Aller au contenu principal
Charles Baudelaire

Charles Baudelaire

Date de création : 1855-1857

Date représentée :

H. : 24 cm

L. : 18 cm

Épreuve sur papier salé d'après un négatif sur verre au collodion

Domaine : Photographies

© GrandPalaisRmn (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Lien vers l'image

PHO 1988-30 - 91-001041-02

Baudelaire photographié par Nadar

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Nadine FATTOUH-MALVAUD

Nadar, dessinateur, caricaturiste, journaliste et romancier devient un des photographes les plus courus de la capitale en ouvrant un atelier rue Saint-Lazare, en 1854. Les œuvres sorties de cet atelier correspondent à une première période de la carrière du photographe (jusqu'en 1861, date à laquelle il emménage dans de luxueux salons au 35 boulevard des Capucines), celle pendant laquelle il se consacre au thème du « panthéon des artistes et des écrivains contemporains ». Parmi ceux-ci plusieurs étaient des amis proches : Balzac, Daumier, Gautier, Nerval, Baudelaire (1)…

Nadar utilise ici un procédé qu'il affectionne particulièrement pour photographier Baudelaire, auquel il vouait la plus grande admiration. Le plan est, en effet, relativement rapproché, la mise en page simple et la pose naturelle contrairement aux pratiques courantes des autres ateliers de l'époque, où l'artifice et les accessoires étaient de mise.

Nadar a uniquement recours à la lumière pour mettre en valeur le caractère de son ami. Une lumière qui lui confère une présence surprenante, une grande expressivité, et qui permet d'insister sur l'élégance de ce dandy invétéré qu'était Baudelaire (élégance que Nadar a également soulignée dans son livre Baudelaire intime.

Quant à l'aspect flou du contour, il se retrouve dans un autre portrait de Baudelaire par Nadar, Baudelaire au fauteuil. Il exprime probablement les rêveries dans lesquelles le poète semble s'être enfermé, mais il correspond aussi à la conception baudelairienne du portrait photographique : « Un portrait exact mais ayant le flou d'un dessin. »

Enfin, les dimensions relativement importantes de cette épreuve (24x17,5 cm) contrastent avec la mode de la photographie au format carte de visite qui se développe alors et dont le succès (dû à son faible coût) assure d'importants revenus à plusieurs ateliers de la capitale (Disdéri, Mayer...). Nadar se refuse à cette pratique jusqu'en 1861, quand, pour répondre à une stratégie commerciale plus efficace, il déménage boulevard des Capucines

Sous le Second Empire, les ateliers de photographie sont un lieu mondain très prisé. Le plus souvent, on vient s'y faire portraiturer au milieu d'objets exotiques et dans un décor de convention, la photographie prenant ainsi le relais de la gravure, de l'estampe ou de la toile pour fixer les traits d'un visage. La multiplication phénoménale des ateliers entre 1850 et 1860 témoigne du succès de la nouvelle technique. Succès accru par l'invention de la photo-carte, peu onéreuse, mais dont le défaut était de gommer les spécificités de chacun sous une image fortement codifiée. Ennuyé par cette photographie commerciale, Nadar délègue de plus en plus à ses assistants et se laisse gagner par une nouvelle passion, l'aéronautique. En 1870, il permet à Gambetta de quitter Paris en ballon.

M.Frizot (dir.) Nouvelle Histoire de la Photographie Paris, Bordas, 1994.Collectif, Nadar, Catalogue de l'exposition du musée d'OrsayParis, RMN, 1994.

1. Baudelaire n'a pas encore fait scandale avec Les Fleurs du mal (1857).

Nadine FATTOUH-MALVAUD, « Baudelaire photographié par Nadar », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 21/06/2024. URL : https://histoire-image.org/etudes/baudelaire-photographie-nadar

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Nadar, l’art et la photographie

Nadar, l’art et la photographie

La photographie prend son envol

Le tournant des années 1850-1860 marque une étape cruciale quoiqu’en partie méconnue dans l’histoire de la…

Courbet, peintre réaliste de la société

Courbet, peintre réaliste de la société

« C’est le monde qui vient se faire peindre chez moi »

En 1854 ou 1855, Gustave Courbet peignit un grand tableau de 6 mètres sur 3 mètres, L’…

L’Hommage à Delacroix, manifeste de Fantin-Latour

L’Hommage à Delacroix, manifeste de Fantin-Latour

Cette toile est composée peu de temps après la mort de Delacroix, en hommage au peintre disparu en 1863. Érigé en chantre de la modernité dès les…

Baudelaire, un artiste au XIX<sup>e</sup> siècle

Baudelaire, un artiste au XIXe siècle

En 1844, Baudelaire est encore inconnu. Il vit à Paris avec sa maîtresse noire, Jeanne Duval, à qui il offrira ce portrait peint à l’hôtel Pimodan…

Baudelaire, un artiste au XIX<sup>e</sup> siècle
Baudelaire, un artiste au XIX<sup>e</sup> siècle
Baudelaire photographié par Nadar

Baudelaire photographié par Nadar

Nadar, dessinateur, caricaturiste, journaliste et romancier devient un des photographes les plus courus de la capitale en ouvrant un atelier rue…

Coin de table

Coin de table

Cette toile appartient à une série de portraits de groupe peints par Fantin-Latour. Elle représente des hommes de lettres appartenant à la…

Rue transnonain, le 15 avril 1834

Rue transnonain, le 15 avril 1834

Les premières années du règne de Louis-Philippe (1830-1848) sont marquées par divers mouvements populaires dont la répression fait rapidement…

Rue transnonain, le 15 avril 1834
Rue transnonain, le 15 avril 1834
Rue transnonain, le 15 avril 1834
Édouard Drumont, le chantre de l’antisémitisme dans la France de la fin du XIX<sup>e</sup> siècle

Édouard Drumont, le chantre de l’antisémitisme dans la France de la fin du XIXe siècle

Édouard Drumont, un homme de son temps ?

La photographie de Pierre Petit appartient à la célèbre collection Félix Potin. Ce précurseur dans le…

Archéologie et imaginaire néogrec au milieu du XIX<sup>e</sup> siècle : Ingres, Papéty et Gérôme

Archéologie et imaginaire néogrec au milieu du XIXe siècle : Ingres, Papéty et Gérôme

Tradition néoclassique et mouvement néogrec

Si elle continue de nourrir la peinture d’histoire comme la peinture de genre, la référence à l’…

Archéologie et imaginaire néogrec au milieu du XIX<sup>e</sup> siècle : Ingres, Papéty et Gérôme
Archéologie et imaginaire néogrec au milieu du XIX<sup>e</sup> siècle : Ingres, Papéty et Gérôme
Archéologie et imaginaire néogrec au milieu du XIX<sup>e</sup> siècle : Ingres, Papéty et Gérôme