Première des projections d'ombres de

Première des projections d'ombres de "L’Épopée" au Cabaret du Chat Noir

Le Cabaret du

Le Cabaret du "Chat Noir" - Machinistes

Cabaret du

Cabaret du "Chat Noir"

Première des projections d'ombres de

Première des projections d'ombres de "L’Épopée" au Cabaret du Chat Noir

Date de création : 1886

Gravure de Paul Merwart, d'après Caran d'Ache

© RMN-Grand Palais / Agence Bulloz

Lien vers l'image

09-517475

  • Première des projections d'ombres de

Le Chat noir, salle obscure

Date de publication : Décembre 2022

Auteur : Alexandre SUMPF

Au cœur de la bohème artistique fin de siècle

Quand en 1896 Théophile Alexandre Steinlen (1859-1923) réalise sa fameuse affiche, emblème de la bohème parisienne de la Belle Époque, ironiquement, le cabaret du Chat noir n’a plus qu’un an à vivre. Il a été installé par Rodolphe Salis en 1885 rue Laval (aujourd’hui Victor-Massé) et s’est doté d’un théâtre d’ombres dès 1886. Illustrateur fameux et membre émérite de ce milieu, Steinlen affectionnait les félins, dont Montmartre était peuplé et que les artistes comme Baudelaire ou Théophile Gautier avaient célébré. Aux premières loges, Henri Rivière (1864-1951) est un graveur qui s’est illustré dans les eaux-fortes et a été embauché par Salis comme rédacteur en chef adjoint de la revue du Chat noir, où il insère ses textes et ses illustrations. De 1886 à 1897, il est aussi responsable du théâtre d’ombres du Chat noir dont il écrit certains textes et assure la mise en scène. S’il est l’un des premiers à se servir de la camera oscura pour fixer non le spectacle, mais ceux qui en assurent le bon fonctionnement, la représentation de la salle et de ses illustres visiteurs revient à Paul Merwart (1855-1902). Cet artiste franco-polonais a fait ses études aux Beaux-Arts à la fin des années 1870, avant de s’employer à produire des dessins pour la presse illustrée de l’époque.

Le spectacle est dans la salle

Le portrait de groupe réalisé par Merwart procède par accumulation : la salle dite des Fêtes, située au deuxième étage de l’immeuble acquis par Salis, semble immense pour recevoir tant d’objets et d’illustres personnages. Dans une atmosphère où stagne la fumée de tabac, qu’on sent dense, la plume s’attarde sur les détails : le portrait de Salis en gentilhomme par Antonio de la Gandera et la statue de la Vierge verte, ainsi que le vitrail et les hallebardes, doivent conférer à l’ensemble un genre médiéval. Ce décor extravagant signé Alexandre Willette est aussi chargé que le linteau de la cheminée tout à droite. La galerie de portraits sous-titrée pour les non-initiés signale que toute la bohème se presse ici en ce soir de première. Sur le mur de droite se dessine l’encadrement japonisant de l’écran servant au théâtre d’ombres, figé sur une image de Napoléon en cavalier sur le champ de bataille. Le spectacle, que personne ne paraît regarder, nécessite un scénario, une mise en scène et des petites mains s’activant en coulisses.

Henri Rivière a tenu à faire une sorte de reportage sur ce métier d’illusionniste grâce à un appareil photo. Servi par la lumière vive d’un projecteur, il capte dans une semi obscurité digne de Rembrandt la manipulation des figures découpées dans le zinc par trois marionnettistes dissimulés sous l’écran. On distingue aussi le système de rails qui permet de faire défiler les silhouettes de L’Épopée (on reconnaît le général Bonaparte au pont d’Arcole). Le succès du cabaret et de son théâtre d’ombre est phénoménal.

En 1896, Salis commande à Steinlen une affiche pour les tournées du Chat noir, au moment où il déménage son cabaret boulevard de Clichy. Le caricaturiste choisit une couleur primaire, le rouge, un fond blanc cassé pour assurer le contraste, et le noir pour le symbole du lieu et le texte. Steinlen réemploie la silhouette de chat hérissé et matois créée par Willette pour l’enseigne du lieu et le dote d’une auréole parodique où, en lettres Art nouveau, il inscrit : Montjoye Montmartre. Le lettrage est déstructuré, la queue du chat impertinent cache à moitié le prénom du propriétaire : bienvenue au royaume de l’irrévérence.

Pas de « fumisterie » sans feu

Si Salis espère lancer ses tournées, c’est que la salle des Fêtes est très petite et surtout que la réputation du lieu a été propagée par les reportages et les récits des voyageurs de retour chez eux. Au fil de la décennie, le théâtre d’ombres sert d’écrin à une quarantaine de pièces, dont L'Épopée, pantomime sur les guerres napoléoniennes écrite, dessinée et créée par Caran d'Ache en 1886. Certains artistes fréquentant la salle participent aussi au spectacle : en 1894, Le Rêve d’Émile Zola est adapté… même si la revue a férocement attaqué le naturalisme et l’écrivain en 1882-1883. Si la musicienne Augusta Holmès n’a jamais composé pour Salis, le poète Mac-Nab (debout, en serveur) a réuni en recueil les chansons du Chat noir. Les acteurs comme les frères Coquelin, l’écrivaine féministe Juliette Adam, fondatrice de La Nouvelle revue, Alphonse Daudet, Ferdinand de Lesseps, Henri Rochefort, le général Boulanger ou Ernest Renan auraient un jour ou l’autre monté l’escalier étroit vers le deuxième étage. L’endroit est à la mode, malgré la concurrence de plusieurs dizaines d’établissements qui ont colonisé le bas de la Butte, comme le Moulin Rouge, le cabaret du Ciel et celui de l’Enfer place de Clichy ou le cabaret des Quat’z’Arts. Quand ce dernier ouvre fin 1893, le théâtre du Chat noir et l’hôtel attenant ont été mis en vente, et Salis organise des tournées dans toute la France… avant de décéder en 1896. Le cabaret attire un public friand d’exotisme et de divertissement : les consommateurs habitués y rivalisent de rosseries et de bons mots. Dans ce lieu souvent imité mais pas toujours égalé, tout n’est que parodie, à commencer par la collection d’objets formant ce que la revue nomme un « musée de la fumisterie ».

Klébe Rossillon, Philip Dennis Cate et alii, Autour du Chat Noir. Arts et plaisirs à Montmartre, 1880-1910, Paris, Skira Flammarion, musée de Montmartre, 2012.

Mariel Oberthür, Le cabaret du Chat Noir à Montmartre (1881-1897), Genève, Éditions Slatkine, 2007.

Martine Sadion, Les ombres : ombres chinoises et autres variations, Épinal, Les catalogues du Musée de l’Image, 2016.

Alexandre SUMPF, « Le Chat noir, salle obscure », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/02/2023. URL : histoire-image.org/etudes/chat-noir-salle-obscure

La reconstitution du cabaret Le Chat noir à voir sur le site du Musée de Montmartre

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Marlène Dietrich dans "L'Ange bleu"

Naissance d'une star

Désir et déchéance

En 1929, le producteur allemand Erich Pommer, de la UFA, demande à Josef von Sternberg, cinéaste d’origine autrichienne, de…

Asnières

Guinguettes et imagerie populaire

La guinguette, au cœur d’une nouvelle imagerie populaire

À la fin du XIXe siècle, les guinguettes constituent un référent culturel et…

Guinguettes et imagerie populaire
Guinguettes et imagerie populaire

Le café au carrefour social

Le café au cœur de la société

Durant tout le XIXe siècle, le café, sous des appellations très diverses (cabaret, marchand de vin,…

La sociabilité urbaine au début du XIXe siècle

La civilisation urbaine au début du XIXe siècle

Si le monde citadin, durant le premier tiers du XIXe siècle, reste encore…

La sociabilité urbaine au début du XIX<sup>e</sup> siècle
La sociabilité urbaine au début du XIX<sup>e</sup> siècle

Cora Pearl, célèbre courtisane du Second Empire

Les portraits-charges de Gill

Sous le Second Empire, la presse illustrée connaît un essor considérable, notamment les journaux satiriques où…

Femmes et frissons de plaisir à la Belle Époque

La République s’amuse

Après le régime si décrié du Second Empire (« la fête impériale »), la IIIe République a commencé par un retour…

Femmes et frissons de plaisir à la Belle Époque
Femmes et frissons de plaisir à la Belle Époque
Femmes et frissons de plaisir à la Belle Époque
Femmes et frissons de plaisir à la Belle Époque
Première des projections d'ombres de "L’Épopée" au Cabaret du Chat Noir

Le Chat noir, salle obscure

Au cœur de la bohème artistique fin de siècle

Quand en 1896 Théophile Alexandre Steinlen (1859-1923) réalise sa fameuse affiche, emblème de la…

Le Chat noir, salle obscure
Le Chat noir, salle obscure
Le Chat noir, salle obscure

Représenter les guinguettes

Représenter la guinguette après l’impressionnisme

À partir de la fin du second Empire, la fréquentation des guinguettes relève d’un véritable art…

Représenter les guinguettes
Représenter les guinguettes
Représenter les guinguettes

Théâtres et cabarets parisiens au XIXe siècle

Au XIXe siècle, la fréquentation des cabarets et des théâtres est un aspect fort important de la culture urbaine, populaire ou petite-…

Théâtres et cabarets parisiens au XIX<sup>e</sup> siècle
Théâtres et cabarets parisiens au XIX<sup>e</sup> siècle
Théâtres et cabarets parisiens au XIX<sup>e</sup> siècle
Théâtres et cabarets parisiens au XIX<sup>e</sup> siècle

La baraque de la Goulue et le bal Bullier

L’essor des spectacles dans le Paris de la Belle Époque

Sous l’impulsion du baron Haussmann, Paris se transforme en profondeur au cours de la…

La baraque de la Goulue et le bal Bullier
La baraque de la Goulue et le bal Bullier
La baraque de la Goulue et le bal Bullier