Déjeuner de Bébé.

Déjeuner de Bébé.

Auteur : LUMIÈRE Louis

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1897

Date représentée : 1897

H. : 22

L. : 14,5

Photogramme.

© Photo RMN - Grand Palais - Droits réservés

http://www.photo.rmn.fr

91-000084 / PHO1990-26

  • Déjeuner de Bébé.
  • Déjeuner de Bébé.

Pionnier du cinéma

Date de publication : Février 2008

Auteur : Laurent VÉRAY

L’invention du cinématographe

Après les lanternes magiques, la chronophotographie et le Kinetoscope d’Edison, et dans la lignée des travaux de d’autres inventeurs, les frères Auguste et Louis Lumière, fils d’Antoine un industriel lyonnais ayant fait fortune dans la photographie (il a inventé les plaques « étiquettes bleues » et le procédé autochrome), mettent au point, au début de l’année 1895, une caméra réversible, c’est-à-dire capable d’enregistrer, de tirer et de projeter des images animées. Cet appareil utilise un magasin avec de la pellicule 35 mm (une bande celluloïd recouverte d’un support en nitrate de cellulose) de 17 m de longueur, soit un peu moins d’une minute de film. Pour expérimenter son invention, puis mettre en valeur ses possibilités à des fins commerciales, Louis Lumière tourne au cours de l’été 1895 de brefs reportages plus ou moins en direct, et différentes scènes familières, des vues de ses proches, de sa famille, comme ici avec son frère Auguste et sa femme, qui préfigurent en quelque sorte les films amateurs.

Photogrammes



L’image représente une planche photographique avec des photogrammes du film de Louis Lumière Repas de bébé (parfois présenté sous deux autres titres : Le Déjeuner de bébé ; Le Goûter de bébé). On y voit un couple (Auguste et son épouse Marguerite Lumière) qui donne à manger à un jeune enfant, leur fille Andrée. Sur la table dressée en plein air, on distingue des tasses à café, une cafetière, des petits verres et une bouteille d’alcool : signes d’une fin de repas d’adultes. La banalité de la situation peut surprendre, et pourtant, à l’époque, elle fut perçue comme une vue extraordinaire.

Film de famille


D’après le catalogue de la Société Lumière, ce film de 50 secondes appartient à la série des vues Lumière consacrée à leur vie de famille. Il a été tourné durant le printemps 1895 à la maison Montplaisir, propriété de la famille Lumière. Si l’on en croit certains témoignages, les premiers spectateurs furent frappés par les mouvements des protagonistes, mais aussi par ceux des feuillages situés à l’arrière plan : détails anodins qui renforçaient l’illusion de réalité, prouvant ainsi aux yeux des contemporains la véracité de l’image enregistrée sur le vif. Cependant, comme souvent dans les films Lumière, on voit bien qu’il y a une intentionnalité : les sujets sont soigneusement choisis (ici, en l’occurrence, cette vue familiale heureuse et confortable renvoie à la réussite sociale des Lumière qui vivent bourgeoisement) , la caméra est placée de façon précise et l’organisation du cadrage est remarquable. On pourait même dire qu’il s’agit là d’une mise en scène du réel pour accentuer l’impression de naturel.

Laurent MANNONILe grand art de la lumière et de l’ombre.Archéologie du cinémaParis, Nathan, 1994.Vincent PINELLouis Lumière, inventeur et cinéasteParis, Nathan, 1994.Jacques RITTAUD-HUTINETLes Frères LumièreParis, Flammarion, 1995.

Laurent VÉRAY, « Pionnier du cinéma », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/pionnier-cinema

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le Déjeuner

Un artiste en vogue

Avec Le Déjeuner, François Boucher produit une œuvre qui s’inscrit dans le registre des scènes de genre, un domaine qu’il…

L’Argent de Zola

La finance a pignon sur rue

Le XIXe siècle est pour la France celui de la révolution industrielle, dont une des composantes est le…

Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget

Un album documentaire à visée professionnelle

En 1910, Atget réalise un album de soixante photographies intitulé Intérieurs parisiens, début du XXe…

Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Un enterrement à Ornans

Enterrement de la IIe République

Singulier destin que celui de cet enterrement de campagne ! Symbole de l’ordure moderne pour les contemporains, chef-d’œuvre révéré aujourd’hui,…

L’Enseigne, dit L’Enseigne de Gersaint

Réalisé le temps de huit matins, entre le 15 septembre et la fin de l’année 1720, L’Enseigne de Gersaint est l’un des derniers tableaux de Jean-…

<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>
<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>
<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>
<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>

Promenades aériennes

La folie Beaujon

Nicolas Beaujon (1708-1786), banquier à la cour de Louis XVI fait construire une folie entre le faubourg Saint-Honoré et les…

Un hôtel de luxe à la fin du Second Empire

La clientèle richissime qui, sous le Second Empire, fréquente les stations balnéaires de la côte normande recherche le séjour à la mer pour ses…

La sociabilité urbaine au début du XIXe siècle

La civilisation urbaine au début du XIXe siècle

Si le monde citadin, durant le premier tiers du XIXe siècle, reste encore…

La sociabilité urbaine au début du XIX<sup>e</sup> siècle
La sociabilité urbaine au début du XIX<sup>e</sup> siècle
Îles Chausey

Femmes à la cigarette à la Belle Époque

Les années 1900

La période d’avant la Grande Guerre passe pour un âge d’or. Bien sûr, c’est le cas uniquement pour l’élite sociale du pays. Par…

Femmes à la cigarette à la Belle Époque
Femmes à la cigarette à la Belle Époque

Les citadins à la campagne

Au XIXe siècle, le terme de « banlieue » fait naître un certain nombre d’impressions négatives : on imagine volontiers la saleté des…