Ali Ben Ahmed, [...], suivi de son escorte en vue de la ville de Constantine.

Ali Ben Ahmed, [...], suivi de son escorte en vue de la ville de Constantine.

Date de création : 1845

Date représentée :

H. : 325

L. : 260

Huile sur toile.Titre complet : Ali Ben Ahmed, dernier Khalifa de Constantine, chef de la Tribu des Harakta, suivi de son escorte en vue de la ville de Constantine- représenté lors de sa visite à Paris en 1845.

© Photo RMN - Grand Palais - G. Blot

http://www.photo.rmn.fr

01-003989 / MV5407

Ali Ben Ahmed, calife de Constantine, lors de la conquête française de l'Algérie

Date de publication : Juin 2008

Auteur : Vincent DOUMERC

Les yeux tournés vers l’Orient.

Depuis 1830, le pays s’est lancé dans la conquête de l’Algérie. Inaugurée par Charles X, poursuivie par Louis-Philippe Ier, cette aventure coloniale se déroule dans un contexte militaire difficile. Malgré leur supériorité technique, les troupes françaises se heurtent à des résistances locales farouches dont l’émir Abd El-Kader est la figure de proue. Malgré le Traité de Tafna en 1837 qui instaurait un état de paix et un partage de souveraineté entre les Français et Abd El-Kader, les hostilités reprennent après la violation de cet accord par Louis-Philippe qui ordonne la prise de Constantine. Originaire de Constantine, le calife Ali Ben Ahmed joua dans ces circonstances un rôle clé. Son ralliement à la France fut un appui précieux pour assurer le contrôle de la région. Théodore Chassériau réalisa ce tableau à l’occasion de la venue à Paris de ce personnage. Le calife, conquis par la qualité de l’œuvre invita le peintre en Algérie où il séjourna durant l’année 1846. Originaire de Saint-Domingue, Théodore Chassériau fut marqué très jeune par les paysages exotiques. Dans la flambée orientaliste qui touche la peinture française de la Restauration et de la Monarchie de Juillet, il occupe une place prépondérante.

La noblesse d’une population bientôt conquise.

La richesse du pays est révélée par les vêtements des personnages : les broderies d’or sur une tunique bleue nuit de velours ou de soie, une cape elle aussi brodée avec des motifs complexes. L’harnachement de la monture du calife renforce cette impression par la décoration luxueuse de la selle et des œillères.
Visuellement ce tableau se divise en deux parties : la partie basse évoque le mouvement et la partie haute le calme. En effet, sur la moitié basse les chevaux sont des purs-sangs aux réactions brusques. Ils sont par contre parfaitement dressés comme le montre la posture au pas de celui du calife. La synchronisation des mouvements des pattes antérieures des deux chevaux de droite renforce cette impression de vigueur mais aussi de maîtrise. Par opposition, la partie haute de l’œuvre met en évidence le calme des personnages. Face à la furia de leurs destriers, le calife et sa suite gardent une allure princière. Les regards tournés vers le peintre et le spectateur traduisent cette sérénité.
Fidèle aux valeurs du romantisme auquel il est très lié, l’orientalisme met en jeu les divers sens. La vue bien sûr, mais également l’ouïe avec le hennissement du cheval à l’arrière-plan ainsi que le bruit des sabots martelant le sol. L’odorat n’est pas en reste en raison de la poussière se dégageant des pas des purs-sangs. Le toucher est rendu grâce à la variété des tissus, au pelage des chevaux et au vent emportant la crinière de la monture du calife.
Alors que l’Algérie n’est pas encore pacifiée, ce tableau, loin de représenter l’ennemi comme un barbare, insiste sur la grandeur d’âme des chefs « indigènes ».

La fascination pour un Orient en cours de conquête.

Dans toute la peinture orientaliste, la représentation de l’Algérie et de ses habitants est toujours empreinte de respect et de fascination. Loin des arguments justifiant dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le rôle civilisateur de la colonisation française, les années 1830 insistent au contraire sur la noblesse des peuples nord-africains.
Certes, Ali Ben Ahmed a choisi de soutenir la France mais les mêmes représentations existent sur « l’ennemi » Abd El-Kader. Outre une fascination des artistes pour les couleurs et les motifs orientaux, ce choix artistique peut également s’expliquer par la volonté de magnifier l’adversaire ou tout du moins le peuple conquis. Riches étoffes, fières montures, dignité des attitudes, diversité ethnique des peuples conquis grâce à la présence d’un cavalier noir à l’arrière-plan contribuent à une accumulation d’éléments valorisants. De plus, une vision négative du vaincu ne met pas en valeur le conquérant en suggérant que la victoire s’est révélée aisée..
Cette soumission de l’Algérie, personnifiée par le calife de Constantine, est symbolisée par la présence à son cou d’une croix de la Légion d’Honneur et dont ce personnage a été gratifié pendant le règne de Louis-Philippe. Cette distinction fait par conséquent entrer Ali Ben Ahmed parmi les serviteurs de la France mais également parmi ceux étant dignes d’être honorés. Une fois pris en compte ces éléments, il est évident que le tableau met en jeu un décorum orientalisant, insistant sur la grandeur des peuples et des territoires nouvellement conquis mais également sur leur soumission à la France.

Vincent DOUMERC, « Ali Ben Ahmed, calife de Constantine, lors de la conquête française de l'Algérie », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 09/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/ali-ben-ahmed-calife-constantine-lors-conquete-francaise-algerie

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La conquête de Constantine (1836/1837)

Les difficultés de la France pour conquérir le Constantinois

Si la conquête de l’Algérie décidée par Charles X en 1830 et poursuivie par son…

La conquête de Constantine (1836/1837)
La conquête de Constantine (1836/1837)
La conquête de Constantine (1836/1837)

Ali Ben Ahmed, calife de Constantine, lors de la conquête française de l'Algérie

Les yeux tournés vers l’Orient.

Depuis 1830, le pays s’est lancé dans la conquête de l’Algérie. Inaugurée par Charles X, poursuivie par Louis-…

Prise de la smalah d'Abd-el-Kader

L’émir Abd el-Kader avait été l’âme de la résistance à la colonisation française de l’Algérie, dont la conquête avait été entreprise en 1830. D’…

"Le tour du monde en un jour", une exposition coloniale

La constitution de l’empire colonial français

Depuis les années 1890, la constitution de l’empire colonial français ne rencontre plus de…

Juive d’Alger

Après la campagne d’Égypte de Bonaparte (1798-1801) et le début de la conquête de l’Algérie (1830), la France et la Grande-Bretagne étendent…
Prise-smalah-Abd-El-Kader-VERNET

La conquête de l’Algérie

La conquête de l'Algérie

En juin 1830, la prise d'Alger décidée par Charles X est une opération de prestige conduite à des fins de politique…

La conquête de l’Algérie
La conquête de l’Algérie
La conquête de l’Algérie
La conquête de l’Algérie

L'orientalisme

Objet de curiosités et de fantasmes au XVIIe siècle et surtout au XVIIIe siècle, l’Orient devient « une préoccupation générale »(Victor Hugo dans…

L'orientalisme
L'orientalisme
L'orientalisme
L'orientalisme

École de jeunes filles en Algérie

Un intérêt croissant pour l'Algérie

Après la prise d’Alger par les Français le 5 juillet 1830, la monarchie de Juillet, un temps hésitante,…

Vision d'un orientaliste

Dans son livre Une année dans le Sahel, publié en 1858, Eugène Fromentin, écrivain tout autant que peintre, relate l'épisode qu'il reproduit dans ce…

L'achèvement de la conquête d'Algérie

La reddition d’Abd el-Kader en décembre 1847 ne marqua pas la fin de la résistance à l’occupation française en Algérie. Pour achever la conquête,…