Combat de Quiberon en 1795.

Combat de Quiberon en 1795.

Date de création : 1850

Date représentée : 21 juillet 1795

H. : 132

L. : 232,5

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - G. Blot

http://www.photo.rmn.fr

95DE11331/Inv. 986.0073

Combats de Quiberon

Date de publication : Février 2005

Auteur : Pascal DUPUY

Le 27 juin 1795 en baie de Quiberon, la flotte britannique débarque sur la plage de Carnac plus de quatre mille émigrés et quelques centaines de prisonniers français enrôlés de force. Plusieurs milliers de chouans les rejoignent. Ensemble, ils s’emparent d’Auray puis se retranchent dans le fort de Quiberon. Mais quelques jours plus tard, le général Hoche, chef de l’armée républicaine des côtes de Brest, reprend Auray et commence le blocus de Quiberon. L’assaut final donné le 21 juillet causera la déroute de l’armée royaliste. La tentative militaire de l’Angleterre et des émigrés de rétablir la royauté et de relancer la guerre civile en France vient d’échouer.

Retranchée dans le fort « Sans-Culotte », rebaptisé Penthièvre, qui commande l’accès à la presqu’île de Quiberon, l’armée royaliste, placée sous le commandement du comte de Puisaye, doit faire face depuis le 6 juillet aux troupes républicaines qui l’empêchent de sortir. Une tentative est repoussée le 7. Les blancs, prisonniers, connaissent de graves difficultés d’approvisionnement tandis que le général Hoche consolide ses positions. Les jours suivants, les deux armées se renforcent considérablement, les blancs avec l’arrivée par mer de régiments émigrés que commande un jeune homme de 25 ans, Charles de Sombreuil, les bleus grâce à des renforts en hommes et en vivres demandés par Hoche. Le 16, une tentative de sortie des blancs échoue de nouveau, et les bleus ne doutent plus alors de la victoire finale. Ils lancent une offensive et s’emparent du fort pourtant jugé imprenable. Le comte de Puisaye s’enfuit et laisse de Sombreuil en charge du commandement. Ce sont ses derniers efforts héroïques de résistance qu’a représentés Sorieul : sous l’impulsion de M. de Sombreuil, figuré sur la gauche du tableau entouré de ses derniers fidèles, les combattants de l’armée royaliste essayent d’enrayer l’avancée des bleus et de protéger les centaines de femmes, d’enfants, de soldats blessés et de vieillards qui, derrière eux, dans un désordre poignant, tentent vainement d’atteindre la flotte anglaise. Quelques minutes plus tard, Hoche et les représentants en mission, Tallien et Blad, entérineront la reddition de M. de Sombreuil. L’armée des blancs est défaite, l’expédition de Quiberon un échec cuisant pour la cause royaliste.

Sous l’Empire, la publication de plusieurs témoignages d’acteurs de l’expédition de Quiberon relance l’intérêt des historiens et des artistes pour les événements de juillet 1795. On relève également un peu plus tard, en octobre 1829, l’inauguration de deux chapelles commémoratives élevées à la mémoire des victimes royalistes de Quiberon. Enfin, Sorieul évoque également, par l’intermédiaire de la croix formée des fusils de M. de Sombreuil et d’un soldat placé derrière lui, la messe dite par Mgr de Hercé le dimanche 28 juin 1795, au lendemain du débarquement, et la « croix des émigrés » bientôt érigée en souvenir de cette journée.

François FURET, « Vendée », « Chouannerie », in François FURET et Mona OZOUF (dir.)Dictionnaire critique de la Révolution française1988, rééd.coll.« Champs », 1992.Jean-Clément MARTIN, “ La Vendée région mémoire ” in Pierre Nora (dir.)Les Lieux de mémoire, tome I “ La République ”Paris, Gallimard, 1984, rééd.coll.“ Quarto ”, 1997.Jean-Clément MARTINBlancs et Bleus dans la Vendée déchiréeParis, Gallimard, coll.“ Découvertes ”, nouv.édition, 2001.

Pascal DUPUY, « Combats de Quiberon », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 04/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/combats-quiberon

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La compagnie de tirailleurs sénégalais du capitaine Mangin en manoeuvres, vers 1896-1899

"La Force Noire"

La colonisation française en Afrique à son apogée

La France achève, dans les deux dernières décennies du XIXe siècle, la conquête de…

Le « D Day »

Le débarquement du 6 juin 1944 en images

Le débarquement des troupes alliées en Normandie débute le 6 juin 1944. Durant la nuit, plus de 200 000…

Guerres navales révolutionnaires

Le 13 prairial an II (1er juin 1794), l’escadre de Brest aux ordres de l’amiral Villaret de Joyeuse parvint à assurer le passage d’un convoi de…

La bataille de Reichshoffen, 6 août 1870

Dès le début de la guerre franco-prussienne, en août 1870, les armées françaises subirent de graves revers en Alsace. Ayant dû évacuer Wissembourg…

Commune : le peuple en arme

La Commune et le peuple de Paris en armes

La Commune n’a pas disposé d’armée au sens strict. Ses rangs étaient composés d’une part de gardes…

Commune : le peuple en arme
Commune : le peuple en arme

L'interrogatoire du prisonnier

La guerre : une réalité quotidienne

Quand la Première Guerre mondiale débute au milieu de l’été 1914, les belligérants s’accordent à penser qu’…

Le corps des morts

Les eaux-fortes présentées ici appartiennent à un cycle de gravures intitulé « La Guerre » et réalisé par Otto Dix en 1924. Il s’agit de cinq…

Le corps des morts
Le corps des morts
Le corps des morts

La chouannerie sous le regard de la IIIe République

La chouannerie

La chouannerie est un vaste soulèvement de paysans hostiles à la politique des assemblées révolutionnaires et aux patriotes locaux…

La Prise de la forteresse autrichienne majeure de Przemysl avec sa garnison de 120 000 soldats et officiers

Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal

L’imagerie populaire et l’imaginaire patriotique

Quand éclate la guerre, au début du mois d’août 1914, l’imagerie populaire a déjà amplement gagné…

Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Mexique, défilé d'hommes en armes dans les rues d'un village

Une rue de village pendant la révolution mexicaine

Les débuts d’une longue révolution

Après le soulèvement dirigé par Madero, en novembre 1910, pour contester une nouvelle réélection du vieux…