La force d’un mythe : les « atrocités allemandes »