Portrait de Baroilhet

Portrait de Baroilhet

Date de création : 1839-1841

Date représentée :

 Paru in Galerie de la Presse, de la Littérature et des Beaux-Arts.

Lithographie.

© RMN-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Daniel Arnaudet

Lien vers l'image

C.53.049/27 - 97-024124

Paul Barroilhet

Date de publication : Novembre 2010

Auteur : Stella ROLLET

Le XIXe siècle, siècle des interprètes

Le XIXe siècle est celui de l’opéra, une sorte d’âge d’or au cours duquel l’art lyrique suscite une ferveur considérable. Déjà lieu de sociabilité, la salle de spectacle devient ainsi un temple où les fidèles viennent adorer leurs idoles, les solistes, auxquels ils vouent un véritable culte. Le phénomène frappe bien sûr l’Académie royale de musique, nom de l’Opéra sous la monarchie de Juillet, à l’époque où Paul Barroilhet y chante. Le baryton est alors du nombre de ceux qui, comme Gilbert Duprez et Rosine Stoltz, interprètent avec talent les plus grands rôles du répertoire sur cette scène prestigieuse.

La galerie de portraits, une tradition

Cette lithographie fait partie d’une série de portraits publiée de 1839 à 1841 par Louis Huart et Charles Philipon sous le titre Galerie de la Presse, de la Littérature et des Beaux-Arts. Chaque illustration est accompagnée d’une notice biographique. Cette Galerie paraît par livraisons puis, partiellement, sous forme reliée à la fin de chaque année. Seule cette dernière collection, composée de trois albums, est conservée, et Barroilhet (1810-1871) ne s’y trouve pas. Publiée à une date inconnue, cette lithographie de Charles Vogt, élève de l’École des beaux-arts, a sans doute été réalisée peu après l’engagement du chanteur à l’Opéra en décembre 1840. Vu en buste, il pose le plus simplement du monde, dans une élégante tenue de ville, les bras croisés et légèrement de biais. Par le calme qui émane de l’artiste, ce portrait contraste avec les caricatures qui ironisent sur l’agitation et l’exagération de son jeu.

Une idole tombée dans l’oubli

Le portrait de Paul Barroilhet par Vogt le représente à l’aube de sa carrière parisienne. Quoique français de naissance et élève du Conservatoire de Paris, il a débuté en Italie et ne revient en France qu’après plusieurs années de succès de l’autre côté des Alpes (où il a créé plusieurs rôles notamment pour Donizetti et Mercadante). C’est cette notoriété qui lui vaut d’être engagé sur la scène la plus prestigieuse de France. Il y débute dans La Favorite, le 2 décembre 1840, et devient très vite l’une des coqueluches du public.

En 1841, il a déjà créé le personnage de Lusignan dans La Reine de Chypre, mais c’est celui de Charles VI, dans l’opéra éponyme, qui devient rapidement son rôle phare. Cette popularité immédiate justifie amplement sa présence dans cette Galerie, aux côtés des plus grands chanteurs de son temps : son ami Nourrit, mais aussi Lablache, Rubini ou Duprez.

Étrangement, et en dépit de ses succès, Barroilhet est loin d’avoir aujourd’hui la renommée de ce dernier. Il est même difficile de trouver des ouvrages qui lui consacrent quelques pages. Sa gloire est donc à la fois immense et éphémère, certainement parce que sa vie privée et son talent ont suscité bien moins de débats que ceux de Duprez et de la Stoltz. En outre, ce grand amateur d’art délaisse la scène à partir de 1847 pour se consacrer à sa collection de tableaux.

Galerie de la Presse, de la Littérature et des Beaux-Arts, Paris, Aubert, 1839-1841.

Jean-Louis TAMVACO, Paul-Bernard Barroilhet, in Connaissance de Paris et de la France, 1973, n° 17, p. 88-91.

Damien COLAS, Paul Barroilhet, in Joël-Marie Fauquet (dir.), Dictionnaire de la musique en France au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2003.

Jean GOURRET, Nouveau Dictionnaire des chanteurs de l’Opéra de Paris du XVIIsiècle à nos jours, Paris, Albatros, 1989.

Stella ROLLET, « Paul Barroilhet », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/paul-barroilhet

Anonyme (non vérifié)

Bonjour je cherche à avoir des informations
sur Monsieur CHARLES VOGT exemple sa date de naissance
et de décès ou était il situé Paris , lyon etc je fais une recherche sur lui savais vous s'il était à Paris en 1944 merci
pour les informations si vous les avez cordialement sylvia

sam 05/10/2013 - 17:21 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

Après quelques recherches, il semblerait que Charles Vogt, qui exposait régulièrement ses oeuvres aux salons entre 1833 et 1882, soit né aux alentours de 1810 et décédé vers 1890. Il ne pouvait donc malheureusement pas se trouver à Paris en 1944.

Bon courage pour vos recherches et à très bientôt sur notre site,

Aurélie

mer 30/10/2013 - 12:42 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Wagner et la France

Lorsque Richard Wagner meurt en pleine gloire en 1883, son œuvre rencontrait encore en France une vive hostilité. Dès les années 1850, Wagner…

Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIXe siècle

Une carrière exceptionnelle

À la fin de 1857, quand il commande au peintre Jules Héreau six panneaux muraux retraçant sa vie afin de les placer…

Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle
Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle
Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle
Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle

Robert le Diable, un héros emblématique

Le théâtre au XIXe siècle, une pratique culturelle et sociale

Le monde du théâtre n’a cessé, tout au long du XIXe siècle, d’…

Robert le Diable, un héros emblématique
Robert le Diable, un héros emblématique

Féérie lunaire

Chéret, Offenbach et la féérie parisienne

L’affiche créée par Jules Chéret (1836-1932) pour le spectacle mis en musique par Jacques…

Cléo de Mérode, une icône entre Romantisme et Symbolisme

Une icône de beauté angélique

À la Belle Époque, sous l’influence du décadentisme et du symbolisme, hédonisme et spiritualité se côtoient :…

Cléo de Mérode, une icône entre Romantisme et Symbolisme
Cléo de Mérode, une icône entre Romantisme et Symbolisme
Cléo de Mérode, une icône entre Romantisme et Symbolisme

L'opéra inspire la réclame

Stratégies de production et de commercialisation à l’ère industrielle

L’essor de l’industrie dans la seconde moitié du XIXe siècle va de pair avec…

Une des premières divas de l'opéra : Maria Malibran

La cantatrice Maria Malibran est sans doute l’une des plus célèbres chanteuses de l’histoire de l’opéra. D’origine espagnole, elle naît à Paris le…

Jacques Offenbach, le XIXe siècle en musique

Une trajectoire hors du commun

Lorsqu’il débarque à Paris en novembre 1833, à l’âge de quatorze ans, Jacques Offenbach est un petit immigré juif…

Jacques Offenbach, le XIX<sup>e</sup> siècle en musique
Jacques Offenbach, le XIX<sup>e</sup> siècle en musique
Jacques Offenbach, le XIX<sup>e</sup> siècle en musique
L'orchestre de l'Opéra

L'orchestre de l'Opéra

Lorsqu’il peignit ce tableau en 1870, Degas connaissait bien l'Opéra. Il avait rencontré des membres de l'orchestre à des soirées musicales chez…

Portrait de Baroilhet - Vogt

Paul Barroilhet

Le XIXe siècle, siècle des interprètes

Le XIXe siècle est celui de l’opéra, une sorte d’âge d’or au cours duquel l’art…