Le Comte Robert de Montesquiou

Le Comte Robert de Montesquiou

Auteur : BOLDINI Giovanni

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1897

Date représentée : 1897

H. : 115,5 cm

L. : 82,5 cm

huile sur toile

© RMN - Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Lien vers l'image

RF 1977 56 - 05-510930

Le comte Robert de Montesquiou

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Dominique LOBSTEIN

A la fin du XIXe siècle, le portrait mondain, qu’il soit peint ou sculpté, suscite un engouement considérable. Reflet de la situation sociale de modèles issus de l’aristocratie ou de la bourgeoisie qui animent le « Paris fin de siècle », il accentue certaines de ses caractéristiques les plus prisées : l’élégance et la distinction féminines, la sobriété d’allure et l’autorité masculines.
Paris, où les avant-gardes sont accueillies à bras ouverts par ceux qui ne disposant plus du pouvoir économique, conservent l’éclat d’un nom et où la mode concourt à distinguer les élites, tient un rôle central dans la production de telles œuvres. L’on vient de toute l’Europe, de Russie ou des Etats-Unis pour confier ses traits aux pinceaux ou aux ciseaux des plus célèbres artistes, tel Jacques-Emile Blanche, à la technique enlevée et flatteuse. Mais la demande devient si abondante que, bientôt, les peintres et sculpteurs français ne suffisent plus. Dès lors, parmi les plus célèbres portraitistes se liront les noms de la Suisse Louise Breslau, de l’Américain Sargent, du Russe Troubetzkoy ou de l’Italien Boldini.

Giovanni Boldini est, à partir de 1872, un des peintres mondains parisiens les plus réputés. Adulé et richissime, l’artiste, entre deux voyages, immortalise d’un pinceau alerte et dans des gammes de couleurs flamboyantes une clientèle internationale variée, issue de l’ancienne aristocratie, de la bourgeoisie d’affaires ou du monde de l’art. Lorsqu’il réalise le portrait du comte Robert de Montesquiou, assis, de profil, la diagonale du corps contrebalancée par celle de la canne, toile tout en nuances de gris nacré qu’il présente au Salon de la Société nationale des beaux-arts de 1897, son modèle est célèbre en tant qu’écrivain et poète, mais peut-être plus encore pour le mode d’existence qu’on lui suppose. Ne prétend-on pas que son lit adopte la forme d’une chimère et qu’à proximité est installée une peau d’ours blanc sur une luge, en prévision d’un futur départ ? Et surtout, ne répète-t-on pas, dans les milieux littéraires, qu’il est le modèle du personnage de Des Esseintes dans le roman de Joris-Karl Huysmans, A rebours, où sont transposées ses extravagances ?

Suscitant l’admiration autant que le rejet, le dandy des années 1880-1900 n’a plus rien à voir avec Byron ou Brummel, premières incarnations de ce personnage typique du XIXe siècle. Sa réputation est généralement fondée sur une activité intellectuelle ou artistique, souvent littéraire, ce qui est le cas de Montesquiou, auteur d’une prose alambiquée dont on ne se souvient guère. Esprit subtil et esthète raffiné, le dandy s’impose aussi par une vie sociale intense qu’illustrent notamment les personnages des romans de Marcel Proust. L’apparat vestimentaire d’un raffinement extrême, toujours accompagné d’une note personnelle (la mèche de cheveux blancs de Whistler, la boutonnière de Proust…), tient aussi un rôle important qui doit beaucoup aux grands couturiers contemporains, tel Jean Worth, dont les ateliers se développent, essaimant à travers le monde une mode internationale. Une ultime caractéristique de ce type de personnage est sa facilité à assumer un caractère difficile ; Whistler n’écrivit-il pas, en 1890, L’Art aimable de se faire des ennemis ? Volontiers marginal et hautain, le dandy peut payer cher sa singularité, comme Oscar Wilde qui, convaincu d’homosexualité, finira ses jours, misérable et abandonné de tous. Le dandy fin de siècle n’épouse plus les grandes causes : il est profondément égoïste, et si l’Histoire le contemple, lui ne lui jette qu’un regard furtif.

CHALEYSSIN Patrick, Robert de Montesquiou, mécène et dandy, Paris, Somogy, 1992.

DORIA Bianca, BOLDINI Giovanni, Catalogo generale dagli Archivi Boldini, Milan, 2000.

JULLIAN Philippe, Robert de Montesquiou, un prince (1900), Paris, Perrin, 1987.

DELBOURG-DELPHIS Marylène, Masculin singulier : le dandysme et son histoire, Paris, Hachette, 1985.

COLLECTIF, Robert de Montesquiou ou l’Art de paraître, cat. exp. (12 octobre 1999 – 23 janvier 2000), Paris, musée d’Orsay, 1999.

Dominique LOBSTEIN, « Le comte Robert de Montesquiou », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/11/2022. URL : histoire-image.org/etudes/comte-robert-montesquiou

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La naissance de l’alpinisme

Quel est l’intérêt de la montagne, terroir non agricole au climat si rude ?

Pendant longtemps, les sommets demeurent un territoire interdit, où…

La naissance de l’alpinisme
La naissance de l’alpinisme

L’Argent de Zola

La finance a pignon sur rue

Le XIXe siècle est pour la France celui de la révolution industrielle, dont une des composantes est le…

Vision de la servitude paysanne

A la fin du XIXe siècle, la France demeure un pays largement rural. Les crises successives de l’agriculture ont certes contribué à dépeupler les…

Portraits à la Bourse

Devenue en 1724 l’institution officielle où s’échangent tout à la fois des marchandises, des monnaies et des valeurs mobilières, la Bourse de Paris a…

Les plaisirs de la plage au XIXe siècle

Les rivages de la Manche, « territoires du vide » jusque dans les années 1820-1830, attirent à partir de cette période une clientèle de plus en plus…
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle

La vision de la mer au XIXe siècle

Avant 1750, les espaces océaniques n’attirent guère que les marins. Au XVIIe siècle, Claude Gellée, dit Le Lorrain, est l’un des rares…

La vision de la mer au XIX<sup>e</sup> siècle
La vision de la mer au XIX<sup>e</sup> siècle
La vision de la mer au XIX<sup>e</sup> siècle

La grande bourgeoisie à la fin de l'Ancien Régime

Lors de son premier séjour à Rome, de 1775 à 1780, David rencontre le fils de monsieur Pécoul, qui lui remet un mot d’introduction pour son père,…

La grande bourgeoisie à la fin de l'Ancien Régime
La grande bourgeoisie à la fin de l'Ancien Régime

Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget

Un album documentaire à visée professionnelle

En 1910, Atget réalise un album de soixante photographies intitulé Intérieurs parisiens, début du XXe…

Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Un enterrement à Ornans

Enterrement de la IIe République

Singulier destin que celui de cet enterrement de campagne ! Symbole de l’ordure moderne pour les contemporains, chef-d’œuvre révéré aujourd’hui,…

Le bal, une pratique sociale

Le siècle de la « dansomanie »

Au XIXe siècle, le bal fait partie, selon des modalités variées, des loisirs de toutes les couches de la…

Le bal, une pratique sociale
Le bal, une pratique sociale
Le bal, une pratique sociale