Napoléon sur la colonne.

Napoléon sur la colonne.

Date représentée :

H. : 49,9

L. : 31,4

Signée : « J. B. THIEBAULT. sc » (S. b. d., au sommet de la colonne, gravé) « DE LA FABRIQUE DE LACOUR ET Ce, A NANCY » (b. d.) Bois de fil peint au pochoir sur papier vergé HUBERT Jacques-Stanislas-Prosper dit LACOUR (éditeur) Nancy (lieu d'édition)

© Photo RMN - Grand Palais - J.-G. Berizzi

http://www.photo.rmn.fr

02CE10156 / 65.75.776 D

Napoléon sur la colonne

Date de publication : Novembre 2004

Auteur : Nathalie JANES

La statue en bronze de Napoléon Ier, exécutée par Seurre, est inaugurée le 28 juillet 1833 au sommet de la colonne Vendôme.

Elle remplaçait celle de Chaudet déposée à la chute de l'Empire. Occultée sous la Restauration, l’effigie de l’Empereur est réhabilitée officiellement par Louis-Philippe, soucieux de ménager les Bonapartistes. L’engouement pour Napoléon, déjà exalté par les Romantiques, ne cesse alors de croître.

Les artistes s’emparent du personnage[1], les colporteurs diffusent son image. Chansons, gravures et statuettes se répandent jusque dans les campagnes. Le culte de Napoléon, quasi-religieux, fait rage.

Le titre de cette gravure, Napoléon sur la colonne, annonce un portrait de l’Empereur plus qu’une image d’actualité. Pour renforcer l’effet, le graveur n’a pas voulu représenter la colonne Vendôme. Il n’a laissé que son extrémité supérieure, socle de la sculpture qui était en bronze. Délaissant la réalité, il a choisi des teintes naturelles plus adaptées à montrer Napoléon Ier comme s’il était encore vivant (une autre gravure représente la sculpture couleur bronze) et le socle peint en vert semble symboliser les collines des champs de bataille.
Quant à la composition, elle reste traditionnelle. C’est celle qui était employée pour représenter les saints dans l’imagerie populaire. Attributs et cantiques ont été substitués par des symboles guerriers (épée et boulets de canons) et des airs de chansons populaires.

Ces particularités étaient déterminantes pour son futur succès commercial auprès de l’ensemble de la population. Le choix du graveur ne fut pas anodin et ce portrait-souvenir répond en fait à une demande bien précise. L’Empereur, en costume militaire, représente à la fois le héros-guerrier et le saint-martyr. Le voulant proche du peuple, on lui attribue toutes les vertus : humilité, grandeur d’âme, amour paternel, héroïsme.

Ces types de gravures, diffusés partout, prirent rapidement une dimension propagandiste jusqu’à se révéler, au terme de leur réception, être de véritables icônes (elles étaient fixées au mur des maisons aux côtés des images pieuses). L’idolâtrie et le fétichisme[2] n’étaient pas rares et les paroles de la chanson de Béranger présentent sur l’estampe le confirment.

L’honneur rendu à la mémoire de Napoléon par le monument commémoratif fut un des actes décisifs de sa vénération. La propagande impériale, déjà mise en place sous l’instigation de Bonaparte lui-même, s’est diffusée en masse dans les années 1830, à l’origine d’une « idolâtrie » encore vivante de nos jours[3].
Destinées à une population en grande partie illettrée, les gravures populaires était à même de forger la légende napoléonienne. Jean Tulard l’affirme : « [Elle] fut populaire avant d’être littéraire » (J . Tulard, Le Mythe de Napoléon, Paris, 1971, p. 43.). L’imagerie conjuguant texte et image, il faut rappeler la popularité des chansons[4] de Debraux et de Béranger qui ont contribuées, elles aussi, grâce à leur diffusion rapide, à constituer le mythe de Napoléon, fondé sur une culture à la fois visuelle et orale.

Pierre BARBIER et France VERNILLATL’Histoire de France par les chansonsParis, Gallimard, 1958.Albert CIMOCHOWSKY (dit CIM)Le Chansonnier Emile Debraux, roi de la goguette1910.Fernand de SAINT-SIMONLa Place VendômeParis, Vendôme, 1982.Jean TOUCHARDLa Gloire de BérangerParis, Colin, 1968.Jean TULARDLe Mythe de NapoléonParis, Colin, 1971.

1. Napoléon ou trente ans de l'histoire de France, pièce de théâtre, Alexandre Dumas, 1831 ; Le Cinq Mai ou la mort de Napoléon, cantate, Hector Berlioz, 1834… Les peintres, graveurs et sculpteurs multiplient les représentations, de l'anecdote aux grandes batailles.

2. La grand-mère a conservé le verre dans lequel Napoléon a bu comme une relique. Le petit-fils lui-même vénère son aïeule parce qu'elle a rencontré l'Empereur.

3. Beaucoup de lieux en France gardent le souvenir de son passage par une plaque commémorative, une enseigne, une effigie. Les grandes batailles sont reconstituées, les costumes imités et les collectionneurs nombreux.

4. Les chansons furent en vogue surtout après 1821. L'accent était mis sur l'image du " Napoléon du peuple ".

Nathalie JANES, « Napoléon sur la colonne », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/napoleon-colonne

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Napoléon Ier au tombeau du Grand Frédéric à Potsdam - Ponce-Camus

L'aura napoléonienne

Tous les tableaux napoléoniens déclinèrent les faits et gestes de l’Empereur, décrivant tous les aspects de sa personnalité, celle d’un souverain…

L'aura napoléonienne
L'aura napoléonienne

Bonaparte en révolutionnaire

Ce tableau fait référence à un événement survenu au début de la carrière de Bonaparte, alors qu’il n’était encore que jeune capitaine.

L'idéalisation de Bonaparte

La campagne d’Italie fut le tremplin de la carrière de Bonaparte. Nommé commandant en chef, le jeune général, victorieux du royaume de Piémont-…

Napoléon sur la colonne

La statue en bronze de Napoléon Ier, exécutée par Seurre, est inaugurée le 28 juillet 1833 au sommet de la colonne Vendôme.

Elle…

La campagne de France, 1814

Après la désastreuse campagne de Russie, l’armée française, exsangue, connut encore de beaux succès lors de la campagne de Saxe du printemps 1813…

Napoléon, idole du peuple sous Louis-Philippe

« Toujours lui ! Lui partout ! », s’exclamait Victor Hugo dans Les Orientales (1829), à quoi Auguste Barbier répondait dans « L’idole » (Les…

Napoléon, idole du peuple sous Louis-Philippe
Napoléon, idole du peuple sous Louis-Philippe
Napoléon, idole du peuple sous Louis-Philippe

Le retour de Napoléon

1815, 1836, deux contextes distincts

Après son abdication du 6 avril 1814, Napoléon Bonaparte a reçu la souveraineté sur l’île d’Elbe. Pensionné…

La bataille d’Eylau

Après la création de la Confédération du Rhin (12 juillet 1806) qui réunit seize princes allemands sous la présidence de Murat, grand-duc de Berg…

Bonaparte touchant les pestiférés

Durant l’expédition de Syrie, une épidémie de peste ravage l’armée française après la prise de Jaffa. Bonaparte rend visite aux soldats malades…

Les Reliquaires de Napoléon

Le culte napoléonien parvint à son apogée en 1840, au moment du retour des cendres. L’événement fut interprété comme la résurrection du héros, aussi…
Les Reliquaires de Napoléon
Les Reliquaires de Napoléon
Les Reliquaires de Napoléon