Raboteurs de parquet.

Raboteurs de parquet.

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1875

Date représentée : 1875

H. : 102

L. : 146,5

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - H. Lewandowski

http://www.photo.rmn.fr

90EE791 / RF 2718

L'ouvrier artisan

Date de publication : Avril 2005

Auteur : Fleur SIOUFFI

Gustave Caillebotte (1848-1894) montre des artisans au travail dans un appartement bourgeois peut-être situé dans la plaine Monceau, dans l’ouest parisien, un des quartiers nés des travaux de la rénovation de Paris par Haussmann sous le Second Empire.

Cette transformation architecturale a profondément modifié le tissu social en compartimentant encore plus les catégories de population : à la répartition « verticale », qui assignait les étages élevés aux domestiques, a succédé une répartition « horizontale ». Les ouvriers sont désormais relégués à la périphérie de Paris, loin des quartiers bourgeois du centre redessiné par Haussmann. Cette image parle du travail manuel et des métiers désormais disparus.

Le tableau surprend par son sujet (de petites gens auxquelles il n’était pas d’usage de s’intéresser) comme par son cadrage en plongée. L’artiste exprime par ces choix son intérêt pour d’authentiques ouvriers-artisans : en témoigne le gros plan sur leurs bras. Il a conscience de la pénibilité de leur tâche et le montre : ils travaillent à genoux, leur peau luit de sueur. Le réseau de lignes géométriques enferme ces hommes dans un univers rigide duquel le regard du spectateur ne peut lui non plus s’échapper.

Mais plus que de compassion, il s’agit d’une célébration : leur musculature puissante est mise en valeur par la lumière rasante. Caillebotte traite son sujet avec une dignité et une sobriété qui excluent tout misérabilisme. Il s’agit, par la chaleur des couleurs, de dire la noblesse du travail, la qualité du matériau : le bois. Ces hommes sont par ailleurs solidaires les uns des autres – leurs gestes s’accordent, sans qu’il soit besoin de mots. Peu individualisés, ils sont réduits à leur fonction. C’est plutôt sur la dimension sociale qu’insiste l’artiste : ces artisans gagnent péniblement leur vie en aménageant un intérieur dont les stucs et les fers forgés disent le luxe. Ils accomplissent leur destin, qui ne manque pas de grandeur.

Caillebotte célèbre ici la dignité des travailleurs et l’amour du travail bien fait. Il valorise la qualité et la compétence des ouvriers, leur solidarité. La beauté du tableau rejaillit sur ces travailleurs et les requalifie : elle invite à les prendre en considération à une époque qui portait sur les milieux modestes un regard souvent entaché de préjugés négatifs ou misérabilistes.

Dominique SERRE-FLOERSHEIM, Les Courants littéraires et artistiques, tome I « Époque moderne 1850-1930, de l’image au texte », Grenoble, C.R.D.P.de Grenoble-Delagrave, 1998.

Fleur SIOUFFI, « L'ouvrier artisan », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/ouvrier-artisan

Anonyme (non vérifié)

Je suis très touché par cet œuvre puisqu'étant professionnel dans la fabrication de parquet massif. Cette œuvre rejoint mon quotidien comme vous le décrivez si bien : noblesse du travail et qualité du matériau même si bien entendu je n'en suis pas rendu à un aussi dur labeur que ces hommes. Ma façon de travailler le bois, dans les meubles sur mesure par exemple, est aussi une forme d'art, et chaque réalisation est une œuvre unique.

sam 06/04/2013 - 16:23 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les paysans vus par la IIIe République

Chaque région agricole française a ses cultures de prédilection, ses structures agraires propres et ses méthodes culturales.

Au XIX…

Grimaces et misères ou les Saltimbanques. Fernand Pelez

Fernand Pélez, peintre de la « misère » urbaine

Les saltimbanques ou la grimace de la misère

Pélez montre admirablement l’existence miséreuse que ces saltimbanques mènent dès l’enfance et jusqu…

Fernand Pélez, peintre de la « misère » urbaine
Fernand Pélez, peintre de la « misère » urbaine
Les frères Goncourt - Nadar Jeune

Un Goncourt en cache un autre

Au cœur du Paris artiste des années 1850 à 1880

Les frères Jules (1830-1870) et Edmond (1822-1896) de Goncourt, fameuses figures du milieu…

Un Goncourt en cache un autre
Un Goncourt en cache un autre
Un Goncourt en cache un autre

Zola, écrivain et ami des peintres

Considéré comme le peintre de la rupture avec la peinture officielle au milieu du XIXe siècle, Manet n’a qu’une célébrité de scandale[1…

Dans un café ou L'Absinthe - Edgar Degas

Regard sur l’alcoolisme

L’œuvre fut probablement montrée lors de la deuxième exposition impressionniste sous le titre Dans un café.

À partir de 1876, une…

Le commerce du livre au XIXe siècle

Le triomphe de la production imprimée

Dans l'histoire du livre, le XIXe siècle représente l'âge du triomphe de la production imprimée…

Le monde rural

Alors que le Second Empire est synonyme de prospérité pour l’agriculture française, les années 1875 à 1890 sont celles de la récession. Une…

Le monde rural
Le monde rural

Le travail aux champs

La représentation du labeur paysan par le biais de figures grandeur nature, autrefois réservées à la peinture d’histoire, est une des nouveautés…

Le travail aux champs
Le travail aux champs
Le travail aux champs
L'Atelier du peintre. Allégorie réelle. Gustave Courbet

Courbet, peintre réaliste de la société

« C’est le monde qui vient se faire peindre chez moi »

En 1854 ou 1855, Gustave Courbet peignit un grand tableau de 6 mètres sur 3 mètres, L’…

L'ouvrier artisan

Gustave Caillebotte (1848-1894) montre des artisans au travail dans un appartement bourgeois peut-être situé dans la plaine Monceau, dans l’ouest…