Louis-François Bertin l'aîné dit Monsieur Bertin.

Louis-François Bertin l'aîné dit Monsieur Bertin.

Date de création : 1832

Date représentée : 1832

H. : 116

L. : 95

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - C. Jean

http://www.photo.rmn.fr

85EE423 / RF 1071

La monarchie de Juillet ou le triomphe de la bourgeoisie

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Malika DORBANI-BOUABDELLAH

Louis-François Bertin a d’abord été le secrétaire du duc de Choiseul. Partisan de la Révolution en 1790 puis de la monarchie constitutionnelle, sa carrière d’homme politique et de patron de presse commence après le 18 Brumaire lorsqu’il acquiert Le Journal des débats politiques et littéraires. Le Journal devient alors le premier grand périodique moderne. Suspecté de royalisme et de connivence avec les émigrés, Bertin est emprisonné puis exilé à l’île d’Elbe par le Premier consul. Le journal reparaît cependant sous le titre de Journal de l’Empire. Confisqué en 1811 par Napoléon, il reparaît sous la Restauration et devient l’organe de la monarchie constitutionnelle en s’opposant à Charles X. Après la révolution de 1830, il soutient le parti orléaniste et Louis-Philippe.

C’est en voyant Bertin discuter de politique avec ses fils qu’Ingres trouve la pose : « Votre portrait est fait. Cette fois je vous tiens, et je ne vous lâche plus. » L’attitude d’écoute, naturelle et expressive, la physionomie, le tempérament révèlent un homme sûr de ses opinions, prêt à répliquer. Ingres recourt à ce motif pour exprimer la grandeur olympienne et pour atteindre à la stylisation de la peinture d’histoire comme dans Napoléon Ier sur le trône impérial, Jupiter et Thétis, Jésus au milieu des docteurs et Charles Thévenin. Le mouvement en puissance, dû à la passion du débat, est saisi sur le vif. Bertin est surpris par l’œil du peintre, il ne pose pas.
Le personnage assis s’inscrit dans un carré, tourné de trois quarts. Les effets de raccourci et de projection en avant se distinguent de la composition linéaire et élégante à deux dimensions : Ingres plonge les volumes dans l’espace, évoquant la force, le mouvement. La critique a cependant trouvé le portrait trivial. Il rend avec vérité et détails l’impression d’une personnalité brillante : le buste large et vigoureux, l’embonpoint, le front dégagé, les yeux petits, légèrement voilés, la bouche noble et bienveillante, l’allure abandonnée, les muscles du visage tendus, les épaules fortes, les mains aux phalanges puissantes, appuyées sur les genoux.
Le dessin est sec, fin et juste, le coloris froid et plombé, les formes exactes et le modelé fort, grâce à l’emploi de demi-teintes et d’ombres accusées. L’étoffe de l’habit, noir selon la mode bourgeoise du XIXe siècle, est bien rendue. La note de velours rouge du fauteuil égaye les tons gris et bruns du costume. Il y a là une harmonie discrète et raffinée.

Ingres révèle dans ce portrait l’âme et la pensée, l’homme moral, au travers de l’homme physique, et tend vers la reconstruction idéale de l’individu. Monsieur Bertin incarne ainsi le type de l’homme social, le grand bourgeois d’affaires parisien sous Louis-Philippe. En insistant sur les traits caractéristiques du bourgeois du XIXe siècle, Ingres réalise un portrait historique. Classique par son sens des formes larges, synthétiques et abstraites, Ingres reste fidèle au grand style. Moderne, il révèle le secret du beau par le vrai.

Pierre LHOMME La Grande Bourgeoisie au pouvoir, 1830-1880, essai sur l’histoire sociale de la France Paris, PUF, 1960.Adeline DAUMARD Les Bourgeois et la bourgeoisie en France depuis 1815 Paris, Aubier, 1987.Claude BELLANGER, Jacques GODECHOT, Pierre GUIRAL et Fernand TERROU (dir.), Histoire générale de la presse en France tome II « De 1815 à 1871 », Paris, PUF, 1972.Hélène TOUSSAINT Les Portraits d’Ingres : peintures des musées nationaux Paris, RMN, 1985.

Malika DORBANI-BOUABDELLAH, « La monarchie de Juillet ou le triomphe de la bourgeoisie », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 27/01/2023. URL : histoire-image.org/etudes/monarchie-juillet-triomphe-bourgeoisie

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Promenades aériennes

La folie Beaujon

Nicolas Beaujon (1708-1786), banquier à la cour de Louis XVI fait construire une folie entre le faubourg Saint-Honoré et les…

Vision de la servitude paysanne

A la fin du XIXe siècle, la France demeure un pays largement rural. Les crises successives de l’agriculture ont certes contribué à dépeupler les…

Plage de Granville.

Les plaisirs de la plage au XIXe siècle

Les rivages de la Manche, « territoires du vide » jusque dans les années 1820-1830, attirent à partir de cette période une clientèle de plus en plus…
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle
Le Vol des Quinz'mill - Grandjouan

Grandjouan, militant radical

Du militantisme radical au communisme

La IIIe République ancre les pratiques démocratiques en France mais est loin de satisfaire les…

Grandjouan, militant radical
Grandjouan, militant radical
Grandjouan, militant radical

Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget

Un album documentaire à visée professionnelle

En 1910, Atget réalise un album de soixante photographies intitulé Intérieurs parisiens, début du XXe…

Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget

Un hôtel de luxe à la fin du Second Empire

La clientèle richissime qui, sous le Second Empire, fréquente les stations balnéaires de la côte normande recherche le séjour à la mer pour ses…

La Toussaint

Consacrée à tous les saints martyrs et fixée au 13 mai par le pape Boniface IV en 610, la commémoration de la fête de la Toussaint, inspirée d’une…

Femmes à la cigarette dans les années 1920

Les années 1920

L’image d’une femme coiffée à la garçonne faisant tressauter son long collier de perles sur une piste de danse et une musique de…

Femmes à la cigarette dans les années 1920
Femmes à la cigarette dans les années 1920
Balançoires que tout ça Kupka Frantisek (1871-1957). Numéro spécial L'Argent du journal l'Assiette au Beurre (n° 41, 11 janvier 1902)

Kupka et l’Assiette au beurre : L’Argent

L’Assiette au beurre

Après la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881, les interdictions qui frappent les journalistes, dessinateurs…

Portraits à la Bourse

Devenue en 1724 l’institution officielle où s’échangent tout à la fois des marchandises, des monnaies et des valeurs mobilières, la Bourse de Paris a…