Louqsor. Vue générale [avec Auguste Mariette posant].

Louqsor. Vue générale [avec Auguste Mariette posant].

Date représentée :

H. : 18,8

L. : 25,2

Tiré de l'album photographique de la mission remplie en Égypte par le vicomte Emmanuel de Rougé, n° 47. 1863-1864. Épreuve sur papier albuminé d'après négatif sur verre au collodion.

© Photo RMN - Grand Palais (Institut de France) - Gérard Blot

http://www.photo.rmn.fr

1863-1864. Planche 47 / 08-502341

Mariette Pacha : un Français pour créer le Service des antiquités de l’Égypte

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Guillaume NICOUD

Mariette et la sauvegarde des Antiquités égyptiennes

En 1857, l’égyptologue français Auguste Mariette (1821-1881), conservateur adjoint au musée du Louvre, très préoccupé du devenir des vestiges archéologiques de l’Égypte, rencontre le pacha Mohammed Saïd (1854-1863) par l’entremise de Ferdinand de Lesseps. L’année suivante, Saïd Pacha le charge de créer un Service des antiquités puis de fonder un musée au Caire, dans le quartier de Boulaq, pour en abriter les découvertes. Après l’expédition d’Égypte de Bonaparte (1798-1801) et le déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion (1790-1832), la France continue de jouer un rôle prépondérant en matière d’égyptologie.

D’octobre 1863 à juin 1864, le vicomte Emmanuel de Rougé (1811-1872), conservateur honoraire des Antiquités égyptiennes au musée du Louvre et professeur d’archéologie égyptienne au Collège de France, entreprend une mission officielle en Égypte pour déchiffrer des textes hiéroglyphiques. Il est accompagné de son fils Jacques et d’un ami de ce dernier, le vicomte Aymard de Banville (1837-1917), photographe amateur.

Mariette et l’expédition française d’Emmanuel de Rougé

Ismaïl Pacha, qui a succédé à Saïd Pacha, apporte son soutien à l’expédition et leur prête un bateau à vapeur avec lequel ils rejoignent Thèbes, en Haute-Égypte.

Mariette s’occupe alors de différentes fouilles dont celles du temple de la reine Hatchepsout à Deir el-Bahari, sur la rive ouest du Nil, près de Thèbes. C’est là que Banville le photographie, posant de profil et coiffé de son tarbouche, avec, comme arrière-plan, le fleuve et le temple de Louqsor alors ensablé.

Les photographies sont réunies en album et publiées à Paris en 1865. Celle avec Mariette est intitulée « vue générale » de Louqsor. Rougé la légende ainsi : « Cette vue fait saisir tout l’ordonnancement du temple ; à l’entrée, on voit, sur la gauche, le grand pylône, au-dessus duquel apparaît la pointe de l’obélisque. Derrière le pylône, on a bâti une mosquée. On voit ensuite ce qui subsiste des colonnes soutenant les diverses salles qui précédaient le sanctuaire. Celui-ci termine le temple vers le sud ; il est encore en partie recouvert par des maisons. »

La suprématie française en égyptologie

Rougé est un des premiers à comprendre l’intérêt de la photographie en archéologie. Elle permet de reproduire rapidement et avec fidélité les textes des parois de monuments, évitant ainsi un relevé fastidieux à la main. Recherchant une précision absolue, Banville utilise, pour la première fois en égyptologie, des négatifs sur plaque de verre au collodion humide, malgré leur coût (qu’il dut en grande partie prendre en charge) et malgré la chaleur et les vents de sable qui compliquaient l’emploi de l’éther. Selon Rougé, Banville « a su rendre les figures avec toutes les finesses du modelé, les vues des monuments avec les demi-teintes et la vérité de la perspective, et les inscriptions avec une netteté dont nous n’avions pas encore vu d’exemple dans les photographies rapportées d’Égypte ».

En 1863, à l’époque de la prise de vue, Mariette voit ses efforts de conservateur aboutir avec l’ouverture au public du musée de Boulaq, premier établissement de ce type au Moyen-Orient pour lequel il publie un catalogue en français et en arabe qui recense 22 000 objets.

Mariette est alors en Égypte depuis 1849. Il avait rejoint ce pays quand le musée du Louvre l’avait chargé d’acquérir des manuscrits dans les monastères chrétiens, mais il utilisa l’argent pour entreprendre des fouilles. Il découvrit alors le Serapeum de Memphis (nécropole consacrée au dieu Apis), riche en matériel archéologique (dont le Scribe accroupi du Louvre) et en informations historiques. Il entreprit ensuite d’autres fouilles, notamment dans le secteur du Sphinx à Gizeh.

En 1857, devant la richesse des vestiges qu’abrite l’Égypte et les difficultés que pose leur conservation, Mariette en appelle à Saïd Pacha : « Il nous incombe de veiller avec soin sur les monuments. Dans cinq cents ans, l’Égypte sera-t-elle encore en mesure de montrer aux érudits qui la visiteront ceux-ci tels que nous les découvrons aujourd’hui ? »

Nommé l’année suivante à la tête du nouveau service chargé des antiquités, Mariette entreprend les premières fouilles scientifiques de la plupart des grands sites archéologiques du pays. Ce pionnier de l’archéologie militante meurt au Caire en 1881 et est aujourd’hui enterré devant le Musée égyptien de la ville.

Un siècle de fouilles françaises en Égypte : 1880-1980, à l’occasion du centenaire de l’École du Caire IFAO, catalogue de l’exposition du musée d’Art et d’Essai - Palais de Tokyo, Paris, 21 mai-15 octobre 1981, Le Caire-Paris, I.F.A.O.-Musée du Louvre, 1981.

Élisabeth DAVID, Mariette Pacha. 1821-1881, Paris, Pygmalion, 1994.

Guillaume NICOUD, « Mariette Pacha : un Français pour créer le Service des antiquités de l’Égypte », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/mariette-pacha-francais-creer-service-antiquites-egypte

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La seconde mission française à Khorsabad

Une seconde mission française à Khorsabad

En 1851, l’Assemblée nationale vote un crédit pour la poursuite des fouilles menées en 1843-1844 par…

La seconde mission française à Khorsabad
La seconde mission française à Khorsabad
Sphinx de Gizeh avec le drapeau français

Auguste Mariette et le grand sphinx de Gizeh

Situé en Basse-Égypte, en amont du delta du Nil et à l’ouest du Caire, le plateau de Gizeh abrite un site archéologique de l’Ancien Empire avec…

Auguste Mariette et le grand sphinx de Gizeh
Auguste Mariette et le grand sphinx de Gizeh
Auguste Mariette et le grand sphinx de Gizeh

Frontispice de la Description de l’Égypte

La Description de l’Egypte

Dix ans après le coup d’Etat du 18 Brumaire, Napoléon décide de publier l’ensemble des documents recueillis par la…

La Croisière jaune entre science et marketing

À la découverte de l’Asie centrale

La France de l’entre-deux-guerres se passionne pour son empire, dont hommes et ressources ont contribué à sa…

La Croisière jaune entre science et marketing
La Croisière jaune entre science et marketing
Tanagra - Jean-Léon Gérôme

"Tanagra" par Jean-Léon Gérôme

Une œuvre inspirée par la mode des « Tanagra »

A la fin des années 1860, les habitants de plusieurs villages de Béotie (carte géographique)…

Auguste Mariette

Riche de trois millénaires d’histoire, l’Égypte voit son antique culture s’effacer peu à peu à la suite des conquêtes grecque et romaine. Le triomphe…

Les fouilles de Khorsabad

Paul-Émile Botta, l’inventeur de l’assyriologie

En 1842, lorsque Louis-Philippe ouvre une nouvelle agence consulaire à Mossoul, le poste de…

Les fouilles de Khorsabad
Les fouilles de Khorsabad

Napoléon Bonaparte et l'Egypte

En avril et juillet 1795, les traités de Bâle mettent fin à la première coalition des puissances européennes dressées contre la France…

Napoléon Bonaparte et l'Egypte
Napoléon Bonaparte et l'Egypte

Mariette Pacha : un Français pour créer le Service des antiquités de l’Égypte

Mariette et la sauvegarde des Antiquités égyptiennes

En 1857, l’égyptologue français Auguste Mariette (1821-1881), conservateur adjoint au musée…

Athènes, l'Acropole - Dominique Papety

Papety, un artiste français en Grèce vers 1846

Étudier les antiquités de Grèce

Prix de Rome en 1836, Papety séjourne en Italie de 1836 à 1841 où sa production est fortement marquée par Ingres…