Aller au contenu principal
Armes du peuple, armes du juste milieu.

Armes du peuple, armes du juste milieu.

Date de création : 1831

Date représentée : 1831

H. : 22,8 cm

L. : 30 cm

Lithographie en couleur.Parue dans La Caricature, n° 30, le 17 mai 1831, pl.59. A droite : "On s'abonne chez Aubert, galerie Véro Dodat".

Domaine : Estampes-Gravures

© Centre historique des Archives nationales - Atelier de photographie

http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr

AE/II/3780

Armes du peuple, armes du juste milieu

Date de publication : Novembre 2004

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS

Armes du peuple, armes du juste milieu

Armes du peuple, armes du juste milieu

« La Caricature » contre la monarchie de Juillet

« Nous cherchons à nous tenir dans le juste milieu, également éloigné des excès du pouvoir populaire et des abus du pouvoir royal », déclare Louis-Philippe en janvier 1831 ; cette formule excite la dérision de la presse d’opposition.

En accédant au trône, lors de la révolution de 1830, le roi a dû appeler au pouvoir de francs libéraux comme La Fayette, Laffitte, qui l’y ont porté. Ils veulent une politique hardie de réformes démocratiques à l’intérieur et d’interventions au-dehors en faveur des populations opprimées ; ils forment ce que l’on appelle le « parti du mouvement ». Louis-Philippe rompt avec eux dès qu’il le peut, en mars 1831, et ne gouverne plus qu’avec les conservateurs, le parti de la résistance.

Les contemporains ressentent le style du nouveau pouvoir comme « une sorte de rapetissement universel » (Tocqueville). Sensible aux frustrations que ce contexte suscite dans l’opinion, Charles Philipon invente un type de journal satirique inconnu en France, que permet la liberté d’expression. Il prend le contrôle de La Caricature, revue à la mode ornée de lithographies, et la transforme en machine de guerre contre le régime. Il organise une véritable affaire commerciale pour publier plusieurs journaux satiriques et diffuse aussi des estampes et caricatures par l’imprimerie Aubert, la plus grosse imprimerie de lithographie à Paris, que tient son beau-frère. Chaque numéro de La Caricature s’accompagne de lithographies non reliées pour pouvoir être exposées ou encadrées séparément. Le lecteur du journal peut même recevoir les estampes avec ou sans le texte tendancieux, au choix.

Caricaturiste lui-même, Charles Philipon s’est fait une spécialité de l’héraldique satirique. Toujours porté aux confrontations, il symbolise, le 17 mai 1831, l’opposition entre le pouvoir populaire et le nouveau pouvoir royal, lequel se proclame au « juste milieu » et que La Fayette a salué comme la « meilleure des républiques ». Imprimée en couleur sur un papier de qualité, cette lithographie était destinée à être encadrée.

Armes du peuple

Les rayons de soleil radieux rendent plus sommaires encore les armes du peuple. Sous le bonnet rouge à cocarde soutenu par des faisceaux, symbole de l’héritage révolutionnaire, figure un blason orné de trois pavés bruts. Derrière se croisent la pique qui sert à les desceller du sol pour construire les barricades, et le balai destiné au nettoyage lors de la remise en ordre qui suit inévitablement. La lanterne si fameuse sous la Révolution, mais passablement cabossée quarante ans plus tard, fait pendant au shako de garde national orné d’un plumet rouge. Car la milice bourgeoise, reconstituée en juillet 1830, bénéficie d’une légitimité populaire. La croix de Juillet à trois branches, créée pour récompenser les héros des Trois Glorieuses, pend devant une banderole « Misère toujours misère », qui résume l’univers du peuple.

À cette date où les revendications populaires sont politiques et n’ont encore aucun caractère social, Philipon met l’accent sur ce fol espoir de transformations révolutionnaires, alors que la misère quotidienne du peuple est considérable. On estime que la pauvreté touche les trois quarts de la population parisienne à cette époque.

Armes du juste milieu

Hétéroclites et sans dignité, les armes imaginées par Philipon pour la nouvelle monarchie composent un assemblage cocasse. Entre la fleur de lys royale et l’abeille impériale, le volatile déplumé, à queue verte, occupé à picorer un vers, donne d’emblée une idée aussi saugrenue que peu reluisante du « juste milieu ». Un casque fantaisiste, flanqué de la cocarde tricolore républicaine et de la cocarde blanche de la royauté, arbore un nœud coquet mais sans gloire, bien dans le goût de la bourgeoisie en place. Derrière se croisent deux clystères ; ces objets, qui évoquent la farce depuis Rabelais et Molière, viennent d’apparaître dans les caricatures – ils sont associés au commandant de la garde nationale, Lobau, qui avait utilisé des lances à incendie plutôt que des armes pour disperser une manifestation. Symboles depuis de la milice bourgeoise, ils désignent ici le régime.

Du côté gauche s’étalent avec une ironie mordante des affaires aux conséquences parfois dramatiques, que le pouvoir n’a pas su empêcher. Le service organisé les 14 et 15 février 1831 à la mémoire du duc de Berry a ainsi suscité une violente riposte d’anticléricalisme populaire, le pillage de l’église Saint-Germain-l’Auxerrois et de l’archevêché. À droite, les coûts de la police secrète suggèrent que le pouvoir tient tous les secteurs par la corruption.

Favorable au parti du mouvement, le journal La Caricature se démarque du gouvernement et fait campagne pour la guerre en mars 1831, lorsque l’armée russe intervient pour réduire la révolution polonaise. Les deux banderoles « Mieux vaut la honte que la guerre » et « La France n’y consentira pas », qui déshonorent les couleurs nationales, reprennent le mot d’ordre de la politique du ministre des Affaires étrangères, Sebastiani, qui développe une théorie de non-intervention tout en déclarant que la France désapprouve l’attaque russe. La Caricature a déjà publié la justification qu’il a fournie à la non-intervention de la France en Pologne et l’a présentée comme une transcription exacte des débats à la Chambre[1].

Niaises et révoltantes de fadeur et de bassesse, ces armes dénoncent le caractère artificiel de la monarchie de Juillet.

Le pouvoir et le peuple

Cette caricature de Philipon multiplie et enchevêtre les allusions. Ses contemporains, qui connaissaient les circonstances et avaient à l’esprit les représentations déjà offertes par d’autres caricatures, s’amusaient à en décoder le sens.

Parfois des interprétations plus subtiles transparaissent. Ici la confrontation des aspirations du peuple et des intérêts du roi laisse entendre que, sous ses allures inoffensives et ridicules, le pouvoir ne s’intéresse guère aux affaires publiques que pour les faire tourner au profit de ses affaires privées et que, dans son petit bien-être, il oubliera aisément les gens du peuple.

Dès mai 1831, Philipon se révèle ainsi caustique et organisé en adversaire irréductible, pour miner la monarchie de Juillet.

Guy ANTONETTI, Louis-Philippe, Paris, Fayard, 1994.Louis CHEVALIER, Classes laborieuses et classes dangereuses, à Paris, pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Hachette, 1958.David S.KERR, Caricature and French Political Culture, 1830-1848 : Charles Philipon and the Illustrated Press, Oxford-New York, Clarendon Press-Oxford University Press, 2000.

Luce-Marie ALBIGÈS, « Armes du peuple, armes du juste milieu », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 25/05/2024. URL : histoire-image.org/etudes/armes-peuple-armes-juste-milieu

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L'Exécution du duc d'Enghien

L'Exécution du duc d'Enghien

La légende « noire » napoléonienne

De son vivant déjà, Napoléon Ier faisait l’objet d’un mythe que sa chute en 1814 puis sa mort sept…

L'Exécution du duc d'Enghien
L'Exécution du duc d'Enghien
L'Exécution du duc d'Enghien
L’anticléricalisme dans le premier XIX<sup>e</sup> siècle

L’anticléricalisme dans le premier XIXe siècle

Après la Révolution qui rompt brutalement avec l’Église en récusant l’association, fondatrice de l’Ancien Régime, entre ordre politique et ordre…

Les grandes figures politiques de la Ménagerie impériale

Les grandes figures politiques de la Ménagerie impériale

Avec l’aide de Victor Fialin de Persigny (1808-1872), d’Eugène Rouher (1814-1884) et de Jules Baroche (1802-1870), Napoléon III mit en place un…

Les grandes figures politiques de la Ménagerie impériale
Les grandes figures politiques de la Ménagerie impériale
Les grandes figures politiques de la Ménagerie impériale
Franz Liszt, de la gloire aux ténèbres

Franz Liszt, de la gloire aux ténèbres

Prodige et renoncement

Pianiste hors norme et compositeur novateur, Franz Liszt (1811-1886) est l’un des plus grands musiciens du XIXe…

Franz Liszt, de la gloire aux ténèbres
Franz Liszt, de la gloire aux ténèbres
Franz Liszt, de la gloire aux ténèbres
Révulsion nationale

Révulsion nationale

Dessiner pour survivre

Les thèmes de la Révolution nationale promue par le gouvernement de Vichy pour régénérer la France avaient de quoi séduire…

Caricatures de Napoléon

Caricatures de Napoléon

Si la caricature fit référence à la culture populaire, elle s’inspira aussi de la grande culture devenue elle-même proverbiale, et par là…

Caricatures de Napoléon
Caricatures de Napoléon
Un collectionneur, mécène et pédagogue : Antoine Vivenel (1799-1862)

Un collectionneur, mécène et pédagogue : Antoine Vivenel (1799-1862)

Né à Compiègne, dans l’Oise, le 27 ventôse An VII (17 mars 1799), Antoine Vivenel appartient à une longue lignée d’artisans compiégnois qui ont…

Un collectionneur, mécène et pédagogue : Antoine Vivenel (1799-1862)
Un collectionneur, mécène et pédagogue : Antoine Vivenel (1799-1862)
Un collectionneur, mécène et pédagogue : Antoine Vivenel (1799-1862)
Rimbaud, jeune à jamais

Rimbaud, jeune à jamais

Inoubliable

À 43 ans, Étienne Carjat (1828-1906) réalise l’un de ses plus célèbres clichés – le portrait d’Arthur Rimbaud (1854-1891), âgé de 17…

Rimbaud, jeune à jamais
Rimbaud, jeune à jamais
Kupka et l’Assiette au beurre : L’Argent

Kupka et l’Assiette au beurre : L’Argent

L’Assiette au beurre

Après la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881, les interdictions qui frappent les journalistes, dessinateurs…

Une caricature d'Adolphe Thiers en 1871

Une caricature d'Adolphe Thiers en 1871

Le gouvernement de la Défense nationale, mis en place après la chute du Second Empire, veut organiser au plus vite l’élection d’une Assemblée…