il emploiera une peinture trop grasse qui se crevassera quelques années plus tard.

Ce portrait de Cherubini rencontra en France un immense succès. Louis-Philippe acheta le tableau pour le musée du Luxembourg, y reconnaissant un tableau « moderne » plus qu’une œuvre à caractère historique. Ingres est cependant déçu ; il espérait voir son tableau au musée de l’Histoire de France de Versailles, créé par le roi.
Par l’audace de la composition, Ingres mêle le réalisme du portrait et l’allégorie avec la représentation de la muse. Environné d’un décor à l’antique mais habillé comme ses contemporains, Cherubini manifeste une véritable présence grâce à la précision du trait et au souci du détail qui contrastent avec la figure mythologique de la muse. Les relations de Cherubini avec Ingres sont parfois houleuses, car les deux hommes sont orgueilleux. Le journaliste Théophile Silvestre (1823-1876) convenait que « ces deux vanités aigres se comprenaient parfaitement ».
Mais lorsque Cherubini voit son portrait en mai 1841, il ne fait semble-t-il aucun commentaire. Approbation ou désapprobation ? Est-il heurté par les couleurs chamarrées ? Toujours est-il qu’Ingres en fut dépité, et c’est peut-être la raison pour laquelle il modifia ensuite son tableau.

Roland de CANDE Histoire universelle de la musique 2 vol, Paris, Seuil, 1978-1982.André CHASTEL L’Art français , tome IV « Le temps de l’éloquence : 1775-1825 »Flammarion, 1995, rééd.2000.Maruie-Claire BELTRANDO-PATIER Histoire de la musique Paris, Larousse, 1982, nouv. éd. 1998.Georges VIGNE Ingres Paris, Citadelles et Mazenod, 1995.Collectif Les portraits d’Ingres Paris, RMN, 1992.

Nathalie de LA PERRIÈRE-ALFSEN, « Le compositeur Cherubini et la Muse de la poésie lyrique », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 16/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/compositeur-cherubini-muse-poesie-lyrique

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

« Mal du siècle » et révolution romantique

La période de la Restauration est traversée de courants contradictoires. Aidés des congrégations religieuses qu’animent les principes de la Sainte…

Thomas Couture et la décadence

L’allégorie, une grande tradition picturale

Formé dans l’atelier d’Antoine Gros et de Paul Delaroche, Thomas Couture se révèle rapidement un…

Scène de Juillet 1830, dit aussi Les Drapeaux

Le drapeau bleu-blanc-rouge

Au cours de la Révolution, l’emblème tricolore devient le support d’un nombre croissant de souvenirs et de fidélités.…

Le choléra à Amiens (1866)

Entre l’été 1865 et l’hiver 1866, le choléra fit son apparition dans de nombreuses régions de France. Ce fut l’épidémie la plus grave depuis 1832…

Le choléra à Amiens (1866)
Le choléra à Amiens (1866)
Le choléra à Amiens (1866)

Frontispice pour le Dictionnaire de l’Académie française

Un dessin pour la langue française

Le dessin exécuté par Jean-Baptiste Corneille et représentant la gloire de Louis XIV était destiné à orner le…

L'image de l'Allemand en 1870

Après une série de défaites militaires face à la Prusse, et le désastre de Sedan le 1er septembre 1870, Napoléon III est fait prisonnier et doit se…

Allégorie des Arts sous Napoléon III

Le règne de Napoléon III peut s’enorgueillir de l’achèvement du palais du Louvre, qui fut l’emblème de la royauté, puis l’un des symboles de la…

L'allégorie sous le Consulat

Après le coup d’Etat des 18 et 19 brumaire an VIII (9-10 novembre 1799), qui transformait la République française, jusqu’alors gouvernement…

L'allégorie sous le Consulat
L'allégorie sous le Consulat
L'allégorie sous le Consulat

L’utopisme républicain de 1848

La révolution parisienne de février 1848 renverse Louis-Philippe. La IIe République est proclamée, le suffrage universel instauré.…

L’utopisme républicain de 1848
L’utopisme républicain de 1848
L’utopisme républicain de 1848
L’utopisme républicain de 1848

La Seine et la Marne

Avec l’accession au trône de Louis XIV, une nouvelle politique artistique est mise en place en France. A partir des années 1660, l’un des grands…

La Seine et la Marne
La Seine et la Marne
La Seine et la Marne
La Seine et la Marne