Quatre heures au Salon.

Quatre heures au Salon.

Auteur : BIARD François

Lieu de conservation : musée du Louvre (Paris)
site web

Date de création : 1847

Date représentée : 1847

H. : 57

L. : 67

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - D. Arnaudet

http://www.photo.rmn.fr

88EE1824/RF 2347

Quatre heures au Salon

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Emmanuelle GAILLARD

Sous la monarchie de Juillet, le salon des artistes vivants est une manifestation annuelle qui se tient de mars à juin dans le Salon carré – d’où il tire son nom – et la grande galerie du Louvre. Le nombre des œuvres exposées se compte alors en milliers, toutes sélectionnées par le jury que compose l’Académie des Beaux-Arts. Véritable phénomène de la vie sociale et culturelle parisienne – voir Manette Salomon des Goncourt (1867) et L’Œuvre de Zola (1886) –, il est aussi un des enjeux de la reconnaissance sociale et de la réussite professionnelle des artistes.

« Ce Salon à quoi tout se ramène, satisfaction d’amour-propre, considération, notoriété, fortune et le pain quotidien. » (Adolphe Tabarant, Salon de 1840.)

« On ferme ! ! ! » s’égosillent les gardiens qui arpentent la grande galerie revêtus de leur redingote rouge et coiffés de bicornes. Scène humoristique dépeignant l’heure de la fermeture de l’avant-dernier salon organisé au Louvre, le tableau de Biard illustre les conditions matérielles de l’organisation de l’exposition : toiles entassées sur les murs, mal éclairées, illisibles, circulation impraticable dans les salles d’exposition. La fréquentation du public, où l’on reconnaît Sainte-Beuve lisant le journal, est phénoménale ; sur toute sa durée, le Salon enregistre plus d’un million de visiteurs, l’équivalent de la population parisienne de l’époque. Les œuvres exposées font l’objet de commentaires lancés sur le vif, bientôt relayés par les critiques paraissant sous forme de comptes rendus à suivre d’un numéro à l’autre dans les journaux et les revues artistiques, qui font alors leur première apparition. On assiste à des réactions collectives d’enthousiasme ou de rejet, lisibles dans les attitudes et postures variées des visiteurs. « Thème privilégié par les dessinateurs satiriques et par certains chroniqueurs dans leurs comptes rendus du Salon, le commentaire oral direct a opéré […] comme une forme de communication sociale et, surtout, comme un mode de formation de l’opinion sur les arts visuels. Sujets historiques ou anecdotiques qu’on commente à haute voix, et dont chaque élément appelle identification, énumération, explication ; savoir-faire qu’on juge. » (G. Monnier, 1995, p. 136-137).

Au milieu du XIXe siècle, le Salon, antenne de l’Académie, fait figure d’institution centrale et dominante. Il apparaît comme une manifestation culturelle essentielle, où la vox populi signe le succès ou l’échec d’un artiste. Lieu d’exposition et de rencontre avec le public, son rôle économique est primordial dans le système de la commande faite à l’artiste par l’Etat qui est alors le premier mécène. Il est le « dispositif pertinent d’une période de transition entre une société monarchique et ses mécènes aristocratiques d’une part, et d’autre part une société marchande dotée d’un marché spéculatif de l’art, puissant et structuré ». (G. Monnier, 1995, p. 130).

Gérard MONNIER L’Art et ses institutions en France de la Révolution à nos jours Paris, Gallimard, 1995.Léon ROSENTHAL Du romantisme au réalisme, essai sur l'évolution de la peinture en France de 1830 à 1848 1re éd.1914, rééd.Paris, Macula, 1987.

Emmanuelle GAILLARD, « Quatre heures au Salon », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 04/07/2022. URL : histoire-image.org/etudes/quatre-heures-salon

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Louis-Philippe Ier et la Charte - Winterhalter

La Monarchie de Juillet et la Belgique

À côté de ses grands voisins, la France et la Grande-Bretagne, la Belgique est un État bien jeune : à peine cent quatre-vingts ans d’existence !…

La Monarchie de Juillet et la Belgique
La Monarchie de Juillet et la Belgique
La Monarchie de Juillet et la Belgique

Caricatures et pamphlets politiques (1830-1835)

La " campagne de l’irrespect "



De 1830 à 1835, la monarchie de Juillet lutte pour son existence en tentant de maîtriser les mouvements…

Caricatures et pamphlets politiques (1830-1835)
Caricatures et pamphlets politiques (1830-1835)
Caricatures et pamphlets politiques (1830-1835)
Caricatures et pamphlets politiques (1830-1835)

Critique de la monarchie de Juillet, les espoirs déçus de 1830

Après l’attentat à la « machine infernale » commis le 28 juillet 1835 par le conspirateur Giuseppe Fieschi contre Louis-Philippe et sa suite, qui…

Les stations du prolétaire

Prolétaires et révolutions avant 1848

« La saisie de l’huissier » et « La mort de l’ouvrier » sont des dessins appartenant à la série Les stations…

Les stations du prolétaire
Les stations du prolétaire
Lettre autographe d'Armand Barbès à Emmanuel Arago

Armand Barbès prisonnier au Mont-Saint-Michel (1839-1843)

L’isolement cellulaire

Face aux attentats incessants et aux émeutes à répétition, les gouvernants conservateurs de la fin des années 1830 veulent…

Armand Barbès prisonnier au Mont-Saint-Michel (1839-1843)
Armand Barbès prisonnier au Mont-Saint-Michel (1839-1843)
Armand Barbès prisonnier au Mont-Saint-Michel (1839-1843)
Armand Barbès prisonnier au Mont-Saint-Michel (1839-1843)

Louis XV sur le champ de bataille de Fontenoy

Une monarchie en crise

Le Salon de 1840 intervient dans un moment de crise du régime. La défiance croissante vis-à-vis du roi Louis-Philippe…

Plaisirs aux barrières

Paris des Barrières

Dans le premier tiers du XIXe siècle, Paris grandit vite : 547 000 habitants en 1801, le million est atteint en…

Le commerce du livre au XIXe siècle

Le triomphe de la production imprimée

Dans l'histoire du livre, le XIXe siècle représente l'âge du triomphe de la production imprimée…

La monarchie de Juillet ou le triomphe de la bourgeoisie

Louis-François Bertin a d’abord été le secrétaire du duc de Choiseul. Partisan de la Révolution en 1790 puis de la monarchie constitutionnelle, sa…

Tabacomanie

La bourgeoisie est au pouvoir

La France de Louis-Philippe Ier s’ennuie, selon Lamartine. Est-ce pour cela qu’elle se met à fumer ? En…