L'entrée à Paris des œuvres destinées au Musée Napoléon.

L'entrée à Paris des œuvres destinées au Musée Napoléon.

L'entrée à Paris des œuvres destinées au Musée Napoléon (détail).

L'entrée à Paris des œuvres destinées au Musée Napoléon (détail).

L'entrée à Paris des œuvres destinées au Musée Napoléon (détail).

L'entrée à Paris des œuvres destinées au Musée Napoléon (détail).

L'entrée à Paris des œuvres destinées au Musée Napoléon.

L'entrée à Paris des œuvres destinées au Musée Napoléon.

Date de création : 1813

Date représentée : 1798

H. : 120

L. : 0

Vase de forme étrusque à rouleaux.Porcelaine dure.Site de production : manufacture de Sèvres

© RMN - Grand Palais (Sèvres, Cité de la céramique) / Christian Jean / Jacques L'hoir

http://www.photo.rmn.fr

76-000488/MNC 1823

Le trésor des conquêtes impériales

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Nicolas COURTIN

9 thermidor an VI : « fête de la Liberté et des Arts »

Ouvert en 1793 par la Convention, le Muséum central des arts installé au Louvre présentait sans ordre les quelques chefs-d’œuvre récupérés grâce à la nationalisation des biens de la Couronne, des émigrés et du clergé. La nouvelle république se déclara ensuite le dépositaire naturel des œuvres du génie, qui ne pouvaient être « chez elles » qu’au pays de la liberté. Soutenue par la rhétorique de Boissy d’Anglas, la Convention conquérante entreprit le « rapatriement » systématique des chefs-d’œuvre des pays conquis. Paris devint le « dépôt sacré de toutes les connaissances humaines et la réunion des résultats les plus précieux de l’imagination et du génie ». Le 9 thermidor de l’an VI (27 juillet 1798), les œuvres saisies en Italie arrivèrent au Louvre, en triomphe.

Le néoclassicisme à la gloire des Antiques

Sur ce vase en porcelaine, dont la forme « étrusque à rouleaux » s’inspire des vases antiques de la collection de Vivant Denon, le peintre Valois a présenté « l’entrée à Paris des œuvres destinées au musée Napoléon ». Il s’agit en fait de l’évocation, à la manière d’un triomphe romain, de la « fête de la Liberté et des Arts » de 1798.

Dans une composition en frise au rythme lent et majestueux sont figurées les plus célèbres sculptures antiques qui achèvent leur périple depuis les collections vaticanes jusqu’au Louvre. Sous la protection des soldats, le buste d’Homère pénètre en tête dans le palais, suivi par l’Apollon du Belvédère qu’achemine un quadrige fringant, le Laocoon et la Vénus Médicis, sous les regards admiratifs et ébahis des Parisiens.

Cette opération est placée sous les augustes auspices des plus grands collectionneurs et amateurs de l’histoire que furent Périclès, Laurent de Médicis et Auguste, auxquels Napoléon Ier est associé. Comme une sorte d’aréopage secondaire, le col présente une série de médaillons peints à l’imitation de camées et représentant plusieurs personnages de l’Antiquité.
La taille de ce vase (1,20 m), ses riches décorations d’or et l’exceptionnelle qualité de la peinture sur porcelaine en firent « l’un des plus beaux qui soit sorti des ateliers de la manufacture », selon son directeur qui le préserva de la destruction en 1815.

Quelles œuvres pour les musées nationaux ?

L’arrivée à Paris des ces œuvres fondatrices de la culture classique justifia et amplifia la mode, déjà très en vogue, du néoclassicisme dans les arts. Elle était l’application précise de la double mission que la Convention avait dévolue aux musées : éduquer les peuples et servir la gloire de la République. L’ardeur dont firent preuve Bonaparte, ses troupes et les spécialistes qui l’accompagnèrent en Italie (Denon, Moitte, Berthélémy ou Monge) devait permettre aux Parisiens puis à tous les Français de se familiariser avec l’art.

Cette politique démagogique trouva très tôt des opposants, parmi lesquels Quatremère de Quincy qui fut le premier à critiquer ce dépouillement. S’affrontèrent donc les partisans des musées, lieux de conservation sûre des œuvres d’art venues de tous les horizons, et ceux du respect du contexte de création, pour qui l’œuvre ne « vit » que dans l’endroit auquel elle était destinée ou, au pire, dans sa région de création.

Sachant, à travers l’exemple des rois, le pouvoir politique énorme que la possession et la diffusion d’une collection brillante représentent aux yeux d’une population ou des pays étrangers, le Consulat puis le Premier Empire s’attachèrent à entretenir ou à créer des musées ouverts au public à travers la France. Ce fut aussi une manière de soulager le Louvre, très vite dépassé par l’arrivées incessante de nouvelles œuvres (on y comptait 1 500 antiques en 1801).
Si la chute de l’Empire entraîna la restitution des œuvres saisies, le tissu muséal existant et la conviction de la nécessité de présenter au public des œuvres d’art se perpétuèrent.

COLLECTIF, La Jeunesse des musées, catalogue de l’exposition au musée d’Orsay, RMN, Paris, 1994.

Roland SCHAER, L’Invention des musées, Gallimard, RMN, Paris, 1993.

Marcelle BRUNET, Tamara PREAUD, Sèvres. Des origines à nos jours, Office du Livre, Fribourg, Paris, 1978.

Nicolas COURTIN, « Le trésor des conquêtes impériales », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 09/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/tresor-conquetes-imperiales

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Napoléon en Hercule

Un portrait mythologique

Ce dessin fait partie d’une série exécutée entre 1802 et 1814 pour illustrer l’ouvrage dirigé par le baron Vivant Denon,…

La campagne d'Italie

La guerre révolutionnaire étant officiellement achevée depuis les traités de Bâle en 1795 et de Campoformio en 1797, il ne restait en lice face à…

La campagne d'Italie
La campagne d'Italie
La campagne d'Italie

Une lettre de Carnot à Bonaparte

Carnot et Bonaparte : deux militaires en politique

Sous le Directoire, le gouvernement est collectif et confié à cinq chefs d’Etat choisis pour…

Une lettre de Carnot à Bonaparte
Une lettre de Carnot à Bonaparte
Une lettre de Carnot à Bonaparte

Bonaparte relate la prise de Venise

A la suite de ses victoires en Italie, Bonaparte, qui marche sur Vienne, signe un armistice avec l'Autriche et décide brusquement de s'emparer de…

Bonaparte relate la prise de Venise
Bonaparte relate la prise de Venise

René-Nicolas Desgenettes

Le service de Santé et l’expédition d’Égypte (1798-1801)

Si l’expédition d’Égypte est passée à la postérité pour son volet scientifique ou la…

René-Nicolas Desgenettes
René-Nicolas Desgenettes

La bataille du pont d'Arcole

Après avoir vaincu les Piémontais et les Autrichiens, l’armée d’Italie s’avance en Lombardie et assiège Mantoue. L’Autriche envoie deux nouvelles…

Extérieur d'un hôpital militaire, dit Les Français en Italie

Extérieur d'un hôpital militaire, dit Les Français en Italie

Désireuse de se voir reconnaître la frontière du Rhin, la France poursuit durant le Directoire la guerre contre l’Autriche et l’Angleterre tout en…

La bataille de Castiglione, 5 août 1796

Lors de la première campagne d’Italie, ayant vaincu les Austro-Piémontais et signé l’armistice de Cherasco le 28 avril 1796, Bonaparte prit…

Bonaparte et la propagande pendant la campagne d'Italie

Encore peu connu lorsqu’il rejoint l’armée d’Italie pour effectuer des manœuvres de diversion, Bonaparte sait d’emblée s’attacher ses soldats. Son…

Bonaparte et la propagande pendant la campagne d'Italie
Bonaparte et la propagande pendant la campagne d'Italie
Bonaparte et la propagande pendant la campagne d'Italie

Le trésor des conquêtes impériales

9 thermidor an VI : « fête de la Liberté et des Arts »

Ouvert en 1793 par la Convention, le Muséum central des arts installé au Louvre présentait…

Le trésor des conquêtes impériales
Le trésor des conquêtes impériales
Le trésor des conquêtes impériales