Numéro de conscrit, classe de 1869.

Numéro de conscrit, classe de 1869.

Date de création : 1871

Date représentée : 1869

H. : 35,2 cm

L. : 25,7 cm

Précision : Canton de Brumath, n°40, Feliez Metterpapier aquarellé, imagerie

© Photo RMN - Grand Palais

http://www.photo.rmn.fr

75CE1400/57. 34. 3

La conscription au XIXe siècle

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Frédéric MAGUET

La conscription est institutionnalisée en France en 1798 à l'initiative du général Jourdan. De 1804 à 1903, les appelés sont convoqués pour connaître leur affectation à l'issue d'un tirage au sort. Dans un premier temps, le tirage au sort détermine qui part et qui ne part pas, les numéros les plus bas étant réputés « bons pour le service ». En 1872, la fonction du tirage est changée : les numéros les plus bas font un service de cinq ans, les autres d'un an seulement. En 1889, la durée du service est fixée pour tous à trois ans, les numéros servant désormais à déterminer l'arme d'affectation.

Les billets tirés lors du tirage au sort proprement dit étaient de simples rouleaux de papier portant un numéro. Très tôt ce numéro, qui va avoir une importance considérable dans le vie de l'homme qui l'a tiré, sera mis en valeur soit juste après le tirage, dans le cadre des fêtes de conscrits, soit à titre de souvenir, une fois le service achevé. Dans tous les cas, le numéro sera reproduit sur un support permettant de l'inclure au centre d'une composition. Dans les premiers temps, il s'agira essentiellement de souvenirs de conscription dessinés et peints à la main. A partir des années 1850, l'imagerie d'Epinal proposera des compositions en lithographie coloriée. Le numéro « 40 » de Feliez Metter est typique des souvenirs dessinés, particulièrement nombreux en Alsace, où la pratique du dessin à la gouache, de la calligraphie et de la peinture sous verre a engendré une production iconographique caractéristique. La composition est classique : le numéro lui-même est peint au centre d'un panneau en trompe l'œil décoré de motifs floraux et flanqué de deux colonnes. La zone de réserve est mise en valeur par un collage de papier doré sur le pourtour, et la composition est équilibrée par la présence d'une corbeille fleurie – typique du répertoire graphique alsacien – à la partie supérieure. Sous le panneau, lié à une couronne de laurier, un chapeau de marin évoque l'arme du conscrit. D'autres dessins évoquent non pas l'arme, mais le métier du conscrit.

La conscription était un rite de passage important puisqu'elle marquait une transition entre la jeunesse et l'âge adulte. La convocation pour le tirage à la préfecture ou à la sous-préfecture était l'occasion d'un voyage au sein d'un groupe d'égaux. Ce déplacement était pour beaucoup la première occasion de sortir des localités qui leur étaient familières. Le tirage lui-même était un moment de doute et d'espoir, le système permettant certains aménagements tel le remplacement, toléré puis autorisé de 1818 à 1872.

Michel BOZON « Apprivoiser le hasard, la conscription au XIXe siècle », in Ethnologie française , tome VII, n° 2-3Paris, Berger-Levrault, 1987.Frédéric MAGUET Les Temps de la vie , catalogue d'expositionMNATP, RMN, 1995.Arnold VAN GENNEP Les Rites de passage Paris, Emile Noury, 1909.

Frédéric MAGUET, « La conscription au XIXe siècle », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 07/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/conscription-xixe-siecle-0

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande

Depuis la signature de l’armistice, le 22 juin 1940, la France vaincue est en partie occupée, mais le régime de l’Occupation varie d’un territoire…

Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande
Les « Malgré-eux » dans l’armée allemande

Les Bretons dans la guerre de 1914-1918

Les Bretons dans la guerre

Le nombre des Bretons tués au cours de la Grande Guerre est estimé à 130 000, ce qui représente un pourcentage de…

La vie des soldats dans les tranchées

Le 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France et, dès le lendemain, chacun des deux belligérants engage le combat selon les modalités…

La vie des soldats dans les tranchées
La vie des soldats dans les tranchées
La vie des soldats dans les tranchées

Les tirailleurs sénégalais dans la guerre de 1914-1918

Cette peinture de Félix Vallotton est datée de juin 1917, quelques semaines à peine après les offensives d’avril-mai sur le front de l’Aisne et de…

" J'accuse... ! " de Zola

L’affaire Dreyfus : une erreur judiciaire

En mars 1896, Picquart, le nouveau chef des Services de renseignements de l’état-major, découvrit l’…

La mutinerie de Nancy, août 1790

L’affaire de Nancy : un épisode marquant de la Révolution française

Le 31 août 1790, le marquis de Bouillé, gouverneur des Trois-Évêchés à Metz,…

Philippe Pétain, Maréchal de France

Pétain est promu général en août 1914 – il a alors 58 ans. En février 1916, il prend la direction du secteur défensif de Verdun et parvient à…

L’intervention des États-Unis dans la Première Guerre mondiale

L’intervention des Américains

Les Etats-Unis, qui avaient d’abord résolu de rester neutres, en 1914, sont entrés en guerre, le 6 avril 1917, aux…

La chouannerie sous le regard de la IIIe République

La chouannerie

La chouannerie est un vaste soulèvement de paysans hostiles à la politique des assemblées révolutionnaires et aux patriotes locaux…

Un titre de baron sous l'Empire

La récompense d’un « brave »

Napoléon devenu empereur réintroduit progressivement les titres et les codifie par deux statuts du 1er mars 1808.…

Un titre de baron sous l'Empire
Un titre de baron sous l'Empire
Un titre de baron sous l'Empire
Un titre de baron sous l'Empire