Henri de Rochefort

Date de publication : mars 2016

Partager sur:

Contexte historique

Portrait d’un rebelleLorsqu’il pose en 1884 pour Rodin, Henri Rochefort (1831-1913), aristocrate converti au socialisme, est célèbre pour son art de la polémique et ses écrits. Fondateur en 1868 de La Lanterne, périodique très irrévérencieux à l’égard du Second Empire, il connaît l’exil à Bruxelles, où l’accueille Victor Hugo, puis la prison sous le gouvernement d’Emile Ollivier, avant d’être nommé ministre du gouvernement de Défense nationale en 1870 et de participer à la Commune.Condamné en 1871 à la déportation en Nouvelle-Calédonie, Rochefort parvient à s’évader en 1874 (événement que salue Manet dans L’Evasion de Rochefort, musée d’Orsay) pour mener une vie d’exil à Bruxelles. L’amnistie de 1880 lui permet de revenir à Paris et de fonder L’Intransigeant. Elu député en 1885, Rochefort devient l’un des principaux partisans du général Boulanger.

Analyse des images

“ Le modelé, c’est le reflet de la vie ”“ La physionomie réside presque entièrement dans le développement prodigieux du crâne et du front, et dans l’acuité du regard. […] Immédiatement, nous sommes dans l’action personnelle de l’écrivain. C’est lui qui a été représenté, sans que le sculpteur ait négligé aucune des curieuses discordances de ce visage aux joues creuses, au nez arrondi en bec d’oiseau, à la mâchoire sans signification, et au menton sans accent. Il les a notées, mais ne leur a donné qu’une place subordonnée. Peut-être le portrait a-t-il été trop vrai, et trop expressif, au gré de Rochefort. ” (Léon Maillard, Auguste Rodin statuaire, Paris, Floury, 1898, p. 110)En 1882, Edmond Bazire, ancien communard, républicain ardent et rédacteur de L’Intransigeant, présente Rochefort à Rodin. Celui-ci pensait avoir dépassé la stricte étude anatomique, pourtant indispensable, pour accéder à “ un peu plus de grandeur, une sorte d’exagération ” dans ce buste. “ En sculpture, il faut accentuer la saillie des faisceaux musculaires, forcer les raccourcis, creuser les trous, ça donne de la vigueur et de l’ampleur […]. Le modelé, c’est le reflet de la vie, c’est la vie même, le public ne le comprend pas, il confond l’art avec la propreté. ” (Judith Cladel, Auguste Rodin, pris sur le vif, Paris, 1903, p. 39)Rochefort ne perçut pas la force de cette œuvre et la remisa dans son grenier. Le sculpteur ne s’en étonna pas ; il savait que les portraits du polémiste par Courbet, Manet et d’autres avaient connu le même sort ou avaient été rapidement vendus.

Interprétation

Bibliographie

Ruth BUTLER Rodin, la solitude du génie . Première édition Rodin. The Shape of Genius , Londres, Yale University Press, 1993. Trad. de l’anglais par Dennis CollinsParis, Gallimard-Musée Rodin, 1998.Henri ROCHEFORT Les Aventures de ma vie , éd. abrégée présentée par Jean Guichard-MeiliParis, Ramsay, 1980.

Notes

1. Synonyme de voyou ou de malfaiteur dans les années 1900. 

Pour citer cet article
Frédérique LESEUR, « Henri de Rochefort », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 25 mars 2019. URL : http://histoire-image.org/fr/etudes/henri-rochefort
Commentaires
Matisse dans l'atelier de Manguin. Albert MARQUET (1875 - 1945) 1905 Musée national d'Art moderne - Centre Pompidou