L'Évasion de Rochefort.

L'Évasion de Rochefort.

Auteur : MANET Edouard

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : vers 1881

Date représentée : 19 mars 1874

H. : 79 cm

L. : 72 cm

huile sur toile. C'est la plus petite des deux versions de "L'Evasion de Rochefort", la seconde est conservée au Kunsthaus de Zurich.

© RMN - Grand Palais (musée d'Orsay) / Franck Raux

Lien vers l'image

RF 1984-158 - 21-535875

Henri de Rochefort et les déportés de la Commune

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Bertrand TILLIER

La déportation en Nouvelle-Calédonie

Plus de 4 000 communards furent condamnés par les conseils de guerre à la déportation en Nouvelle-Calédonie – la colonie française la plus éloignée de la métropole, située en plein Pacifique. Dans l’attente de leur transportation, les condamnés furent incarcérés dans des pontons portuaires ou des forts du littoral atlantique. De là, ils embarquèrent sur des navires pour un voyage de cinq à six mois. Le premier convoi partit sur la Danaé le 3 mai 1872.

Les déportés furent répartis en trois catégories dans l’archipel calédonien : les forçats au bagne de l’île Nou, les condamnés à la déportation en enceinte fortifiée sur la presqu’île Ducos et les déportés simples sur l’île des Pins. Les conditions d’existence y étaient précaires. Dans l’attente d’une amnistie qui tarda jusqu’en 1880, les déportés se mirent au travail. D’autres préférèrent tenter l’évasion, rendue improbable par la surveillance des gardiens aidés des Kanak et par la nature récifale des îles.

L’évasion de Rochefort

Henri Rochefort (1830-1913) avait été condamné à la déportation en enceinte fortifiée. Arrivé en Nouvelle-Calédonie en décembre 1873, il parvint à s’en évader en juillet 1874. Riche et célèbre, il acheta la complicité du commandant d’un navire australien qui arrangea la fuite du journaliste et de cinq de ses camarades : Ballière, Paschal Grousset, Francis Jourde, Olivier Pain et Granthille.

C’est à cette évasion – la plus importante de l’histoire de la déportation, dont le retentissement international exaspéra l’administration française – qu’Édouard Manet (1832-1883) s’intéressa en 1880-1881. Dans un format réduit, le peintre représenta au milieu d’une mer immense une frêle embarcation, où l’on peut identifier Rochefort et Pain, et qui se dirige vers la silhouette noire d’un navire visible à l’horizon.

Un héros moderne

Quand Manet entreprit cette œuvre, il était à la recherche d’un tableau « à sensation » destiné au Salon. Il pensa à un héros moderne parce que solitaire, rebelle et incompris. Au moment où l’amnistie générale de la Commune fut votée, qui permit le retour en métropole des déportés et des proscrits – parmi lesquels Rochefort, réfugié en Angleterre, en Suisse et en Belgique –, Manet peignit deux versions de son évasion romanesque où ses traits sont identifiables, ainsi qu’un portrait de l’infatigable pamphlétaire (Hambourg, Kunsthalle).

Animateur de journaux tels La Lanterne, La Marseillaise, Le Mot d’ordre ou L’Intransigeant, titulaire de mandats électifs desquels il démissionna souvent rapidement, Rochefort incarnait pour Manet l’opposant politique, permanent et irréductible : républicain sous le Second Empire, antiversaillais pendant la Commune sans pour autant s’être engagé dans ses rangs, extrémiste en République modérée… C’est le portrait de ce personnage insaisissable et inattendu que Manet tenta de fixer en 1880 sur la toile, bien avant que l’homme ne dérive vers le boulangisme, le nationalisme, l’antisémitisme et l’antidreyfusisme.

Éric DARRAGON, « Manet, L’Évasion », in Revue de l’Art, no 56, 1982, p. 25-40.

Bernard NOËL, Dictionnaire de la Commune, 2 vol., Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1978.

COLLECTIF, Catalogue d’exposition Manet (notice no 223), Paris, RMN, Grand Palais, 1983.

Bertrand TILLIER, « Henri de Rochefort et les déportés de la Commune », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 14/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/henri-rochefort-deportes-commune

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La propagande coloniale dans les années 1930

1931, l’aboutissement d’un projet grandiose

La tradition des expositions coloniales s’enracine dans la première moitié du XIXe siècle.…

La propagande coloniale dans les années 1930
La propagande coloniale dans les années 1930
La propagande coloniale dans les années 1930
Palais de la Porte-Dorée. Vue de la façade

Le palais de la Porte-Dorée, témoignage de l’histoire coloniale

Un palais permanent hérité de l’Exposition coloniale de 1931

Le palais de la Porte Dorée représente de seul vestige monumental de l’Exposition…

Les Annamites dans la Grande Guerre

Le Tonkin et la mère patrie

Après avoir débarqué à Da Nang, en 1858, les Français ont fondé la colonie de Cochinchine en 1865 et établi un…

Les Annamites dans la Grande Guerre
Les Annamites dans la Grande Guerre
Les Annamites dans la Grande Guerre

La IIe République abolit l’esclavage

1848, l’abolition de l’esclavage

Affirmant l’égalité entre les hommes et leur droit naturel à la liberté, les philosophes du XVIIIe

Un « Mozambique », esclave à l'Ile de France

L’esclavage à l’Ile de France (Maurice)

Les Français s’installent au XVIIIe siècle, dans l’ancienne colonie hollandaise de Maurice et baptisent Ile…

Nègres creusant un canal

« Noirs de pelle », esclaves en Guyane

Les canaux, artères de communication en Guyane

En Guyane, le travail des esclaves est largement mobilisé pour la création d’unités de production…

« Noirs de pelle », esclaves en Guyane
« Noirs de pelle », esclaves en Guyane
« Noirs de pelle », esclaves en Guyane
« Noirs de pelle », esclaves en Guyane
L'Emancipation à la Réunion

L'Emancipation à la Réunion

Esclavage et économie coloniale :

La première moitié du XIXe siècle voit l’émergence d’une classe dominante de colons dont la richesse s’appuie sur…

Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)

Les « nouveaux citoyens » de Guyane replongés dans l’esclavage.

L’abolition de l’esclavage, votée par la Convention en 1794 n’a pas touché toutes…

Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)
Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)
Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)
Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)

Représentation d'un village togolais à l'Exposition coloniale

Le Togo, une colonie exposée en 1931

A l’instar du Cameroun, le Togo faisait partie des territoires d’Afrique placés par la Société des Nations…

Kourou, le rêve américain de Choiseul

Kourou, ou la revanche contre les Anglais

En 1763, les Français perdent la guerre de Sept Ans (1756-1763), une première guerre mondiale puisque…

Kourou, le rêve américain de Choiseul
Kourou, le rêve américain de Choiseul