Frontispice pour le dictionnaire de l'Académie Française

Frontispice pour le dictionnaire de l'Académie Française

Date de création : 1694

H. : 33,2 cm

L. : 21,4 cm

lavis gris, pierre noire, rehauts de blanc

© Musée du Louvre, Dist. RMN - Grand Palais / Suzanne Nagy

Lien vers la notice de l'oeuvre

INV 25282 recto

Frontispice pour le Dictionnaire de l’Académie française

Date de publication : Décembre 2017

Auteur : Jean HUBAC

Un dessin pour la langue française

Le dessin exécuté par Jean-Baptiste Corneille et représentant la gloire de Louis XIV était destiné à orner le frontispice du Dictionnaire de l’Académie française, dont la première édition paraît en 1694. Réalisé au lavis gris, à la pierre noire et avec des rehauts de blanc, il devait rendre compte de la place éminente du roi comme protecteur de l’Académie française et défenseur de la langue française, en même tant que comme contributeur à la renommée du français.

En effet, dans la préface au Dictionnaire, l’Académie française, fondée en 1635, précise l’utilité du dictionnaire, « tant à l’esgard des Estrangers qui aiment nostre Langue, qu’à l’esgard des François mesmes qui sont quelquefois en peine de la veritable signification des mots, ou qui n’en connoissent pas le bel usage, &

Le roi couronné par la Renommée

Jean-Baptiste Corneille utilise un leitmotiv de l’iconographie encomiastique. Vêtu à l’antique et perruqué, Louis XIV y apparaît en buste érigé au sommet d’une stèle qui domine la composition. Couronné de lauriers par la Renommée (à droite avec son attribut traditionnel, la trompette) et par l’Histoire (à gauche, armée et casquée), le roi est accompagné de la figure de l’Abondance et de trois putti, petits anges nus et pourvus d’ailes qui participent à l’épanouissement des fruits de la richesse et de l’opulence. L’artiste assimile le règne de Louis XIV a un âge d’or qui mérite de citer au plus haut des mémoires et des chroniques.

La présence du Dictionnaire, ouvert derrière l’Abondance, est presque secondaire au sein de la composition, comme s’il n’était qu’un élément parmi d’autres témoignant des riches heures du Grand Siècle – les pages blanches ne sont pas une négligence de l’artiste, mais témoignent simplement du caractère préparatoire de ce dessin pour la gravure. Le placement de cette gravure en ouverture du Dictionnaire de l’Académie française inscrit néanmoins implicitement l’œuvre louis-quatorzième dans une perspective panoptique : le roi exerce son influence sur tous, y compris sur la langue française, qui sert à ciseler par les mots les motifs de la gloire royale (l’histoire et la renommée…).

Louis XIV protecteur de la langue française

La parution du Dictionnaire de l’Académie française était très attendue, en raison de son importance annoncée et de la date précoce du début de son entreprise. Le dessin gravé répond dans ce contexte à un effet d’attente qui positionne Louis XIV comme un protecteur de la langue française. Conformément à leurs statuts, les académiciens se sont attelés à la tâche dès 1639, sous la direction de Vaugelas. La mort de ce dernier freine l’entreprise de rédaction du dictionnaire, qui ne reprend réellement que durant les années 1680. En dépit des rumeurs et des moqueries sur l’impasse définitive de la finalisation de l’ouvrage, le Dictionnaire paraît au mois d’août 1694, presque soixante ans après l’institutionnalisation de l’Académie française – sa réception dans le public érudit et curial est très médiocre, car on fustige l’insuffisance de certaines définitions ou certains choix éditoriaux, ainsi que le classement alphabétique par racine de mots et non par mot (principe abandonné pour la deuxième édition en 1718).

Le Dictionnaire avait pour vocation de témoigner de l’excellence de la langue française, promue nouvelle langue universelle et digne successeur du latin. C’est ainsi que l’Académie française structurée en 1634 est instituée par le cardinal de Richelieu l’année suivante. Le patronage des hommes illustres qui protègent successivement l’institution (Richelieu, le chancelier Séguier puis Louis XIV lui-même) montre l’importance que la langue occupe dans les stratégies du pouvoir. D’ailleurs jaloux des prérogatives de l’assemblée, le roi interdit toute parution d’un dictionnaire avant que l’Académie française n’ait produit le sien – ce qui n’empêcha pas les aventures éditoriales de Richelet (1684) ou de Furetière (1690) d’aboutir avant celle des académiciens. L’assemblée des quarante immortels (ainsi que l’indique le contre-sceau de l’institution, dédicacé « à l’immortalité ») contribue à définir et défendre les normes de la langue française. La clarification et la diffusion de celle-ci grâce aux écrivains servent également de véhicule par lequel la gloire royale s’exprime au sein du royaume (langue de l’administration des choses et du gouvernement des hommes) comme au sein du concert européen (langue de la conquête et de la diplomatie).

Le dessin préparatoire à la gravure de Jean-Baptiste Corneille permet donc de dire une partie des entrelacs politiques qui lient la langue française aux stratégies de la gloire du Roi-Soleil.

Philippe BRISSAUD, « Académie française », in François Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 2005 [1990], pp. 34-36.

Jean-Charles DARMON et Michel DELON (dir.), Histoire de la France littéraire. Tome 2 Classicismes XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, P.U.F., 2006.

Yves PICARD, La vie et l’œuvre de Jean-Baptiste Corneille (1649-1695), Lyon, 1987.

Académie des beaux-arts : Créée en 1816 par la réunion de l’Académie royale de peinture et de sculpture, fondée en 1648, de l’Académie royale de musique, fondée en 1669, et de l’Académie royale d’architecture, fondée en 1671. Institution qui rassemble les artistes distingués par une assemblée de pairs et travaillant le plus souvent pour la couronne. Elle définit les règles de l’art et du bon goût, forme les artistes, organise des expositions.

Jean HUBAC, « Frontispice pour le Dictionnaire de l’Académie française », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 30/11/2022. URL : histoire-image.org/etudes/frontispice-dictionnaire-academie-francaise

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Louis XIV protecteur des Arts et des Sciences

Roi de guerre, roi-soleil, Louis XIV se veut aussi le protecteur des arts et des sciences. D’autant que le jeune monarque, né en 1638, de l’union…

Ex-voto pour la guérison de Louis XIV

Une guérison miraculeuse

C’est dans un contexte chargé en émotion et en dévotion que Michel Corneille réalise une vaste huile sur toile exprimant…

Louis XIV couronné par la Victoire

La guerre de Hollande (1672-1678) menée par Louis XIV contre les Provinces-Unies (les Pays-Bas actuels) relève de plusieurs causes, mais la…

Le roi danse : Louis XIV et la mise en scène du pouvoir absolu

Le ballet de cour, un divertissement politique

La grande tradition des ballets de cour en France fut inaugurée par le Ballet comique de la Reine…

Mariage de Louis XIV et de Marie Thérèse d'Autriche

Mariage de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche

Un mariage entre la France et l’Espagne

Né vers 1669, Jacques Laumosnier est issu d’une famille d’artisans aisés. Il se forme à l’art au sein de…

La Princesse Palatine - D'après Hyacinthe Rigaud

Hyacinthe Rigaud et le portrait courtisan

La belle-sœur de Louis XIV

Depuis qu’il a pignon sur rue à Paris, le peintre Hyacinthe Rigaud (1659-1743) jouit d’une notoriété exceptionnelle.…

Le canal du Midi de Pierre-Paul Riquet

Le canal de Monsieur Riquet

Grand serviteur de l’État exerçant une série de charges publiques, comme le suggère la robe noire de ce portrait,…

Le canal du Midi de Pierre-Paul Riquet
Le canal du Midi de Pierre-Paul Riquet

Le surintendant de la Musique de Louis XIV : Lully

Un portrait d’artiste

Frère du peintre Pierre Mignard, Nicolas Mignard (1606-1668) s’est fait une de ses spécialités de portraiturer des hommes et…

Versailles

La seule vision de ces bâtiments évoque l’absolutisme et le classicisme. Versailles est aujourd’hui un élément constitutif, inamovible et…

Versailles
Versailles
Versailles
Versailles
Vérification de l'édit de Nantes par le parlement de Paris, le 25 février 1599

L’Édit de Nantes et sa révocation

Un « édit de pacification »

La proclamation de l’Édit de Nantes au mois d’avril 1598 poursuit les deux faces d’un seul et même objectif : mettre…

L’Édit de Nantes  et sa révocation
L’Édit de Nantes  et sa révocation
L’Édit de Nantes  et sa révocation