1er mai 1936

1er mai 1936

Date de création : 1936

Date représentée : 01-mai-36

H. : 121

L. : 80

Affiche de Flo pour la CGT

© CIRIP - Photo Alain GESGON - Tous droits réservés

Le 1er mai 1936

Date de publication : Octobre 2003

Auteur : Danielle TARTAKOWSKY

Un 1er Mai singulier

En 1936, le 1er mai advient deux mois à peine après le congrès confédéral de Toulouse (2-5 mars) qui entérine la réunification de la CGT et de la CGTU, déchirées depuis 1922 mais l'une et l'autre signataires depuis janvier du programme du rassemblement populaire. Le 26 avril, soit cinq jours plus tôt, le premier tour des élections législatives a mis les formations politiques constitutives de ce rassemblement en position de l'emporter. Pour éviter toute provocation susceptible de peser sur l'issue du scrutin, la CGT évitera tout cortège, à Paris notamment.

L'union fait la force

Le 1er Mai se veut journée de fête (de l'unité) et de lutte (pour les 40 heures, l’une des premières mesures du gouvernement de front populaire en juin 36, les contrats collectifs, pour les grands travaux inscrits depuis 1934 dans le programme de la CGT, la paix, slogan du Front populaire « paix, pain, liberté »). Le graphisme résume et transpose ces objectifs énoncés littéralement. Depuis les premiers 1er Mai, le peuple en marche est une image fréquemment retenue pour signifier graphiquement le sens de la journée. L'affiche mobilise ce code convenu. La foule est soudée, dense et presque infinie mais, nonobstant, constituée d'individualités clairement identifiables : ouvriers (ceinture de terrassier), mais aussi bien, à leur côté, phénomène plus rare, des femmes qui ne sont ni des allégories ni des mères souffrantes et, exceptionnel, des cadres et/ou des employés (chapeau, cravate). Cette foule qui doit aux codes en usage d'être souvent dépeinte en marche vers un horizon figuré par le soleil ou repoussé hors cadre se dirige ici vers le drapeau rouge, devenu signifiant de la confédération. Il est brandi par des mains et avant-bras où l'on repère, à nouveau, la montre fine d'une femme et des manches (costume et chemise blanche) appartenant à d'autres qu'à des ouvriers. Deux mains serrées rappellent sans le reproduire le label syndical (visible dans le cadre de l'affiche). L'unité, fêtée, fait la force.

Une image du Front populaire ?

La CGT n'envisageait la réunification que sous l'espèce d'un retour pur et simple de la CGTU au sein de la « vieille CGT ». Cette conception prévaut dans l'affiche, qui évite toute allusion aux organisations préexistant à la réunification et choisit d'exprimer l'alliance de classe réalisée, non l'unité organique. Achevée avant les résultats du premier tour (et, a fortiori, du second), elle doit à sa force dynamique et à la fête invoquée de s'être pourtant imposée comme l’une des images fréquemment retenues pour illustrer le Front populaire. Elle énonce certains points forts de son programme et signifie l'alliance de classe dont il se réclame. Mais l'adéquation n'est pas totale. Le drapeau rouge cristallise ici, seul, les attentes quand le front populaire s'est affirmé et construit dans la rue en l'associant indissolublement au drapeau tricolore pour exprimer sous ce mode inédit la culture politique républicaine et de classe dont il était porteur. Le syndicat est érigé par là même en acteur exclusif d'une victoire d'une autre sorte.

Danielle TARTAKOWSKY, Le Front populaire, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 1996.

Michel DREYFUS, Histoire de la CGT, Complexe, 1995.

Affiches et luttes syndicales de la CGT, Chêne, 1985.

Danielle TARTAKOWSKY, « Le 1er mai 1936 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/02/2023. URL : histoire-image.org/etudes/1er-mai-1936

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Grève à Saint-Ouen

Ville située dans la banlieue industrielle du nord de Paris, Saint-Ouen compte au début du XXe siècle de nombreux ateliers métallurgiques et des…

L'Hôtel de ville de Paris : du lieu des révolutions à celui des célébrations

Au XIXe siècle : un lieu politique majeur

De 1789 à 1794, l’Hôtel de Ville a abrité le Comité de salut public. En juillet 1830, la…

L'Hôtel de ville de Paris : du lieu des révolutions à celui des célébrations
L'Hôtel de ville de Paris : du lieu des révolutions à celui des célébrations
L'Hôtel de ville de Paris : du lieu des révolutions à celui des célébrations
Les ateliers nationaux au Champ de Mars

Les Ateliers nationaux

Les ateliers nationaux, « moment » de l’année 1848

À l’issue de la révolution de février 1848, la IIe République est établie, mettant…

Les syndicats de cheminots : la grève de 1910

Un syndicalisme révolutionnaire

Depuis la création de la Confédération générale du travail en 1895, le syndicalisme révolutionnaire se renforce en…

Les syndicats de cheminots : la grève de 1910
Les syndicats de cheminots : la grève de 1910
Les syndicats de cheminots : la grève de 1910
On pacifie quelquefois... Kupka Frantisek (1871-1957) ,  peintre Composition définitive destinée à la photogravure (rouge et noir) pour une illustration du numéro de l'Assiette au Beurre : La Paix (n° 177, 20 août 1904)

Kupka et L’Assiette au beurre : La Paix

Guerre et Paix… sociale

Peintre et illustrateur tchèque émigré à Paris en 1896, Frantisek Kupka (1871-1957) collabore avec L’Assiette au beurre…

Kupka et L’Assiette au beurre : La Paix
Kupka et L’Assiette au beurre : La Paix

Le féminisme réformiste en France

Le combat des femmes françaises pour l’égalité

Depuis le dernier tiers du XIXe siècle, les féministes françaises revendiquent l’égalité…

Le féminisme réformiste en France
Le féminisme réformiste en France
Le féminisme réformiste en France
Manifestation pacifiste au Pré-Saint-Gervais en 1913.

Jaurès et le pacifisme

Le 20 mai 1913, craignant des débordements antimilitaristes, le gouvernement interdit la manifestation annuelle à la mémoire des communards qui…

Février et juin 1848

Le 24 février 1848, Louis-Philippe, qui régnait depuis la révolution de juillet 1830, abdique. Sur la place de la Bastille, Charles Lagrange,…

Février et juin 1848
Février et juin 1848
Février et juin 1848
Février et juin 1848

La révolte des canuts

Le 20 novembre 1831 l’association mutuelle des chefs d’atelier de soierie décide la grève générale pour obliger les fabricants à respecter le…

La révolte des canuts
La révolte des canuts
Lettre de Robert Livingston à Joseph Bonaparte

L'Acquisition de la Louisiane par les Etats-Unis

La Louisiane entre France et Espagne

Les deux événements documentés ici sont la cession de La Nouvelle-Orléans le 20 décembre 1803 et la…

L'Acquisition de la Louisiane par les Etats-Unis
L'Acquisition de la Louisiane par les Etats-Unis