La mobilisation à l'arrière : Juan Gris et le « retour à l'ordre »