Madame Récamier.

Madame Récamier.

Lieu de conservation : musée du Louvre (Paris)
site web

Date de création : 1800

Date représentée : 1800

H. : 175

L. : 243

Huile sur toile

© RMN - Grand Palais (musée du Louvre) / Gérard Blot

http://www.photo.rmn.fr

02-013860 / INV 3708

Madame Récamier

Date de publication : Août 2009

Auteur : Nathalie de LA PERRIÈRE-ALFSEN

Madame Récamier

Madame Récamier

Fille d’un notaire promu conseiller de Louis XVI, Jeanne Bernard (qui se fait appeler Juliette) épouse en 1793, à quinze ans, le banquier Jacques-Rosé Récamier, lyonnais lui aussi, dont la fortune est due aux saisies révolutionnaires et aux tripots du Directoire. Il est l’un des banquiers qui assurera l’emprunt contracté par Napoléon Bonaparte pour son coup d’Etat du 18 Brumaire (9 novembre 1799) et qui organisera le financement du nouveau régime.
Au moment où David exécute son portrait, Juliette Récamier a 23 ans. Célèbre pour sa beauté et son esprit, elle réunit la brillante société parisienne dans son hôtel particulier de la rue du Mont-Blanc (aujourd’hui rue de la Chaussée-d’Antin) où elle rencontre fin 1800 sa grande amie, Germaine de Staël, avant de faire la connaissance quelques années plus tard de Benjamin Constant. Bientôt considéré comme l’un des principaux foyers de l’opposition au Premier consul Bonaparte, son salon est fermé en 1803 sur ordre du gouvernement.

David réalise un portrait sans décor ni artifice. Madame Récamier est à demi étendue sur une méridienne, vêtue d’une robe blanche, bras et pieds nus ; elle se tourne pour regarder le peintre et c’est grâce à ce mouvement du torse et à ce regard qu’elle échappe à la pose, au risque de n’être qu’une beauté abstraite. Le haut de la lampe, un candélabre pompéien, marque le départ d’une diagonale qui suit la ligne du corps et donne à la composition son équilibre. La mode est alors à l’antique, dans le vêtement et dans le mobilier, traités ici de façon spartiate. David, d’abord connu comme portraitiste minutieux des notables de l’Ancien Régime (portrait de Lavoisier), réalise cette fois un portrait à la psychologie subtile et peint un tableau au « singulier mélange de réalisme et d’idéal », selon Delacroix.
Par la volonté du peintre, le tableau demeure inachevé. Malgré les raisons qui ont poussé David à dire à sa commanditaire : « Madame, les femmes ont leurs caprices, les artistes aussi. Laissez-moi satisfaire le mien. Je laisse votre portrait dans l’état où il se trouve », le portrait est parfait et son inachèvement même est devenu esthétique.

Il s’agit d’un portrait idéal d’une époque qui s’exprime à travers une simplicité recherchée, un goût raffiné. Madame Récamier représente la « nouvelle société » issue du coup d’Etat. Symbole même de l’ascension sociale, c’est l’image de la grande bourgeoisie, l’image d’un monde neuf, sans origines, qui cherche à s’imposer en exploitant des valeurs et des représentations issues de l’Antiquité. Une Antiquité dont Napoléon détournera à son profit l’idéal primitif pour en faire un art de propagande en même temps qu’un style décoratif pompeux.

André CHASTEL, L’Art français, tome IV « Le temps de l’éloquence : 1775-1825 », Flammarion, 1995, rééd. 2000.

Edouard HERRIOT, Madame Récamier et ses amis, Paris, Gallimard, 1949.

Françoise WAGENER, Madame Récamier : 1777-1849, Paris, Lattès, 1985.

Jacques-Louis David : 1748-1825, catalogue de l’exposition organisée au Grand Palais en 1989-1990, Paris, RMN, 1989.

Nathalie de LA PERRIÈRE-ALFSEN, « Madame Récamier », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 02/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/madame-recamier

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L'Averse - Louis Boilly

Le Passeur

Au début du XIXe siècle, la vie des Parisiens pouvait être encore grandement troublée par les orages ou par les inondations, comme ceux…

La Toussaint

Consacrée à tous les saints martyrs et fixée au 13 mai par le pape Boniface IV en 610, la commémoration de la fête de la Toussaint, inspirée d’une…

La sociabilité urbaine au début du XIXe siècle

La civilisation urbaine au début du XIXe siècle

Si le monde citadin, durant le premier tiers du XIXe siècle, reste encore…

La sociabilité urbaine au début du XIX<sup>e</sup> siècle
La sociabilité urbaine au début du XIX<sup>e</sup> siècle

L'Empereur et l'Impératrice reçus chez le sénateur-comte Mimerel

En 1867, le prestige du régime impérial est déjà fort terni, en France comme à l’étranger. À partir de 1865, l’autorité de l’empereur décline : il…

Un enterrement à Ornans

Enterrement de la IIe République

Singulier destin que celui de cet enterrement de campagne ! Symbole de l’ordure moderne pour les contemporains, chef-d’œuvre révéré aujourd’hui,…

La naissance de l’alpinisme

Quel est l’intérêt de la montagne, terroir non agricole au climat si rude ?

Pendant longtemps, les sommets demeurent un territoire interdit, où…

La naissance de l’alpinisme
La naissance de l’alpinisme

Les citadins à la campagne

Au XIXe siècle, le terme de « banlieue » fait naître un certain nombre d’impressions négatives : on imagine volontiers la saleté des…

Promenades aériennes

La folie Beaujon

Nicolas Beaujon (1708-1786), banquier à la cour de Louis XVI fait construire une folie entre le faubourg Saint-Honoré et les…

Portrait d’une famille bourgeoise

Au milieu du XIXe siècle, la grande bourgeoisie, à la fois actrice et bénéficiaire de la révolution industrielle, cherche à laisser à…

Le mariage bourgeois au XIXe siècle

La sécularisation du mariage

Les mariages conclus dans la haute bourgeoisie au XIXe siècle permettent de se rendre compte de l’…

Le mariage bourgeois au XIX<sup>e</sup> siècle
Le mariage bourgeois au XIX<sup>e</sup> siècle