Cardinal Charles Lavigerie Cardinal-Primat-d'Afrique.

Cardinal Charles Lavigerie Cardinal-Primat-d'Afrique.

Date de création : 1888

Date représentée :

H. : 239

L. : 164

Huile sur toile

© RMN-GP (Château de Versailles) / Daniel Arnaudet / Gérard Blot

http://www.photo.rmn.fr

81-000493 / MV6020

Le cardinal Lavigerie

Date de publication : Mars 2012

Auteur : Jérémie BENOÎT

Évêque de Nancy, Charles Martial Allemand Lavigerie fut nommé archevêque d’Alger en 1867. Il créa alors les Pères blancs (1868) et les Sœurs missionnaires d’Afrique (1869), qu’il envoya en Afrique noire en vue de son évangélisation après le concile d’Alger en 1873. Cette seule action lui vaudrait déjà une grande renommée, mais il la doit plus encore au fameux « toast d’Alger » qu’il prononça en 1890 sur le conseil du pape Léon XIII en vue du ralliement de l’Église à la République. La stratégie de Léon XIII, au lendemain de l’échec du boulangisme auquel avaient adhéré les monarchistes, et en dépit de l’hostilité d’une grande partie du clergé, était d’endiguer la politique anticléricale des opportunistes par une attitude de conciliation pour défendre la liberté des catholiques français au sein même de la République, et non contre elle. Cette ouverture se solda par l’encyclique Inter sollicitudines du 16 février 1892, dont l’accueil fut mitigé parmi les catholiques français. Présentée comme le « besoin suprême de la France », la république, définitivement triomphante autour de 1890, ne tint cependant pas ses promesses puisqu’en 1905 sera proclamée la séparation des Églises et de l’État. Ce toast, qui fit l’effet d’un coup de tonnerre, valut au cardinal Lavigerie les foudres des droites, lui-même ayant longtemps été proche des milieux légitimistes.

Bonnat a représenté le cardinal Lavigerie deux années avant le « toast d’Alger », à l’époque où le prélat se battait pour l’abolition définitive de l’esclavage et où il apparaissait encore comme l’un des pivots du courant légitimiste. Saisi la plume à la main, le personnage pose avec naturel près de sa table de travail. Revêtu de son habit de cardinal, il fixe sur le spectateur un regard presque amusé. Mais sous son air débonnaire perce l’assurance du grand commis de l’Église autant que de l’État, conscient de son importance. Dans l’ombre se dresse une haute croix. Le cadrage choisi par le peintre contribue à traduire la grande considération dont jouit alors le prélat.

L’évolution politique du cardinal Lavigerie se mesure au fait que ce portrait fut exposé au Salon de 1888 en même temps celui de Jules Ferry, dont on sait qu’il fut l’un des artisans de l’ancrage républicain de la France. Peindre ces deux portraits révélait les opinions politiques et religieuses de Bonnat, et l’association de ces deux tableaux évoquait certains rapprochements en cours entre les hommes d’Église et les politiciens de gauche. Ce portrait, très simple dans sa conception, montre plus l’homme que le prélat. Le peintre est en ce sens l’héritier d’Ingres qui, avec son Portrait de M. Bertin (Louvre), ouvrit la voie à ce genre de représentations où le personnage en impose au spectateur par sa forte présence comme par son regard directement posé sur lui. De ce fait, ce portrait n’a rien d’officiel et n’est que l’image d’un homme très populaire et animé de profondes convictions.

Jérémie BENOÎT, « Le cardinal Lavigerie », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/cardinal-lavigerie

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L'achèvement de la conquête d'Algérie

La reddition d’Abd el-Kader en décembre 1847 ne marqua pas la fin de la résistance à l’occupation française en Algérie. Pour achever la conquête,…

La prise d'Alger

Les débuts de la conquête de l’Algérie

Depuis longtemps la France, comme les autres puissances européennes, avait eu à souffrir du gouvernement…

Juive d’Alger

Après la campagne d’Égypte de Bonaparte (1798-1801) et le début de la conquête de l’Algérie (1830), la France et la Grande-Bretagne étendent…

Le cardinal Lavigerie

Évêque de Nancy, Charles Martial Allemand Lavigerie fut nommé archevêque d’Alger en 1867. Il créa alors les Pères blancs (1868) et les Sœurs…

Ali Ben Ahmed, calife de Constantine, lors de la conquête française de l'Algérie

Les yeux tournés vers l’Orient.

Depuis 1830, le pays s’est lancé dans la conquête de l’Algérie. Inaugurée par Charles X, poursuivie par Louis-…

École de jeunes filles en Algérie

Un intérêt croissant pour l'Algérie

Après la prise d’Alger par les Français le 5 juillet 1830, la monarchie de Juillet, un temps hésitante,…

L'armée française au cœur de la conquête de l'Algérie

La conquête de l’Algérie.

La conquête de l’Algérie débute en juin 1830 : les troupes françaises, dirigées par le Comte de Bourmont, débarquent à…

Une armée en mal d’idéaux

Le Second Empire a toujours entretenu, en métropole et dans ses colonies, une armée importante afin de soutenir, avec des fortunes diverses, tant la…
La Rue Bab-el-Gharbi à Laghouat - Eugène Fromentin

Une représentation orientaliste d'un village algérien

A la découverte de nouveaux espaces

L’intérêt de Napoléon III pour l’Algérie est tardif mais en 1859 la conquête du territoire est très avancée.…

Principales productions d'origine végétale -détail

Le Vin et les colonies

La viticulture dans les colonies d’Afrique du Nord de la fin du XIXe siècle aux années 1930

Les exploitations agricoles du Maghreb…