La tabacomanie ou le culte du cigare.

La tabacomanie ou le culte du cigare.

Date de création : 1842

Date représentée : 1842

H. : 0

L. : 0

Lithographie, papier Caricarture du jour n°44 Editeur : Bauger & Cie Imprimeur : Aubert

© Photo RMN - Grand Palais - F. Raux

http://www.photo.rmn.fr

09-569426 / 60.147.112C

Tabacomanie

Date de publication : Juillet 2012

Auteur : Didier NOURRISSON

La bourgeoisie est au pouvoir

La France de Louis-Philippe Ier s’ennuie, selon Lamartine. Est-ce pour cela qu’elle se met à fumer ? En tout cas, la consommation parisienne, en moyenne individuelle, hommes, femmes et enfants compris, atteint déjà le kilo par an, soit l’équivalent de 1 000 cigarettes. L’enrichissement voulu par le principal ministre Guizot et la révolution industrielle développée notamment dans les manufactures de tabac de l’État (le Gros Caillou à Paris) permettent l’accès à un produit de consommation qui se banalise. Au point que l’on peut parler pour la première fois de « tabacomanie » : ce mot, venu de la langue médicale comme exemple de folie, entre alors au dictionnaire pour désigner le comportement des grands amateurs de tabac.

La classe bourgeoise au pouvoir (Louis-Philippe est qualifié de « roi-bourgeois ») a fait du cigare l’emblème de sa domination. Elle forme à la fume les autres catégories sociales selon le principe de l’imitation du modèle dominant, mais selon une hiérarchisation des pratiques. L’usage du tabac chaud se répand ainsi dans les nouvelles couches sociales : en pipe, en cigare (tabac haché « enrobé » dans une feuille), et bientôt en cigarette (tabac haché enveloppé dans du papier). La reine Marie-Amélie et ses suivantes vendent – et vantent par la même occasion – les premières cigarettes industrielles lors d’un gala de charité en 1843.

La période compte des caricaturistes particulièrement talentueux (Daumier, Gavarni, Bertall, Cham, Grandville…) qui s’expriment dans les nombreux journaux illustrés (La Caricature, Le Charivari, Le Journal amusant…). Après 1835, ils passent de la satire politique à la comédie de mœurs, afin de contourner la censure tout en dénonçant les « tares » du régime. La critique du mode de vie et des attitudes bourgeoises s’apparente alors à un processus de moralisation des comportements en même temps qu’à un essai de critique politique. La pratique de la fume est au cœur de la dénonciation.

Une éducation à la fume


Le dessin représente une famille de la petite bourgeoisie – un couple et ses huit enfants. Référence à la famille royale peut-être, puisque Marie-Amélie a donné huit enfants à son royal époux.

En vrai pater familias, l’homme est assis un peu en dehors du cercle de famille et tire sur sa belle pipe à long tuyau, très éloignée des bouffardes et autres « brûle-gueule » du peuple. Il rêve d’être officier de la garde nationale et de fumer le cigare. C’est en tout cas l’image qui apparaît dans le nuage de fumée qui s’échappe de sa bouche. La garde nationale (loi du 22 mars 1831) a pour buts le maintien de l’ordre et la défense du territoire. Elle constitue une véritable force de police, en même temps qu’un moyen de promotion sociale. Debout au milieu de sa nombreuse famille, la mère tient le dernier-né emmailloté dans les bras. Les huit enfants du couple, c’est bien évident, fument. La distinction des âges, en attendant celle des classes, s’impose. Une note en annexe du dessin remarque justement que « les enfans au dessus de sept ans fument pipe entière ! ». De fait, les garçons ont des pipes à tuyau évolutif selon leur âge. Les filles aînées ainsi que les plus jeunes enfants, jusqu’au nourrisson, tirent sur des « cigarettes ». Le mot désigne alors un petit cigare. Qualifié de « cigaret » à l’origine, destiné à des jeunes ou au sexe « faible », il a été rebaptisé « cigarette » par les « lionnes » comme George Sand, afin d’égaler les hommes. Comme la cigarette industrielle n’existe pas encore en 1842, il s’agit de « cousues main », faites de tabac roulé directement dans du papier par l’utilisateur.

Même si c’est de manière outrancière, les caricaturistes disent la société. Sous la monarchie de Juillet, ils ont commencé par des charges politiques féroces (la poire de Charles Philipon). La machine infernale de Fieschi ayant mis un terme à la liberté de la presse, ils se sont reconvertis dans le social. On ne peut plus exciter l’opinion politique par une ironie mordante, la caricature s’est faite bourgeoise et… fumeuse. Les portraits-charges se parent d’une inoffensive pipe ou d’un cigare à mettre dans toutes les bouches. Écrivains, artistes, gens de la rue et de la boutique sont saisis dans un instantané de fume. La critique sociale se cache sous un voile plutôt opaque. Les différences de classe sont certes durablement signifiées dans les actes et les attitudes même les plus banales, comme la fume, mais le révolutionnaire n’est plus le sans-culotte au brûle-gueule. La critique fait long feu, et le tabac passe pour l’instrument de la concorde sociale.

ALLARD, Paul, « Satire des mœurs et critique sociale dans la caricature française de 1835 à 1848 », in P.Régnier (dir.), La caricature entre République et Censure, Lyon, Presses universitaires (PUL), 1996, p.171-181.CACERES, Bénigno, Si le tabac m’était conté…, Paris, La Découverte, 1988.NOURRISSON, Didier, Histoire sociale du tabac, Paris, Éditions Christian, 2000.NOURRISSON, Didier, Cigarette.Histoire d’une allumeuse, Paris, Payot, 2010.

Didier NOURRISSON, « Tabacomanie », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 07/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/tabacomanie

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Albums liés

Découvrez nos études

Les brasseries au cœur de Paris

La bière pétille au XIXe siècle

La consommation de bière se développe sensiblement en France au XIXe siècle, débordant ses…

Tabacomanie

La bourgeoisie est au pouvoir

La France de Louis-Philippe Ier s’ennuie, selon Lamartine. Est-ce pour cela qu’elle se met à fumer ? En…

Femme en prise

Une société enfumée

Une peinture transformée en photographie répond peut-être à une opération de vulgarisation de l’œuvre d’art : la toile sort…

Îles Chausey

Femmes à la cigarette à la Belle Époque

Les années 1900

La période d’avant la Grande Guerre passe pour un âge d’or. Bien sûr, c’est le cas uniquement pour l’élite sociale du pays. Par…

Femmes à la cigarette à la Belle Époque
Femmes à la cigarette à la Belle Époque

Femmes à la cigarette dans les années 1920

Les années 1920

L’image d’une femme coiffée à la garçonne faisant tressauter son long collier de perles sur une piste de danse et une musique de…

Femmes à la cigarette dans les années 1920
Femmes à la cigarette dans les années 1920
Monsieur et Madame Toujours-Soif

Les Stéréotypes du buveur

Montbéliard fut, entre 1800 et 1850, l’une des capitales de l’imagerie populaire, au même titre qu’Épinal ou Wissembourg. Les frères de Deckherr,…

Petites dentellières

Le travail en atelier et en manufacture

En France, jusqu’aux années 1820, le travail des enfants, qui aident les adultes dans leurs tâches agricoles ou artisanales, ne fait pas débat.…

Le travail en atelier et en manufacture
Le travail en atelier et en manufacture
Pot à tabac - Creil

Objet de fume

Au temps des manufactures

Selon une idée répandue, la révolution industrielle, commencée en Angleterre, gagne la France dans le premier tiers du…

Le nu enfumé

Le nouveau Nu

Avec la IIIe République, les mœurs se libéralisent et la censure se relâche. Sans doute, le grand dessin du nu…

Le nu enfumé
Le nu enfumé
Le nu enfumé
Le nu enfumé

Papier à cigarettes JOB

La fume est à la mode

Depuis 1843, date de la mise sur le marché français des premiers modules industriels, la cigarette investit l’espace social.…