La civilisation européenne.

La civilisation européenne.

Date représentée : 1916

H. : 0

L. : 0

« Die Zivilisierung Europas ». Caricature tirée du journal « Kladderadatsch », n° 30, paru le 23 juillet 1916.

© BPK, Berlin, Dist RMN - Grand Palais - Photographe inconnu

http://www.photo.rmn.fr

06-505058

Caricature et propagande

Date de publication : Septembre 2008

Auteur : Emmanuelle GAILLARD

Le siècle de la presse

En France, en 1848, à la suite de la révolution de Février et grâce à l’abolition de la censure, Le Charivari connaît une seconde jeunesse. À Berlin, la guerre civile de mars 1848 engendre son équivalent allemand, le journal humoristique et conservateur Kladderadatsch (« patatras » en français), fondé par Albert Hofman et David Kalisch, qui devient peu à peu partie intégrante de la vie politique et littéraire. Vers 1890, celui qui se définit comme « le seul gérant de la masse des lecteurs de journaux » tire à 50 000 exemplaires. Au début du XXe siècle, les journaux satiriques jouent toujours un rôle primordial : ils sont le miroir de l’opinion. Pendant la Première Guerre mondiale, la caricature prend un ton résolument polémique, agressif, et alimente la propagande contre l’ennemi. À travers elle, les dessinateurs allemands et français créent une image outrée, parfois grossière, voire grotesque, du « pays voisin », qui imprègne durablement l’imaginaire collectif des deux peuples.

La caricature au service de la propagande

Au début du XXe siècle, Kladderadatsch se fait doubler par Simplicissimus et par Der wahre Jakob. À partir de 1909, Gustav Brandt et l’artiste germano-américain Arthur Johnson deviennent les auteurs et dessinateurs leaders du journal qui, dès 1914, apporte son soutien à l’effort de guerre. Le 1er juillet 1916 débute l’offensive anglo-française sur la Somme, une des plus sanglantes batailles de la guerre de 1914-1918, qui laissa de nombreux jeunes soldats, engagés volontaires, sur le champ de bataille. Le Kladderadatsch du 23 juillet 1916 évoque cet épisode à travers une de ses cibles privilégiées : le personnage du tirailleur sénégalais. Animé de soubresauts comme s’il se livrait à une danse macabre, le soldat, engagé dans les rangs adverses, s’est mû en un être sanguinaire qui, en lieu et place du havresac réglementaire, porte le crâne d’un ennemi. Bouche et mâchoires proéminentes, anneau dans le nez, collier de dents autour du cou : c’est un cannibale. Seuls subsistent de l’uniforme régulier un porte-épée à baïonnette et la culotte garance.

La « force noire »

À la veille de la Première Guerre mondiale, les rivalités coloniales entre la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne sont très vives. Tandis que les deux premiers se partagent de nombreuses régions d’Asie et surtout d’Afrique, l’Allemagne crée un empire moins vaste. Lorsque la guerre éclate, les armées française et britannique disposent de centaines de milliers d’« indigènes » coloniaux mobilisés et acheminés sur les théâtres d’opérations.
Créé en 1857, le corps des tirailleurs recrute dans l’ensemble de l’Afrique-Occidentale française. Le discours républicain les présente comme des modèles de l’assimilation civilisatrice. Ils sont la « force noire » prônée par Mangin et Jaurès. Or l’Allemagne voit dans le recours aux soldats d’Afrique, qu’elle considère comme des sauvages, une preuve de la barbarie française. En France en revanche, les tirailleurs sénégalais fascinent le public. En 1915, la marque de cacao Banania a placé sur ses boîtes la figure d’un jovial tirailleur sénégalais coiffé de l’emblématique chéchia rouge à pompon.
À la fin de la guerre, près de 600 000 tirailleurs avaient été recrutés et 430 000 engagés sur divers fronts. 82 000 y perdirent la vie.

Eugène-Jean DUVAL, L’épopée des tirailleurs sénégalais, Paris, L’Harmattan, 2005.Jacques LETHEVE, La caricature et la presse sous la IIIe République, Paris, Armand Colin, 1961.Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004. 

Emmanuelle GAILLARD, « Caricature et propagande », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 04/10/2022. URL : histoire-image.org/etudes/caricature-propagande

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Portrait de Turenne en général romain

Un portrait à l’attribution incertaine

S’il l’identification du modèle ne fait pas de doute – il s’agit d’Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de…

Rosa Luxemburg - Herbert Hoffmann - 1907

Rosa Luxemburg, la pasionaria allemande

Une révolutionnaire née

À peine douze années séparent le cliché montrant la socialiste allemande d’origine polonaise Rosa Luxemburg (1871-1919)…

Rosa Luxemburg, la pasionaria allemande
Rosa Luxemburg, la pasionaria allemande

Duel architectural à l’Exposition universelle de Paris de 1937

Guerre ou paix ?

Le photographe Fernand Baldet (1885-1964) a réalisé au moins 41 prises lors de ses quatre visites (du 19 septembre au 31 octobre…

Moine au bord de la mer - Friedrich

Retour à la nature

« Celui qui créa terre et ciel est tout autour de moi » (Friedrich)

Le rêve d’un « retour à la nature », présent dès le XVIIIe siècle…

Retour à la nature
Retour à la nature
Retour à la nature
Retour à la nature

La force d’un mythe : les « atrocités allemandes »

La guerre des artistes et des éditeurs

La production iconographique explose lors de la Grande Guerre : le public, abreuvé de photographies et de…

La force d’un mythe : les « atrocités allemandes »
La force d’un mythe : les « atrocités allemandes »
La force d’un mythe : les « atrocités allemandes »
La force d’un mythe : les « atrocités allemandes »

Exposer l’autre : la muséographie des objets non occidentaux au tournant du XXe siècle

Le discours muséographique colonial

Avec l’exploration et la colonisation des pays non occidentaux se développent les expositions d’objets…

Halte avant Paris - Anton van Werner

Anton von Werner entre objectivité et patriotisme

Le témoignage d’un peintre allemand sur la France pendant la guerre de 1870

La guerre franco-prussienne de 1870-1871 a donné lieu à de très…

Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal

L’imagerie populaire et l’imaginaire patriotique

Quand éclate la guerre, au début du mois d’août 1914, l’imagerie populaire a déjà amplement gagné…

Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Accords de Munich

Les accords de Munich

Les ambitions militaires du IIIe Reich

Parallèlement à la mise en place d’un régime autoritaire en Allemagne lors de son arrivée au pouvoir le 30…

Rue à Berlin - Georges Grosz

Berlin dans les années 30 : entre frénésie et chaos

L’Allemagne en plein chaos

La Première Guerre mondiale et la défaite allemande ont eu d’importantes conséquences politiques et économiques. D’une…