Aller au contenu principal
Nadar élevant la photographie à la hauteur de l'Art

Nadar élevant la photographie à la hauteur de l'Art

Date de création : 1862

H. : 26,8 cm

L. : 22 cm

Défet de presse.

Lithographie

Domaine : Estampes-Gravures

Bibliothèque Nationale de France - Domaine public © Gallica

Lien vers l'image

FOL-EO-15 (3)

  • Nadar élevant la photographie à la hauteur de l'Art

Nadar, l’art et la photographie

Date de publication : Mars 2024

Auteur : Paul BERNARD-NOURAUD

La photographie prend son envol

Le tournant des années 1850-1860 marque une étape cruciale quoiqu’en partie méconnue dans l’histoire de la photographie, qui commence en France avec l’officialisation de sa découverte par Louis Daguerre  en 1839. Il est vrai que l’accélération que lui impulse alors Félix Tournachon, dit Nadar, tient moins à un perfectionnement technique qu’aux modifications des conditions de la prise de vue. Connu pour ses caricatures puis pour ses portraits photographiques, Nadar dépose en 1861 un brevet d’éclairage au magnésium qui lui permet pour la première fois de photographier les catacombes de Paris. Trois ans auparavant, il avait breveté – là aussi pour la première fois – la photographie aérienne, à laquelle il s’adonne à partir de 1862, allant jusqu’à rassembler l’année suivant sur le Champ de Mars une foule gigantesque venue admirer l’envol du Géant, la montgolfière de Nadar.

Sous terre ou dans le ciel, ce dernier apparaît alors comme le grand aventurier de cet « âge héroïque de la photographie », comme l’a qualifié Roland Barthes. Son confrère et concurrent Étienne Carjat, lui aussi caricaturiste et photographe, acte en quelque sorte cette consécration lorsqu’il fait paraître le 25 mai 1862 dans les pages du Boulevard, le journal culturel qu’il vient de fonder, un dessin humoristique de son ami Honoré Daumier, dessin intitulé : Nadar élevant la photographie à la hauteur de l’art.

Daumier, qui vient de quitter Le Charivari (1), auquel il a contribué avec Nadar lui-même, est alors l’un des dessinateurs de presse les plus célèbres du pays, bien qu’il ait souvent été en délicatesse avec la censure impériale. Il n’en demeure pas moins l’un des chroniqueurs les plus doués et les plus sagaces de la comédie humaine de son époque : des petites mesquineries aux hautes ambitions de ses contemporains.

Portrait du photographe en aventurier

Quasiment depuis ses débuts, Daumier dessine au crayon lithographique, une technique mise au point en 1796 en Allemagne et rapidement adoptée par les dessinateurs du XIXe siècle en ce qu’elle permet de conserver l’aspect esquissé du dessin tout en étant reproductible comme l’est une gravure. Daumier use en effet de toutes les subtilités tonales que lui offre la lithographie tout en conférant à son dessin un style « enlevé » qui se prête ici particulièrement bien à son sujet.

Nadar y est en effet représenté à l’instant où une bourrasque lui fait perdre son haut de forme, et presque l’équilibre. Courbé dans sa minuscule nacelle (comme un écho ironique au nom de Géant dont il avait baptisé son aéronef), Daumier le figure les mains arrimées à sa chambre, l’œil rivé à l’objectif, comme s’il s’envolait vers ces contrées lointaines en direction desquelles son appareil est pointé.

« L’aventure » est cependant toute relative, suggère Daumier, qui a dessiné, sous le photographe, une vue de Paris telle qu’il était possible de la représenter depuis l’une de ses collines. Ainsi le dôme au loin pourrait-il être celui du Panthéon, construit au sommet de la Montagne Sainte-Geneviève. La distance qui sépare le photographe de son sujet apparaît en effet moins grande que celui-ci n’était enclin à l’affirmer en lançant son propre ballon au-dessus des autres photographes qui, sous lui, couvrent littéralement les murs de la capitale.

Un dessin en écho aux grands débats esthétiques de son époque

Le fin voile d’ironie qui couvre le dessin de Daumier ne doit pas occulter les résonances qu’entretient sa légende avec les débats esthétiques d’alors sur les rapports entre art et photographie. Une vingtaine d’années après qu’a déferlé sur la France une vague de « daguerréotypomanie », pour reprendre le titre d’une célèbre lithographie de Théodore Maurisset de 1839 dont s’est inspiré Daumier, la question de savoir si la photographie est ou non un art se pose toujours.

À cette question, Charles Baudelaire avait répondu par la négative lorsque des photographies avaient été exposées pour la première fois au Salon de 1859. Ce qui lui fait défaut, estimait alors le poète, c’est son manque d’imagination : la photographie copie la réalité, mais elle ne l’invente pas, en cela elle n’est pas « artiste », soutenait Baudelaire (qui se fit tout de même tirer le portrait par Nadar comme par Carjat).

Avec Nadar élevant la photographie à la hauteur de l’art, Daumier lui répond à son tour avec la même ironie. En inventant la photographie aérienne, Nadar élève littéralement la photographie, et puisque l’art se trouve en haut de l’échelle de valeur qui va des techniques aux beaux-arts, on peut dire qu’en s’élevant il élève du même coup la photographie vers les cieux artistiques, au-dessus de la mêlée des photographes mondains. Daumier n’imaginait peut-être pas, cependant, que lors du siège de Paris, en 1870-1871, Nadar créerait une Compagnie d’aérostiers participant à l’effort de guerre. Sa « flotte » de ballons servit alors aussi bien à surveiller les mouvements de troupes qu’à envoyer du courrier hors de la capitale encerclée. L’un d’eux permit même à Léon Gambetta de s’échapper de Paris en octobre 1870 pour gagner Tours et y réorganiser le gouvernement de Défense nationale.

Roland BARTHES, « Sur la photographie », 1980, in Le Grain de la voix. Entretiens 1962-1980, Paris, Seuil, 1999.

Charles BAUDELAIRE, « Salon de 1859 », in Écrits sur l’art, Paris, Le Livre de Poche, 2008.

Ives COLTA, Margret STUFFMANN, Martin SONNABEND (dir.), Daumier Drawings, New York, Metropolitan Museum, 1992.

Henri FOCILLON, « Honoré Daumier », in Maîtres de l’estampe, Paris, Flammarion, 1969.

Michel FRIZOT, Histoire de voir. De l’invention à l’art photographique (1839-1880), Paris, Robert Delpire, 1989.

1- Le Charivari : premier journal satirique français fondé par Charles Philippon en 1832. Il cesse de paraître en 1937.

Lithographie : Technique de gravure (ou d’estampe) qui reproduit un dessin en noir et blanc ou en couleur à l’aide d’un crayon gras ou d’une encre grasse sur une pierre calcaire. Par extension, le terme désigne une estampe imprimée par ce procédé.

Paul BERNARD-NOURAUD, « Nadar, l’art et la photographie », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 21/06/2024. URL : https://histoire-image.org/etudes/nadar-art-photographie

À découvrir :

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Eugène Atget et le pittoresque montmartrois

Eugène Atget et le pittoresque montmartrois

Une ville transformée

Avec les travaux d’urbanisme du second Empire, le visage de Paris se modifie profondément : pour construire les…

Eugène Atget et le pittoresque montmartrois
Eugène Atget et le pittoresque montmartrois
Eugène Atget et le pittoresque montmartrois
Eugène Atget et le pittoresque montmartrois
Le Festival de Cannes

Le Festival de Cannes

Cannes, ou l’anti-Mostra de Venise

Lorsque les Français, dans les années 1930, envisagent la création d’un festival de…

Le Festival de Cannes
Le Festival de Cannes
Le Festival de Cannes
Lénine, tête agissante de la révolution

Lénine, tête agissante de la révolution

Une révolution encore fragile

La photographie de Lénine en action, réalisée par un photographe anonyme le 7 novembre 1918, est l’un des plus…

La Cour Impériale à Fontainebleau, le 24 juin 1860

La Cour Impériale à Fontainebleau, le 24 juin 1860

La fête impériale

Sous le Second Empire, Napoléon III s’entoure d’une cour animée par Eugénie de Montijo, devenue son épouse en janvier 1853. Jugée…

La majorité du Prince impérial

La majorité du Prince impérial

En 1870, la défaite de la France impériale face à la Prusse avait totalement discrédité le parti bonapartiste, mais la république, proclamée le 4…
Le Monde en miniature

Le Monde en miniature

À la conquête du monde

Des Fuégiens de Patagonie en 1881 aux « mystérieux » lutteurs africains en 1910, en passant par les Indiens d’Amérique…

Le Monde en miniature
Le Monde en miniature
Le Monde en miniature
Une révolution esthétique : le <i>Balzac</i> de Rodin

Une révolution esthétique : le Balzac de Rodin

Victoire d’une révolution esthétique

“ Vos photographies feront comprendre au monde mon Balzac ! ” s’exclame Rodin en 1908 quand il découvre les…

Paris : le port de Bercy

Paris : le port de Bercy

Dans la France de l’âge industriel, démocratisation des loisirs et nouvelles classes sociales

Entre le milieu du XIXe siècle et l’aube…

Paysages ravagés de la guerre de 1914-1918

Paysages ravagés de la guerre de 1914-1918

La ruine de l’Europe en guerre

De 1914 à 1918, la Grande Guerre fait rage aux quatre coins du globe, se concentrant en France sur une bande de…

Paysages ravagés de la guerre de 1914-1918
Paysages ravagés de la guerre de 1914-1918
Paysages ravagés de la guerre de 1914-1918
Les chars Renault

Les chars Renault

Les chars Renault FT dans la Grande Guerre

Le 15 septembre 1916, les Britanniques utilisent pour la première fois des chars d’assaut dans l’…

Les chars Renault
Les chars Renault
Les chars Renault