Une séance du jury de peinture au Salon des Artistes français.

Une séance du jury de peinture au Salon des Artistes français.

Auteur : GERVEX Henri

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : avant 1885

Date représentée : 1883 (?)

H. : 300 cm

L. : 419,5 cm

huile sur toile. Salon des artistes français dans une salle du premier étage du palais de l'Industrie

© RMN - Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Lien vers l'image

RF 726 - 10-501666

Une séance du jury de peinture

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Dominique LOBSTEIN

Les expositions régulières des œuvres des artistes vivants avaient été inscrites dans les statuts de l’Académie des beaux-arts dès sa création en 1648, mais elles restèrent très épisodiques jusqu’à une date avancée du siècle suivant. A partir de 1725, ces manifestations prendront le nom de Salons, après avoir été hébergées dans le Salon carré du Louvre. Réservé aux académiciens et à leurs proches jusqu’à la Révolution, l’accès en est élargi à tous les artistes après 1793. Mais pour pallier l’abondance des envois, la création d’un jury, chargé de se prononcer sur la recevabilité des œuvres, est décidée. Immanquablement contesté dans ses décisions, il sera réformé à de multiples reprises tout au long du XIXe siècle, faisant selon les époques la part belle aux artistes élus par leurs pairs ou aux académiciens choisis par l’administration des Beaux-Arts. Devant cette contestation permanente, l’Etat, qui avait toujours soutenu la manifestation, demanda en 1879 aux artistes de se réunir en société et de s’organiser en dehors de toute participation étatique ; ainsi naquit la Société des artistes français.

Depuis le Salon de 1880, les artistes élisaient eux-mêmes les confrères qu’ils souhaitaient voir se prononcer sur l’admission ou le refus des œuvres. S’ils sont tous identifiés, les trente et un jurés que Gervex a représentés dans une salle du palais des Champs-Elysées, gesticulant devant les tableaux à examiner, ne furent jamais choisis en même temps ; aussi sommes-nous ici plutôt devant un hommage artistique à forte connotation réaliste plutôt que devant une scène de genre houleuse. Si l’on peut y reconnaître de fervents gardiens de la tradition, portraitistes tels que Bonnat ou Carolus-Duran, amateurs de mythologie et d’histoire comme Bouguereau, Cabanel ou Jean-Paul Laurens, on y rencontre aussi des tenants du renouveau du paysage, comme Français, Harpignies ou Cazin, et quelques fortes individualités qui ne tarderont pas à ébranler ce système d’exposition. Avec son autoportrait et les portraits de Puvis de Chavannes ou de Roll, dans le groupe de sept personnes représentées à gauche de la porte, Gervex introduisait la représentation d’un certain nombre de futurs dissidents.

Malgré la réforme du statut des expositions et bien que les artistes décidassent désormais entre eux de qui était habilité à juger des œuvres, la contestation des exclus ne cessa pas. Ainsi, au printemps de l’année précédente, divers artistes refusés parmi lesquels nombre de tenants du néo-impressionnisme (Cross, Seurat, Signac…) se constituèrent-ils en groupe indépendant, puis, en hiver, en société artistique sous le nom de Société des artistes indépendants. Claironnant sa devise, « Une exposition sans jury ni récompense », ce groupement d’artistes commençait le travail de sape auquel allait bientôt succomber la plus ancienne institution artistique française. En 1890, menée par Meissonier et Puvis de Chavannes, une scission allait aboutir à la création de la Société nationale des beaux-arts, suivie bientôt par la création d’une multitude d’autres nouveaux salons spécialisés ou généralistes. Le Salon avait vécu.

Gaïté DUGNAT, Les Salons de la Société Nationale des Beaux-Arts, Paris, L’Echelle de Jacob, vol. 1, 2000, vol. 2, 2001.Gérard Georges LEMAIRE, Esquisse en vue d’une histoire du Salon : de Diderot à Apollinaire, Paris, H. Veyrier, 1986.Dominique LOBSTEIN, Gaïté DUGNAT, Dictionnaire du Salon des Artistes Indépendants, Paris, L’Echelle de Jacob, 2001.

Dominique LOBSTEIN, « Une séance du jury de peinture », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 04/02/2023. URL : histoire-image.org/etudes/seance-jury-peinture

Retrouvez cette œuvre dans le MOOC « L’impressionnisme, du scandale à la consécration ». Chaque cours s’articule autour d’une thématique précise et comprennent des ressources documentaires sous forme de vidéo et des activités d’apprentissage. A la fin de chaque séquence, un quiz ludique permet aux participants de s’autoévaluer sur les connaissances acquises.

Ce MOOC, gratuit et accessible à tous, est disponible à cette adresse : www.mooc-impressionnisme.com

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Portrait de Turenne en général romain

Un portrait à l’attribution incertaine

S’il l’identification du modèle ne fait pas de doute – il s’agit d’Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de…

Les Sabines - Jacques-Louis David

Prix décennaux, un débat esthétique

Un débat esthétique impliquant l’Empereur

En 1802, Bonaparte commande à l’Institut de France, qui remplace les académies royales supprimées par…

Prix décennaux, un débat esthétique
Prix décennaux, un débat esthétique
Prix décennaux, un débat esthétique
La maladie d'Antiochus ou Antiochus et Stratonice Ingres 1840

Archéologie et imaginaire néogrec au milieu du XIXe siècle : Ingres, Papéty et Gérôme

Tradition néoclassique et mouvement néogrec

Si elle continue de nourrir la peinture d’histoire comme la peinture de genre, la référence à l’…

Archéologie et imaginaire néogrec au milieu du XIX<sup>e</sup> siècle : Ingres, Papéty et Gérôme
Archéologie et imaginaire néogrec au milieu du XIX<sup>e</sup> siècle : Ingres, Papéty et Gérôme
Archéologie et imaginaire néogrec au milieu du XIX<sup>e</sup> siècle : Ingres, Papéty et Gérôme
L'atelier de dessin à l'Ecole des Beaux-Arts - Antoine Bail

Le concours du Prix de Rome

L’histoire du prix de Rome de peinture

Institué en 1663 afin de sélectionner les artistes qui seraient admis à séjourner à l’Académie de France à…

Le concours du Prix de Rome
Le concours du Prix de Rome
Le concours du Prix de Rome
Le concours du Prix de Rome

Des représentations de Louis XIV au XIXe siècle

Cette estampe fait partie d'une série d'après Julien Léopold Boilly (1796-1874). Il est connu sous le nom de Jules Boilly, fils du célèbre peintre…

Louis XIII sous la figure d’Hercule

Commémorer une victoire contre l’Espagne

Cette œuvre est un portrait du roi Louis XIII en héros mythologique Héraclès-Hercule triomphant. Il s’…

Lafayette (de), Madame, comtesse de La Fayette Elle Louis, l'Ancien (1612-1689), Ferdinand II (dit) Michel Odieuvre, éditeur // album Louis-Philippe

La comtesse de La Fayette

Le portrait perdu d’une précieuse

Fils du peintre flamand Ferdinand Elle, célèbre portraitiste naturalisé sous le règne de Louis XIII, Louis Elle…

Autoportrait avec deux élèves - Adélaïde Labille-Guiard

Adélaïde Labille-Guiard

Le triomphe d’une académicienne

En 1785, dans le salon carré du Louvre, non loin du Serment des Horaces de Jacques Louis David (1748-1825),…

La cour des études de l'École des Beaux-Arts de Paris - Félix Duban

L’École des beaux-arts et ses bâtiments au XIXe siècle

La fondation de l’École des beaux-arts

Officiellement instituée par une ordonnance de Louis-Philippe en date du 4 août 1819, l’École des beaux-…

L’École des beaux-arts et ses bâtiments au XIX<sup>e</sup> siècle
L’École des beaux-arts et ses bâtiments au XIX<sup>e</sup> siècle
L’École des beaux-arts et ses bâtiments au XIX<sup>e</sup> siècle
L’École des beaux-arts et ses bâtiments au XIX<sup>e</sup> siècle

Louis XIV protecteur des Arts et des Sciences

Roi de guerre, roi-soleil, Louis XIV se veut aussi le protecteur des arts et des sciences. D’autant que le jeune monarque, né en 1638, de l’union…