Aller au contenu principal
L'Esclave blanche

L'Esclave blanche

Les Soupirants

Les Soupirants

Farniente

Farniente

Le Thé

Le Thé

L'Esclave blanche

L'Esclave blanche

Date de création : 1888

Date représentée :

H. : 146 cm

L. : 118 cm

Huile sur toile.

Domaine : Peintures

© GrandPalaisRmn / Gérard Blot

Lien vers l'image

INV 1063 - 99-020173

Le nu enfumé

Date de publication : Octobre 2011

Auteur : Didier NOURRISSON

Le nouveau Nu

Avec la IIIe République, les mœurs se libéralisent et la censure se relâche. Sans doute, le grand dessin du nu académique, à l’exécution soignée et toujours figurative, demeure, mais les références obligée aux scènes de la mythologie ou les transports émotionnels dans des harems de pacotille s’estompent. L’intimité féminine se dévoile en des lieux familiers, cabinet de toilette, salle de bain, et sur des meubles confortables (divans). Un élément vient souvent donner une note d’actualité : la cigarette.

L’association de la femme et de la cigarette date de Mérimée avec sa Carmen. Mais au temps de la monarchie de Juillet, la fume au féminin faisait scandale et dénonçait la « lionne », une femme qui cherchait à s’émanciper. George Sand, qui introduit le mot « cigarette » dans la littérature, en est la figure emblématique. Sous la IIIe République débutante, la cigarette se banalise : on compte 100 millions de cigarettes vendues en 1872, 3 milliards en 1909. Les femmes, dans leur espace privé, commencent à s’adonner couramment à cette pratique nouvelle. L’essence du savoir-vivre est simplement de ne pas fumer dans la rue et en société.

La fumeuse nue

Jean Jules Antoine Lecomte du Nouy (1842-1923) reprend l’idée de la scène de harem et de la traite des Blanches avec son Esclave blanche (l’année de l’abolition de l’esclavage au Brésil). La facture est furieusement romantique : au bord du bassin, sous le regard de deux eunuques, assise sur ses parures de soie, à côté de coussins, tapis et vaisselle d’art, une femme nue se perd dans des rêveries. La modernité vient de la cigarette qu’elle tient nonchalamment dans la main gauche. Elle souffle un filet de fumée qui donne mystère et saveur à l’espace. Le tabac est sans doute au « goût levantin » ; les marques de cigarettes de ce type se comptaient par dizaines dans les années 1880.

La peinture de Paul Albert Laurens (1870-1934) intitulée Les Soupirants fait tourner un Arlequin et un Pierrot de comédie autour d’une belle Orientale lascivement étendue sur un sofa : le mythe de la Circassienne bat toujours son plein en faisant battre les cœurs.

Le Farniente d’Ernest Philippe Zacharie (1849-1915) montre la plastique d’un corps lisse et glabre d’une femme qui vient de se lever après la sieste et s’étire nonchalamment.

Jules Scalbert (1851-1928) donne une version très érotique de la pause thé : une soubrette impeccablement vêtue apporte le plateau (avec deux tasses : l’homme n’est pas loin ?) à sa maîtresse nue sous un déshabillé qui ne cache rien de ses formes. Là encore, la scène se situe dans un intérieur bourgeois (canapé Louis XV à la Pompadour).

Dans les trois cas, la cigarette souligne la beauté de la femme par l’élégance du geste. À remarquer le fume-cigarette de l’Orientale qui, avec le long collier de perles à double rang, annonce la mode des années folles.

Bientôt la cigarette fait femme

Dans les années 1910, la publicité pour les cigarettes n’ose encore guère utiliser l’image de la femme. Il faudra attendre les années 1920 pour voir à l’affiche de belles fumeuses chargées d’entraîner les hommes à la fume. La Gitane en est un bel exemple : d’abord dessinée, elle est photographiée dans les années 1930 sous les traits d’une danseuse de flamenco, toujours habillée cependant. En revanche, la peinture donne déjà à voir des femmes, de préférence nues, avec une cigarette langoureuse, dans une scène intime en principe naturaliste.

Jacqueline BALTRAN, Paris, carrefour des arts et des lettres. 1880-1918, Paris, L’Harmattan, 2002.

Kenneth CLARK, Le Nu, Paris, Le Livre de Poche, coll. « Art », 1969, rééd. Hachette coll. « Pluriel », 1998.

William A.EWING, Le Siècle du corps, Paris, éditions de La Martinière, 2000.

Michel HADDAD, La Divine et l’impure. Le nu au XIXe siècle, Paris, Éditions du Jaguar, 1990.

Didier NOURRISSON, Cigarette. Histoire d’une allumeuse, Paris, Payot, 2010.

Didier NOURRISSON, « Le nu enfumé », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 17/07/2024. URL : https://histoire-image.org/etudes/nu-enfume

Albertine (non vérifié)

Bonjour,

Deux petites observations :

d'abord, concernant l'interprétation de l'image : il ne s'agit pas de deux eunuques compte-tenu de la généreuse poitrine de la femme noire que l'on aperçoit de profil, trois-quart dos... si ?

Ensuite, vous dites que la publicité ne s'empare pas de la figure de la femme pour promouvoir la cigarette avant les années 20, mais sauf erreur, les artistes de l'art nouveau comme Mucha ou Atche le font dès les années 1880. Ces exemples ne comptent-ils pas ?

ven 10/11/2023 - 16:16 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les maisons closes

Les maisons closes

Le système réglementariste et la stratégie de l’enfermement

Constantin Guys fut le premier artiste à s’intéresser aux maisons closes de son temps,…

Les maisons closes
Les maisons closes
Les maisons closes
Le nu enfumé

Le nu enfumé

Le nouveau Nu

Avec la IIIe République, les mœurs se libéralisent et la censure se relâche. Sans doute, le grand dessin du nu…

Le nu enfumé
Le nu enfumé
Le nu enfumé
Le nu enfumé
La journée d’une grisette

La journée d’une grisette

Fugace comme un oiseau

Dans le contexte d’industrialisation et d’urbanisation massives qui se développent en France dès la première moitié du XIX…

La journée d’une grisette
La journée d’une grisette
La Dame aux camélias

La Dame aux camélias

Marie Duplessis, muse de Dumas

Le dessin à l’aquarelle de Camille Roqueplan représente Marie Duplessis, qui fut probablement la toute première…

La Dame aux camélias
La Dame aux camélias
La comtesse de La Fayette

La comtesse de La Fayette

Le portrait perdu d’une précieuse

Fils du peintre flamand Ferdinand Elle, célèbre portraitiste naturalisé sous le règne de Louis XIII, Louis Elle…

L'impératrice Eugénie entourée de ses dames d'honneur

L'impératrice Eugénie entourée de ses dames d'honneur

Franz-Xaver Winterhalter, qui fut le peintre officiel de la dynastie des Orléans avant 1848, devint le portraitiste privilégié de la famille…

Madame Roland et l'engagement politique des femmes sous la Révolution

Madame Roland et l'engagement politique des femmes sous la Révolution

Les salons féminins au XVIIIe siècle

Nés au XVIIe siècle, les salons particuliers tenus par des femmes se multiplient au siècle…

Degas et la célébration de la danse féminine à l'Opéra

Degas et la célébration de la danse féminine à l'Opéra

« Peintre des danseuses » : ainsi Manet définit-il Degas dans une lettre adressée à Fantin-Latour en 1868, anticipant d’une dizaine d’années le…

Degas et la célébration de la danse féminine à l'Opéra
Degas et la célébration de la danse féminine à l'Opéra
Être catholique à la fin du XIX<sup>e</sup> siècle

Être catholique à la fin du XIXe siècle

Au XIXe siècle, on observe une désaffection à l’égard de l’Église, un détachement qu’ont préparé l’essoufflement de la pratique…

Être catholique à la fin du XIX<sup>e</sup> siècle
Être catholique à la fin du XIX<sup>e</sup> siècle
La Belle Otero, emblème de la Belle Époque

La Belle Otero, emblème de la Belle Époque

Le soleil d’Espagne dans les théâtres parisiens

La fièvre de l’exotisme parcourt l’Europe pendant tout le XIXe siècle, influençant la…

La Belle Otero, emblème de la Belle Époque
La Belle Otero, emblème de la Belle Époque
La Belle Otero, emblème de la Belle Époque
La Belle Otero, emblème de la Belle Époque