Le Football de salon

Le Football de salon

Date de création : Début du 20e siècle

Date représentée :

H. : 45 cm

L. : 56 cm

 Lithographie photomécanique;

Éditeur : Léon Saussine , Paris

Illustration sur un couvercle de boîte de jeu.

© RMN-Grand Palais (MuCEM) / Gérard Blot

Lien vers l'image

990.39.14 D - 04-509794

Le sport comme marqueur social

Date de publication : Mars 2007

Auteur : Bernard COLOMB

Dès ses débuts, le sport est un marqueur social

Le rugby est à tort considéré en France comme un avatar de la soule. Au Moyen Âge et aux siècles modernes, ce jeu, principalement pratiqué en Bretagne et en Normandie, voyait l’affrontement de deux équipes villageoises autour d’une pelote d’étoffes ou d’un ballon appelé « soule » ou « choule » qu’il s’agissait de porter dans un lieu convenu ou au-delà d’une ligne nonobstant les adversaires. La filiation n’est pas directe. C’est par l’intermédiaire de l’Angleterre et à la faveur d’une forte anglophilie que le rugby s’est implanté solidement dans l’Hexagone entre 1880 et 1920. Comme l’ensemble des sports modernes, il tient aux profondes mutations que l’âge industriel a apportées dans les sociétés occidentales. L’Angleterre, pionnière dans cette évolution économique, a connu la première les modifications sociales et les modes de vie qui y sont liés.

Pour les rejetons mâles des élites anglaises, les public schools proposèrent une éducation novatrice où le sport avait sa place. Les pédagogues voyaient dans ces activités une excellente préparation mentale et physique aux obstacles que ne manqueraient pas de rencontrer ces jeunes gens. À l’école de Rugby, village du centre de l’Angleterre, se développa le jeu éponyme sous l’égide du directeur Thomas Arnold. En ces temps de darwinisme social, il s’agissait de s’affirmer (dès la période d’études) comme le meilleur, d’où le succès de pratiques caractérisées par la nécessité de dominer l’adversaire par un effort individuel. Les phases collectives, la tactique, le jeu de passes, ont en effet émergé plus tard. Après une phase d’écriture et de rationalisation des règles apparurent deux sports distincts, le football et le rugby, qui se diffusèrent dans les autres pays. En France le jeu de rugby se répandit à partir des deux dernières décennies du XIXe siècle et concerna d’abord des élites souvent marquées par l’anglophilie, dans le cadre – très restreint socialement – des lycées.

Cette époque se caractérise également par l’émergence d’une nouvelle catégorie sociale, la « classe moyenne ». Dans la représentation qu’ils ont d’eux-mêmes, ses membres s’efforcent d’imiter les modes de vie des élites. Dès lors, on comprend mieux qu’un match de « football de salon » illustre la boîte de ce jeu destiné aux enfants des cols blancs. Le titre en atteste l’origine anglaise.

Une représentation idéale d’un sport de combat

L’entreprise de Léon Saussine a été la principale créatrice et pourvoyeuse de jeux des Français entre le Second Empire et 1940. Les centaines de jeux de société ou de salon (drawing-room) qu’elle a produits se répartissent en divers genres tels que les jeux d’assaut et les jeux de position. C’est à cette dernière catégorie que se rattache celui-ci.

L’illustration de cette boîte montre douze jeunes joueurs en plein match sur un terrain herbeux mal délimité. Les poteaux de l’un des camps sont visibles à l’arrière-plan. Au premier plan quatre joueurs de l’équipe en polos à bandes rouges s’opposent à l’avancée de leurs adversaires. Les deux joueurs du centre tentent de plaquer, c’est-à-dire de faire tomber le porteur du ballon. Les deux autres se tiennent prêts à intervenir. L’équipe portant les polos à bandes bleues est à l’attaque. Son but est de porter le ballon au-delà de la ligne adverse afin de marquer un essai. Un joueur est au sol. Il a été plaqué mais a pu transmettre la balle vers l’arrière comme la règle l’exige. Le possesseur du ballon, à son tour plaqué, s’apprête à le lancer à son partenaire proche, tandis que quatre autres joueurs sont dans des positions de soutien plus éloignées. L’avant-dernier appelle le ballon. Le dernier se tient sous les poteaux. Les attitudes sont conformes à la réalité du jeu, mais les visages sans expression reflètent le caractère idéal de cette représentation.

Manifestement, l’illustrateur connaissait son sujet. Les attitudes qu’il a croquées le prouvent. Le porteur du ballon « passe les bras » et se soucie du soutien. Il regarde vers la gauche. Le plaqueur face à lui a la tête engagée sur le côté intérieur à la course de l’attaquant, il a le dos plat, les bras fortement serrés autour de l’attaquant, et les jambes sont en flexion afin de renverser l’adversaire lors de l’extension.

À l’arrière-plan se développe le paysage idéalisé d’une campagne rêvée caractérisée par la fraîcheur verte des frondaisons. Une maison à colombage, synthèse de Suisse, d’Alsace et de Normandie, se dresse à gauche.

Un jeu encore indifférencié. La mise en place de la société des loisirs

Il y a une contradiction dans cette représentation. Ces jeunes joueurs se comportent manifestement comme des rugbymen. Leurs attitudes ne sauraient tromper. Pourtant l’illustrateur a titré la scène « football ». Il témoigne en fait de l’indifférenciation qui a caractérisé la période initiale du développement des jeux de ballon. Cette indifférenciation est due à leur origine commune, leur genèse au sein des public schools britanniques. Il a fallu attendre 1863 pour que les tenants de ce qui va devenir le football d’une part, le rugby de l’autre, constatent l’incompatibilité de leurs différences et fondent deux sports, le football association et le rugby-football. Cette dernière dénomination explique sans doute l’erreur de titre commise par la société Saussine sur cette boîte de jeu et permet de situer sa fabrication dans les premières années du XXe siècle.
Au-delà du jeu qu’elle montre, appelé à un succès qui ne se dément pas, cette illustration est emblématique de l’évolution de la société française et, à travers elle, des sociétés occidentales au tournant des XIXe et XXe siècles par son thème même. Si les jeux de ballon forment une part importante du sport moderne, ils sont aussi révélateurs de la mise en place de la société des loisirs dans laquelle de nouvelles classes sociales vont prendre toute leur place, les classes moyennes émergeant entre bourgeoisie et prolétariat. Initialement le sport a été l’apanage d’un milieu restreint. C’était le passe-temps de la belle existence des élites et il avait toute sa place dans le calendrier mondain. Au début du siècle, il effectue sa diffusion vers les classes moyennes tout en restant pendant longtemps éloigné des préoccupations des classes laborieuses.

Cette représentation est aussi un témoignage des prodromes de la société de consommation. Avec l’élévation de leur pouvoir d’achat, les classes moyennes constituent le marché privilégié par les fabricants comme la société Saussine. Cette dernière, qui envisage le marché européen (titre du jeu traduit en espagnol), exploite des thèmes illustratifs tels que les militaires, la ferme, les personnages de contes et légendes, et incidemment les images sportives. Ces représentations témoignent des mondes familiers à cette nouvelle catégorie sociale. Pour les « cols blancs » sans cesse plus nombreux, il faut échapper aux modèles du monde ouvrier. Il n’est pas question pour eux de ressembler aux « cols bleus », caractérisés par le travail manuel. Cette volonté de distinction s’exprime aussi dans les jeux que l’on pratique.

Roger CAILLOIS (dir.), Jeux et sports, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1967.

Jean DURRY, Ronald HUBSCHER et Bernard JEU, L’Histoire en mouvements .Le sport dans la société française (XIXe-XXe siècle), Paris, Armand Colin, 1992.

Jean LACOUTURE, Voyous et gentlemen. Une histoire du rugby, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 1993.

Raymond THOMAS, Histoire du sport, Paris, P.U.F., 1991.

Bernard COLOMB, « Le sport comme marqueur social », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 30/11/2022. URL : histoire-image.org/etudes/sport-marqueur-social

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Cubisme et camouflage

L’arme « camouflage »

La guerre de 1914-1918 ne fut pas la guerre éclair tant attendue. Elle s’enlisa rapidement et, avec la mise en place des…

Cubisme et camouflage
Cubisme et camouflage
Cubisme et camouflage
Cubisme et camouflage

Échos artistiques de la conquête de l’air : Roger de La Fresnaye et la modernité

La conquête de l’air passionne de nombreux artistes au début du XXe siècle. Engagées dans une recherche de nouveaux moyens plastiques…

La décomposition du mouvement

La technique de la photographie offre aux scientifiques des possibilités nouvelles. A partir des années 1870, le Français Etienne-Jules Marey (1830-…
La décomposition du mouvement
La décomposition du mouvement
La décomposition du mouvement
Le Football de salon

Le sport comme marqueur social

Dès ses débuts, le sport est un marqueur social

Le rugby est à tort considéré en France comme un avatar de la soule. Au Moyen Âge et aux siècles…

Bouteille et verre - André Laurens

Le cubisme, un art du quotidien

La vie à Montmartre

Le terme de « cubisme », qui se généralise en 1909, désigne surtout les qualités stylistiques des œuvres issues de ce courant…

Le cubisme, un art du quotidien
Le cubisme, un art du quotidien
Le cubisme, un art du quotidien
Le cubisme, un art du quotidien
Verdun - Fernand Léger

Le cubisme sur le front : les dessins de guerre de Fernand Léger

Représenter la guerre

La guerre de 1914-1918 opéra une rupture sans précédent dans l’histoire des manières de combattre : la guerre de mouvement…

Le cubisme sur le front : les dessins de guerre de  Fernand  Léger
Le cubisme sur le front : les dessins de guerre de  Fernand  Léger
Le cubisme sur le front : les dessins de guerre de  Fernand  Léger
Le cubisme sur le front : les dessins de guerre de  Fernand  Léger
Partie de rugby - André Lhote

La Diffusion du sport moderne

Diffusion du sport dans la société française

Le développement du sport moderne en France a des origines diverses. L’ascendance britannique compte…

Le sport et la photographie scientifique

Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, la photographie, en tant que pratique professionnelle ou de loisir, suscite un engouement considérable…
Le sport et la photographie scientifique
Le sport et la photographie scientifique
Le sport et la photographie scientifique

La mobilisation à l'arrière : Juan Gris et le « retour à l'ordre »

La mobilisation à l’arrière

Après le nationalisme et le patriotisme exacerbés qui exprimèrent leur adhésion idéologique à la guerre contre l’…

Le Remorqueur -Fernand Léger

Une vision de la modernité

Le triomphe de l’industrialisation

La période qui s’étend de la fin du XIXe siècle à la veille de la Première Guerre mondiale marque…