Le Progrès des arts du dessin sous le règne de Louis XIV

Le Progrès des arts du dessin sous le règne de Louis XIV

Date de création : 1666

Date représentée : 1648

H. : 141 cm

L. : 184,5 cm

huile sur toile

© RMN - Grand Palais (château de Versailles) / Gérard Blot

lien vers l'image

92-000608 / MV 8650

Fondation de l’Académie royale de peinture et de sculpture

Date de publication : Juin 2021

Auteur : Sonia DARTHOU

Une fondation allégorique

L’Académie royale de peinture et de sculpture, fondée en 1648 sous l’impulsion d’une douzaine de peintres autour notamment de Charles Le Brun, alors que Louis XIV n’a que 10 ans, s’inscrit dans un contexte historique de multiplication des académies au sein de cette période dénommée le Grand Siècle.

Si cette académie dépend de l’autorité monarchique de Louis XIV, qui affiche ainsi vouloir donner une place majeure aux arts tout en édictant des « genres », elle constitue néanmoins une innovation en donnant protection aux artistes et en souhaitant revaloriser la peinture et la sculpture comme des arts majeurs, dans le sillage prestigieux de l’Antiquité, en s’inscrivant comme l’héritière de l’académie d’Athènes.

Cette huile sur toile de Nicolas Loir, peintre et décorateur formé en Italie avant de rejoindre la France et gravir les échelons de l’Académie, datée de 1666, encadre le portrait du roi de figures mythologiques qui font de cette création un événement monarchique mémorable et prestigieux.

Louis XIV, promoteur mythologique des arts

Cette huile sur toile est construite autour du portrait de Louis XIV, en médaillon, qui constitue le point focal de l’œuvre en dépit de sa place liminaire.

Présenté par la déesse Minerve, qui le pointe du doigt pour orienter le regard du spectateur, tandis qu’une figure féminine ailée évoquant la déesse de la victoire Nikè sonne la trompe, et qu’un petit Éros-putto brandit une couronne de laurier, la scène, emplie de références antiques, comme la sculpture d’un torse au sol, prend des accents très mythologiques. Athéna-Minerve, casquée et armée, évoque la déesse guerrière antique d’Athènes, tout en exposant combien elle est identifiée, depuis la Renaissance, comme la divinité tutélaire de la sagesse et des arts. En trônant sur un nuage face à Saturne, qui ouvre un rideau pourpre comme s’il dévoilait cette nouvelle académie au monde terrestre, symbolisé par les maisons, Minerve affiche cette fondation comme un événement mythique annoncé par l’Olympe des dieux (1).

Les gestes, postures et expressions des personnages associés à ce monde divin montrent la surprise, l’étonnement, l’admiration, et contribuent à la focalisation de la scène sur le portrait monarchique élevé dans les cieux par Minerve.

La mythologie au service de l’Académie royale de peinture et de sculpture

Cette œuvre inspirée de l’antique, dédiée à la gloire du roi, prouve à nouveau combien Louis XIV se présente comme un monarque omnipotent et créateur, centralisant non seulement le pouvoir, mais aussi toutes les formes de création. Présenté comme une figure divine parmi les dieux, chantre de la culture qui souhaite placer son royaume comme le centre du monde intellectuel et artistique, digne héritier de l’Antiquité et de la Grèce de Praxitèle, Louis XIV, dans cette allégorie mythologique, continue de construire sa propagande monarchique par l’image en instrumentalisant ici la puissance sémantique de l’antique, qui demeure une source d’inspiration majeure au XVIIe siècle.

L’Académie royale de peinture et de sculpture, réorganisée en 1665 et confiée à Colbert pour devenir la pierre angulaire de la politique culturelle au service de la monarchie, sera prolongée par les créations successives de l’Académie de danse (1661), de l’Académie de musique (1669), puis de l’Académie d’architecture (1671).

1 - Olympe : le mont Olympe est un sommet montagneux de la Grèce. Pour les grecs de l'Antiquité, il était le lieu de la résidence des dieux et des déesses de ma mythologie grecques.

Académie : L’Institut de France est créé par la loi du 25 octobre 1795 sur l’organisation de l’instruction publique. Au sein du palais de l’Institut de France, travaillent cinq académies : l’Académie française (fondée en 1635), l’Académie des inscriptions et belles-lettres (fondée en 1663), l’Académie des sciences (fondée en 1666), l’Académie des beaux-arts (créée en 1816 par la réunion de l’Académie royale de peinture et de sculpture, fondée en 1648, de l’Académie de musique, fondée en 1669, et de l’Académie d’architecture, fondée en 1671) et l’Académie des sciences morales et politiques (fondée en 1795, supprimée en 1803 et rétablie en 1832). (Source : https://www.institutdefrance.fr/les-cinq-academies/.)

Académie des beaux-arts : Créée en 1816 par la réunion de l’Académie royale de peinture et de sculpture, fondée en 1648, de l’Académie royale de musique, fondée en 1669, et de l’Académie royale d’architecture, fondée en 1671. Institution qui rassemble les artistes distingués par une assemblée de pairs et travaillant le plus souvent pour la couronne. Elle définit les règles de l’art et du bon goût, forme les artistes, organise des expositions.

Allégorie : Représentation figurée d’une idée abstraite.

Théorie des genres ou hiérarchie des genres : Théorisée par André Félibien en 1667, dans une préface des Conférences de l’Académie royale de peinture et de sculpture, cette théorie est le moteur de l’enseignement académique en France du XVIIe au XIXe siècle. Elle soumet la peinture à des catégories, classant les types de sujet à la fois selon les difficultés qu’ils comportent pour le peintre et l’intérêt qu’ils présentent pour le spectateur. On parle du genre majeur (la peinture d’histoire) et de genres mineurs (la scène de genre, le portrait, la nature morte).

Renaissance : Mouvement artistique né au XVe siècle en Italie et qui se diffuse dans le reste de l’Europe au XVIe siècle. Il repose sur la redécouverte, l’étude et la réinterprétation des textes, monuments et objets antiques. À la différence de la pensée médiévale qui donne à Dieu une place centrale, c’est l’homme qui est au cœur de la pensée de la Renaissance.

Sonia DARTHOU, « Fondation de l’Académie royale de peinture et de sculpture », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 13/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/fondation-academie-royale-peinture-sculpture

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le testament de Louis XIV

Régler la succession

Lorsqu’il rédige son testament le 2 août 1714, Louis XIV est un homme malade, éprouvé et inquiet. Âgé de près de 76 ans, il…

Le testament de Louis XIV
Le testament de Louis XIV
Le testament de Louis XIV
Le testament de Louis XIV

Le traité de Nimègue

Célébrer la paix

Le tableau anonyme et allégorique de la paix de Nimègue est représentatif de la manière dont le roi et son entourage voulaient…

 Etablissement de l'Académie des sciences et fondation de l'Observatoire, 1666

Colbert présente à Louis XIV les membres de l’Académie royale des sciences

Le règne de Louis XIV est marqué par une centralisation de toutes les formes de création artistique et intellectuelle au service du prince. Cette…

Frontispice pour le Dictionnaire de l’Académie française

Un dessin pour la langue française

Le dessin exécuté par Jean-Baptiste Corneille et représentant la gloire de Louis XIV était destiné à orner le…

La dissolution de Port-Royal

L’histoire de l’abbaye de Port-Royal des Champs est bien connue en raison de la place déterminante qu’elle occupa dans la diffusion du jansénisme…

Mariage de Louis de France, duc de Bourgogne et de Marie-Adélaïde de Savoie

Mariage de Louis de France, duc de Bourgogne, et de Marie-Adélaïde de Savoie

Le mariage du « Petit Dauphin »

Né à Versailles le 6 août 1682, quelques semaines seulement après l’installation de la cour au château, Louis de…

Le traité des Pyrénées

Après un séjour de quatre ans à Rome, Charles Le Brun arrive à Paris en mars 1646. Avec l’appui du chancelier Séguier, il obtient plusieurs…

Portrait du cardinal Mazarin

Le portrait de Mazarin a été commandé à Pierre Mignard. L’artiste, après un séjour à Rome où il s’est fait une grande réputation, a été rappelé en…

La guerre de dévolution

Revendiquer les droits de la reine

Le décès du roi d’Espagne Philippe IV, survenu le 17 septembre 1665, réveille les appétits dynastiques de Louis…

L’hôtel des Invalides

Une pièce d’un programme iconographique politique

Voulue par Louis XIV, l’édification de l’hôtel des Invalides au sud-ouest de Paris est…

L’hôtel des Invalides
L’hôtel des Invalides