Madame Manet au piano.

Madame Manet au piano.

Auteur : MANET Edouard

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1868

Date représentée :

H. : 38

L. : 46,5

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - H. Lewandowski

http://www.photo.rmn.fr

93DE6042/RF 1994

Madame Manet au piano

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Georges LIÉBERT

Le piano, roi des instruments au XIXe siècle

Ce tableau illustre un thème alors souvent traité par les peintres. De Fantin-Latour à Vallotton en passant par Renoir, Degas, Cézanne, Gauguin et Vuillard, abondent les portraits de femmes et de jeunes filles, voire de jeunes hommes au piano. La musique en effet, à cette époque sans disque ni radio, c’était d’abord la pratique individuelle en amateur : avant tout celle du piano qui, dans les classes moyennes, par le biais des transcriptions, constituait le principal moyen de connaissance et de diffusion des œuvres. Selon certaines statistiques, Paris, dans les années 1860, aurait compté 20 000 professeurs de piano. « A Paris dans chaque maison, depuis la loge du portier jusqu’aux mansardes, à chacun des six ou huit étages, on compte un ou plusieurs pianos. […] Je renonce à peindre les tourments qu’ils infligent », se plaignait le poète Victor de Laprade. Il ne manquait cependant pas de maisons où, comme chez les Manet, le piano ne faisait pas la détresse des familles et des voisins.

Amateur de musique, en effet, comme Degas et tant d’autres artistes de son temps, Manet avait connu Suzanne Leenhof, qu’il épousa en 1863, lorsqu’en 1849, elle donnait des leçons de piano à ses jeunes frères. A l’époque où il a peint ce tableau (1867-1868), elle allait régulièrement avec une amie alléger les derniers moments de Baudelaire, aphasique et à demi paralysé, en lui jouant du Wagner. Excellente interprète – de Schumann, en particulier, alors mal connu en France –, c’est à elle qu’en 1873 Emmanuel Chabrier, un des meilleurs amis du couple, dédiera son Impromptu en do majeur, sa première œuvre importante pour le piano. En sa compagnie, Suzanne Manet dut plus d’une fois jouer des quatre-mains passionnés ou fantasques aux applaudissements de Berthe Morisot, la belle-sœur de son mari, elle aussi peintre et grande amie du compositeur.

Le piano n’était pas seulement l’instrument de la délectation solitaire comme il semble l’être dans ce tableau : madame Manet jouait pour un public d’amis ; et nombreux sont les salons où se produisaient amateurs et professionnels. Ce n’est donc pas un hasard si, dans la seconde moitié du XIXe siècle, la musique de chambre a connu un âge d’or, et si de César Franck à Claude Debussy et Gabriel Fauré, les compositeurs français lui ont donné souvent le meilleur de leur inspiration. A la fin du siècle, le monde de La Recherche du temps perdu retentit de soirées musicales auxquelles n’assistent pas seulement des snobs. Comme Proust lui-même, le narrateur a appris le piano. Et, lorsqu’un soir, il trompe son attente de la femme aimée avec la sonate de Vinteuil puis une transcription de Tristan et Isolde de Wagner, les réflexions qu’elles lui inspirent, montrent combien la pratique, même en amateur, permet une connaissance plus riche et plus fine de la musique que l’écoute passive d’un concert ou d’un enregistrement.

Manet Catalogue de l’exposition.Grand Palais, Paris, RMN, 1983.

Georges LIÉBERT, « Madame Manet au piano », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 02/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/madame-manet-piano

Anonyme (non vérifié)

Votre analyse de l'image n'en est absolument pas une! c'est simplement un historique sur Mme Manet et sa pratique du piano! Je suis enseignante en Arts Plastiques et j'ai les cheveux qui se dressent sur la tête car les peintures de Manet ou d'autres comportent des problématiques ou des questionnements d'ordres plastiques, artistiques... bien plus importants que le simple sujet de représentation; je comprends mieux maintenant pourquoi les enseignants en E.musicale abreuvent leurs cours d'images qui n'ont aucun sens quant à la pratique même de l'artiste qu'il cite: exemple: on etudie la truite de Schubert, on montre Matisse "les poissons rouges"!??? Aucun rapport dans la problématique de l'élaboration de leurs oeuvres respectives!Pas le même courant artistique, pas la même démarche...Quel intérêt de se saisir d'oeuvres pour les réduire à de simples illustrations? Saupoudrage! confusion dans les esprits des élèves, impressions de liens entre musiciens et peintres qui sont faux! Quant au Romantisme, il serait plus cohérent d'en dégager les notions essentielles, que l'on retrouve communément dans la musique et la peinture ainsi que dans la littérature! Apprécieriez-vous que les enseignants en A.plastiques se saisissent d'une oeuvre musicale simplement parce qu'elle leur semble correspondre à la peinture qu'ils étudient en classe et sans en connaître la motivation du compositeur? Ce n'est pas ainsi que j'envisage l'histoire des arts; à ce compte, il vaudrait mieux que chacun reste à sa place, dans son domaine de compétence.En effet, il est déjà difficile d'élaborer les dispositifs pédagogiques cohérents et efficaces pour la compréhension des élèves dans nos propres disciplines...ne brouillons pas les pistes!

sam 26/03/2011 - 07:40 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Sans doute l'étude pêche un peu par manque d'analyse de l'œuvre et se démarque quelque peu du cadre éditorial du site. Cela reste une exception pour une étude produite à l'origine du site ; depuis nous sommes particulièrement vigilants sur cette question.
Je vous invite à découvrir les autres études du site.

lun 28/03/2011 - 17:58 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Affiche pour le festival de Bourges

Le Printemps de Bourges

Une affiche pour la chanson

L’affiche annonçant la troisième édition du « Printemps de Bourges » inscrit nettement les…

Affiche Fête romaine Orange.

Les Chorégies d’Orange

L’usage moderne d’un monument antique

L’affiche annonçant la « Fête romaine » du 21 août 1869, d’une sobriété…

La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration

Lorsque Rossini arrive à Paris en novembre 1823, ce n’est pas un inconnu car douze de ses œuvres ont déjà été montées au Théâtre-Italien, dont quatre…
La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration
La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration

Le roi danse : Louis XIV et la mise en scène du pouvoir absolu

Le ballet de cour, un divertissement politique

La grande tradition des ballets de cour en France fut inaugurée par le Ballet comique de la Reine…

La naissance du mythe du ténor

La première moitié du XIXe siècle connaît un véritable engouement pour la musique en général et l’art du chant en particulier. La mode du…

Le surintendant de la Musique de Louis XIV : Lully

Un portrait d’artiste

Frère du peintre Pierre Mignard, Nicolas Mignard (1606-1668) s’est fait une de ses spécialités de portraiturer des hommes et…

Les ballets russes

En 1898, Serge de Diaghilev fonde « Le Monde de l’art », association puis revue regroupant plusieurs artistes qui, en marge de l’académisme…

Les ballets russes
Les ballets russes
Les ballets russes
Les ballets russes
Portrait de Franz Liszt - Henri Lehmann

Franz Liszt, de la gloire aux ténèbres

Prodige et renoncement

Pianiste hors norme et compositeur novateur, Franz Liszt (1811-1886) est l’un des plus grands musiciens du XIXe…

Franz Liszt, de la gloire aux ténèbres
Franz Liszt, de la gloire aux ténèbres
Franz Liszt, de la gloire aux ténèbres

Origines du carnaval à la Jamaïque

Isaac Mendes Belisario (1795-1849), peintre et graveur d’origine italienne né à Londres, installé en 1830 à Kingston en Jamaïque, alors colonie…

Origines du carnaval à la Jamaïque
Origines du carnaval à la Jamaïque
Origines du carnaval à la Jamaïque
Origines du carnaval à la Jamaïque

Femmes à l'usine

Dans le second XIXe siècle, avec la généralisation des machines qui exécutent elles-mêmes les travaux de force, le travail féminin s'…
Femmes à l'usine
Femmes à l'usine